Hegemony

Dans un univers troublé, l'avenir de la galaxie et de la race humaine vous appartient
 
WikimonyAccueilLisez les règles du jeu iciFAQS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 21 chemin d'Athéna (résidence)

Aller en bas 
AuteurMessage
Marcus Claudius Calvus
Débutant
avatar

Nombre de messages : 47
Age : 1381
Localisation (en RP) : Serania
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: 21 chemin d'Athéna (résidence)   Mar 7 Sep - 20:29

Située sur les hauteurs de Serania, le chemin d’Athéna était une rue légèrement en pente bordée de cerisiers du Japon. Excroisssance du quartier résidentielle de la colline de Philippe, le chemin d’Athéna ne faisait pas parties des rues les plus célèbres de Serania, connues pour accueillir les plus riches et les demeures des plus grands de la planète mais se situait proche “de l’action”, suffisamment pour ne pas trop se faire remarquer mais bien assez pour que l’on ait l’impression que l’on avait toujours été là, lorsque l’on faisait le bilan.

La demeure de Marcus Claudius, ou du moins celle de Serania, se situait du côté impair de lu chemin, au numéro 21. C’était une vieille maison épargnée par les guerres (comme toute la rue qui ne présentait aucun intérêt stratégique ou tactique) que Marcus fit rénover en 2758 à son retour de Tiléa, son appartement ayant été vendu l’année précédente.

La villa en elle-même présente tous les aspects classiques de la grande demeure seranienne. Le vestibule (flanqué de deux pièces, un vestiaire et une salle de garde, rajoutée tardivement pendant la guerre civile) donnait sur l’atrium -grand-, couvert par une baie vitrée. La pièce principale, le grand salon, conçu pour les réceptions (le salon faisant également office de salle à manger, notamment dans le cadre de la Cena), séparé de l’atrium par un porte coulissante pouvant se ternir ou non selon les goûts du maître de maison, est bordée de deux pièces relativement spacieuses, la bibliothèque et le petit salon, plus discret et situé plus loin des zones “publiques” de la villa. Viennent enfin les quartiers purement privés, accessibles depuis plusieurs endroits à la fois. Ces quartiers, situés dans l’aile gauche pour qui entre du chemin, abritent un bureau, une petite salle pouvant faire office de lieu de réunion ou de sustentation, une salle de bain et évidemment la chambre à coucher. L’aile située dans le prolongement du grand salon donne sur les quartiers des invités et des chambres d’hôtes, bénéficiant toutes de salles de bain. Enfin l’aile droite est composée des quartiers des domestiques, des cuisines et de la buanderie. Le garage, lui, est souterrain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcus Claudius Calvus
Débutant
avatar

Nombre de messages : 47
Age : 1381
Localisation (en RP) : Serania
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: 21 chemin d'Athéna (résidence)   Mar 14 Déc - 20:56

Marcus attrapa avec dextérité une quantité raisonnable de sauce qui assaisonnèrent une tranche de pain relativement épaisse puis, toujours aussi adroitement rajouta un morceau de tomate séchée et compléta avec un morceau précoupé de volaille. La Cena était autant un art qu’une science, elle exigeait doigté, goût, et savoir. Son fils adoptif Lucius avala un morceau de pomme cuite au four et et balaya rapidement la pièce du regard. Il n’était pas là pour dire grand chose, Marcus commençait simplement à l’introduire, chose légèrement plus difficile en raison du fait que Lucius ne fréquentait pas les cercles habituels de l’élite patricienne de Serania, ou en tout cas, que seule une minorité fréquentait. Lucius suivait depuis deux ans et demi une formation de sept en gestion et commerce à l’université d’Actinium, la meilleure du pays dans le domaine. La présence de Lucius au sein d’autres cercles avait par contre des avantages dont Marcus avait l’intention de profiter au maximum. En tant que maire de Serania, Marcus occupait une charge relativement importante, il dirigeait l’un de exécutifs locaux les plus riches du pacte de Seran-Valen, mais également mit en danger par la politique gouvernementale, et le maire avait bien l’intention de prendre le train en marche et si possible, l’aiguiller dans un sens qui lui éviterait de passer sur des voies non stabilisées. L’actuelle Cena ne comprenait pas grand monde et relevait davantage de la réunion d’un groupe restreint que d’une vaste soirée destinée à réactivées de vieilles alliance ou patronner à de nouvelles, bien que le second cas de figure soit aussi celui de ce souper à rallonge typique de Seranon.

Etaient présents, outre son fils adoptif, le Légat Julius Nollius Leonidas, vieil ami et commandant du croiseur Imperator ainsi que son épouse Vorena, Thomasius Bobbius, l’échevin aux travaux publics de Serania, Publius Gazenus Skeïbo (vétéran du contingent Mazahar lors de la Grande Guerre et compagnon d’arme de Marcus), Caius Quiritus Oriens, deux riches patriciens. Enfin venaient Manuel Corcetti en compagnie de son épouse Julie Arjand ainsi qu’Ernesto Salander, président de la filiale séranienne de la Banque de Tiléa, et son épouse Isabeau Lollia, les quatre derniers avaient introduits des demandes auprès de l’administrations afin de pouvoir changer de noms et latiniser ces derniers.

Corcetti était un entrepreneur et un commerçant des régions pauvres de la planète, marié à une fille de commerçant de bonne éducation d’Actinium qui s’était presque ouvert les veines pour permettre à sa fille d’accéder à des écoles privées de bonne qualité. Salander quant à lui appartenait déjà à ne forme d’aristocratie, ou en tout cas à l’élite de Tiléa. Il était déjà issu d’un milieu bourgeois avant que Seranon n’annexe Tiléa par décret et avait rapidement gravi les échelons de la banque de Tiléa, crée par Marcus lorsqu’il était en charge des affaires là-bas. Le réseau de relations crée par Marcus sur Tiléa comprenait Salander et son supérieur Kurkol qui l’avait envoyé sur Seranon afin de permettre à la banque d’aller là où se faisaient les affaires et de lui permettre d’atteindre une masse critique lui permettant de survivre aux grands établissements séraniens qui ne manqueraient pas de dépecer Tiléa une fois que les mesures économiques particulières n’auront plus cours sur Tiléa. Il suffisait en effet d’un arrêté ministériel pour y mettre fin, étant donné qu’elles n’avaient pas été instaurées autrement par l’Empereur Caius Octavius Pacificus (alors Thurinus).

Marcus, qui avait eut vent des doléances de chacun, n’avait pas du réfléchir bien longtemps avant de décider favoriser une rencontre, sous la bénédiction de quelques familles relativement importantes afin de donner une légitimité aux associations qu’il espérait voir poindre. Enfin une telle rencontre pourrait favoriser ses objectifs politiques.

En effet, le gouvernement, fidèle à son idéologie semblait avoir accepté l’idée de la campagne électorale permanente et s’activait à détruire le système politique (et par conséquent électoral) séranien pour en construire un autre, lui étant favorable. Marcus avait identifié plusieurs axes utilisés par la majorité pour arriver à ses fins. Le premier était l’application à pure et à plein de la loi de Duverger en favorisant ouvertement le bipartisme, la rhétorique violente, le gouvernement par la passion et un système de grands partis susceptibles, à terme d’absorber la démocratie en leur sein. Le second axe était l’émergence d’une bourgeoisie républicaine, devant son succès social et économique au parti au pouvoir, modèle de réussite permettant de conserver l’adhésion de masses populaires. La réussite d’une telle politique passait par l’effacement des élites déjà existantes ou par leur stigmatisation, ce qu’il fallait absolument éviter. Enfin un troisième axe (parmi beaucoup d’autres) était la référence systématique à l’ancienne République et à un âge d’or démocratique (tout en niant le fonctionnement de cette démocratie, en cours de destruction après sa brève restauration par Caius Octavius).

Marcus ne pouvait s’opposer de front au gouvernement Alexander qui profitait encore de l’aura du dernier Empereur qui s’était rallié à la cause du Front Populaire. En l’absence d’Octavius, Terry Alexander qui apparemment n’avait toujours pas terminé la guerre civile ne disposait d’aucun contrepoids dans son parti que cela soit le vainqueur personnel d’Erikea ou Yuki Shaniatwel, dernière leader de la rébellion armée. Aussi l’ancien gouverneur de Tiléa allait-il tenter de couper l’herbe sous le pied au gouvernement ou en tout cas préserver autant que faire ce peut une certaine manière de pratiquer la chose politique propre à Seranon ainsi qu’une certaine manière de faire les affaires, bref sauver le patrimoine de la Nation et une droite politique qui semblait être en passe de se doter d’une capacité de division supérieure à celle de la matière en atomes.

-Je puis vous assurer que la formule de la “Maison” en tant que personne morale présente des avantages conséquents en matière de flexibilité économique, de taxation mais aussi de responsabilité individuelle. Une maison peut aisément lever des fonds importants et représente un gage important de solidarité familiale, déclara Caius Quiritus en posant sa coupe de vin.

-Je ne demande qu’à le croire chevalier Oriens, répondit Corcetti en attrapant une paire d’olives, appelant le patricien par son ancien titre décerné par Thurinus (en vérité par Venator afin de s’assurer du soutien de son paternel qui n’avait pas hésité à changer de camps dès que l’opportunité s’en était fait sentir). Cependant n’est-il pas risqué de mettre tous ses oeufs dans le même panier ? Et si le gouvernement décidait d’accroître les obligations des Maisons envers l’Etat ?

-Alors, et je vous répondrai tout aussi directement, il se tirerait une balle dans le pied en sonnant le glas des sociétés à responsabilité limitée, des sociétés anonymes ainsi que celui des fondations. La Maison s’appuie sur des institutions juridiques préexistantes à son existence, elle est juste “l’institutionnalisation” d’un tronc de statuts communs et de règles particulières propres à chaque famille dont les membres sont perçus comme les représentants permanents.

-Et quel exemple de succès vous serez pour vos pairs, ajouta Nollius Leonidas.

Marcus laissa chacun discuter, intervenant de temps à autre afin d’orienter la conversation ou la faire repartir dans un sens qui l’arrangeait. Chacun ici se prêtait à un jeu consistant à faire prédominer ses intérêts, négociant implicitement un compromis. Salander et sa banque souhaitaient se développer et profiter du boum de certaines régions de Seranon et d’Eryn, Corcetti avait besoin de financements et de s’insérer dans un certain monde, il aspirait à un cadre de vie qu’il ne parvenait pas encore à déterminer mais que Marcus était partiellement en train de tisser pour lui. Enfin les patriciens conscients du danger qui pesaient sur eux après la perte de pouvoir des tieffelins savaient qu’ils avaient besoin de sang neuf (et pas uniquement en termes génétiques), il en allait de leur survie politique et l’effacement derrière une attitude pédante comme celui de certaines vieilles maisons était, du point de vue de Marcus, la dernière chose à faire, et la meilleure pour disparaître et voir la race tieffeline disparaître dans la consanguinité.

Lucius entra calmement dans la conversation, s’imposant lorsque Corcetti et les autres commencèrent à parler affaires, il avait son premier stage à faire sur une série de treize au cours de ses études et commencer là-bas le permettrait à la fois de renseigner son père adoptif et se faire la main dans une petite structure pour monter vers plus gros au fur et à mesure, il comprenait vite.

La conversation se poursuivit jusque tard dans la soirée, l’on était arrivé à plusieurs arrangements et les juristes attachés aux maisons déjà existantes aideraient les Corcetti -qui allaient parler de ces facilités autour d’eux - à mettre en place la leur. L’on se sépara, l’on promit de se revoir -et l’on se reverrait. Marcus doutait qu’une union ne sorte de ces accords mais rien ne pressait à ce sujet. Il appartenait de réfléchir posément à ces différents projets, et d'user de tous les leviers dont il disposait pour pouvoir les réaliser. Il y en avait beaucoup, et certains n'arriveraient probablement jamais à terme, mais en attendant, gagner le plus de circonscriptions possible faisait partie du jeu et cela ne faisait que commencer...


HJ : Sauf catastrophe, je ne crois pas que ce post appelle à une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcus Claudius Calvus
Débutant
avatar

Nombre de messages : 47
Age : 1381
Localisation (en RP) : Serania
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: 21 chemin d'Athéna (résidence)   Mer 9 Mar - 0:13

Marcus termina la lecture détaillée des premiers postes achevés du grand plan de relance programmé par le bureau d’étude du Front Populaire. 6000 milliards, apparemment sur environs dix ans, l’horizon 2770 était plusieurs fois abordée. Marcus pensait que ce n’était pas assez et, même si après renseignement le projet d’ascenseur spatial -qui n’était pas à son avis une priorité mais s’insérait bien dans un projet speeresque destiné à éblouir la masse, même Caius Octavius aurait approuvé- se concrétiserait vraisemblablement dans la région, les sommes dégagées ne suffiraient pas, et en plus risquaient d’être mal dépensées.

L’on souffrait de carence en médecins mais des médecins militaires jouaient à vacciner des érikeans, il fallait replacer des garnisons au coeur de la zone instable. Dieu quelle évidence, il avait fallu si longtemps à un ancien officier rebelle pour s’apercevoir que les quelques troupes qui lui servaient d’armée étaient devenus le problème et non plus sa solution, que les mercenaires, revendeurs et “commerçants” qui s’étaient installés là parce que la guerre faisait rage n’avaient pas envie que les exactions cessent. Le volet défense et sécurité aurait dû être engagé il y à six mois et pas maintenant, en même temps que les travaux de reconstruction. Mais Calvus devait être bon prince et rendre à César ce qui était à César. Le dernier empereur n’aurait jamais du lever l’état d’urgence dans la région, l’armée qui avait matée en un éclair les communistes sur Eryn aurait dû être déployée à l’équateur dès 2755 plutôt que de retourner en caserne. L’on avait à la place lancé les chantiers d’une flotte gigantesque dont il ne restait aujourd’hui que la moitié.

Marcus était également inquiet des hausses budgétaires prévues, évidemment le demi plan ne suffisait pas pour tout apprécier. Mais s’il fallait inclure un ascenseur orbital et un réarmement spatial en plus de la gestion d’une politique coloniale cohérente et le maintien du pacte contre vents et marées. Seranon, qu’elle le veuille ou non, avait héritée d’un Empire, le plus instable de l’histoire spatiale après celui de la FSU, et la question de savoir ce qu’elle allait en faire était plus que pertinente sous peine de finir rapidement isolé sur tous les points. Le régime républicain avait gardé ici la patte impériale et ne s’en était pas dissociée et avec un ancien officier rebelle aux commandes de la planète, cela ne risquait pas de changer, à moins d’un miracle.

Tout en attendant la suite du plan de relance, Calvus sorti son bureau de sa veille et afficha la liste de contactes importants de son parti, et plus précisément des alliés qui s’y trouvaient. Tout en attendant la communication, Calvus envoya un message à Lucius, son fils adoptif, lui demandant de voir dans quelle mesure la maison Claudius pourrait tirer parti du plan de relance dont, son père en était certain, il avait pris connaissance. Calvus lui demanda de voir ça avec Jean-Charles Rigaud, le gestionnaire des affaires courantes de la maison et employé privilégié de celle-ci. Ernesto Salander devait également être tenu au courant, afin que la banque de Tiléa, que Marcus avait crée en tant qu’administrateur public il y à quelques années, puisse également profiter de la chose. Passer pour une banque sociale serait très utile pour la BdT.

Marcus finit enfin par obtenir la communication qu’il désirait avec Dimitrius Bobius Xénophon, cadre du bureau d’étude du parti et Caius Lapis Monemvassius, chef de file du parti à la Curie.

-Messieurs je crois que nous avons tous lu ce fameux plan de relance ou du moins ces débuts.

-J’attendais ton appel Marcus, déclara Xénophon, je crois que nous avons là un bon coup à jouer.

-Je suis d’accord, ne serais-ce que pour renouveler nos alliances déjà existantes et rafler quelques circonscriptions en y implantant les bonnes personnes, renchérit Monemvassius.

-C’est exactement ce à quoi je pensais, il convient d’y placer les maisons qui conviennent.

-Calvus tu disposes toujours de relais au sein de l’administration ?

-Il me reste des fidèles datant de la grande époque et leurs obligés, je devrais au moins pouvoir obtenir la liste des préfets envoyés là-bas ainsi que d’autres exécutants. Leurs profils devraient aisément m’être accessibles aussi. Il ne faudrait pas cependant trop en abuser.

-Oui naturellement. Enfin cela devrait servir à tout le monde, les sommes investies ne seront pas réellement détournées... dit Monemvassius.

-En effet. Mais la rentabilité sera réduite avec les nouvelles lois sociales qui sont entrées en vigueur. S’exclama Xénophon.

-Les maisons actives dans la grande distribution et soucieuses de la production de bien de consommation seront avantagées dans ce cas, répondit Calvus.

Je crois que nous pouvons jouer un bon coup, notre implication non officielle nous permettra de critiquer également tout ce qui ne va pas et d’être bien informés. Nos chances d’avoir une prise sur la grande décision sont minces, l’application du programme sera déterminante. Il y aura de toutes façon des cafouillages.

Les deux acquiescèrent.

-Bien, nous sommes donc d’accord, je contacterai mes proches afin d’en savoir plus sur les détails de l’application du plan de relance et transmettrai. J’aimerais également introduire un autre sujet, nous en reparlerons bien sûr. Que pensez-vous de l’idée d’abandonner le terme “impériale” dans le nom de notre parti ?

Je crois que le thurinisme ou même le pacifisme d’Octavius est révolu, sa volonté de s’allier au front populaire a propulsé ce rustre au pouvoir et à présent il continue à gouverner comme s’il était en guerre contre tout ce qui n’était pas rebelle à l’époque.

De plus la tendance n’est définitivement plus à l’Empire, formel du moins, elle nous prive de l’aile droite du Front Populaire que nous pourrions transformer en transfuges, et nous empêche de définitivement récupérer ce qui reste de droite modérée. Je regrette à le dire mais ces populistes ont tué tout multipartisme, toute forme de véritable démocratie, je crois qu’il nous faut avoir les moyens de leur faire face sinon...nous les ferons jamais sortir de la niche dans laquelle ils se sont logés en profitant la maladie de Caius Octavius juste avant le scrutin. Bref qu’en pensez-vous ?

Tout en attendant la réponse, Calvus nota mentalement de contacter Carlo di Stephano, patron des GSS et en attente du renouvellement de son poste ou d’une réaffectation, qui sait, peut-être en tant que préfet ou responsable de sécurité de la région. D’accord il n'était pas aligné politiquement mais pouvait se prévaloir d’états de services éloquents, notamment l’élimination d’un petit paquet de vénatoristes lors de sa chute. Mais la question ne se posait pas encore, elle pourrait par contre se poser s’il ne pouvait disposer de la liste des responsables locaux qui allaient être en charge de la politique de réaménagement. Calvus attendit la réponse de ses deux amis.



Note : Di Stephano est mon PNJ à la base et colonel des GSS. À l'époque ils n'étaient pas Légion mais on peut supposer que l'homme est monté en grade avec eux... je crois. 'fin au MJ de voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcus Claudius Calvus
Débutant
avatar

Nombre de messages : 47
Age : 1381
Localisation (en RP) : Serania
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: 21 chemin d'Athéna (résidence)   Lun 25 Juil - 19:20

Il avait fallu le temps, mais pour finir, di Stephano était parvenu à obtenir les informations souhaitées. La situation évoluait vite et l’actuel commandant des G.S.S. Était parvenu a fournir quelques informateurs efficaces renseignant directement. À ce qu’il semblait la préfète de la région était efficace et avait rapidement appliquée plusieurs méthodes qui avaient été mises en oeuvre dès la prise de pouvoir de Thurinus avec comme bémol à cette époque l’ampleur de la zone à traiter (la planète entière moins les zones incontrôlables du fait de la rébellion), la faiblesse des moyens mais comme avantage moins de limites dans les “moyens d’application de la loi”.

Bref, si l’on créait des îles, autant en profiter, aider et dans la mesure, faire du profit, puisque c’était le but. Caius Mulvius devait prendre l’avion le plus tôt possible pour chercher à monter au moins une affaire là)bas. Il s‘agirait de s’entretenir avec lui si jamais la maison prospérait, songea Calvus, tout en réglant quelques documents qu’il enverrait Lucius présenter à la Chambre de commerce de Sérania afin de changer le nom de la personne morale contrôlant les actifs de la Maison. Plus précisément il s’agissait d'acquérir davantage de souplesse dans la gestion des affaires et la Maison Claudia ne suffisait plus. La Maison demeurerait, comment ne pouvait-elle pas demeurer ? En revanche celle-ci allait transférer la gestion de l’essentiel de ses avoirs à une Holding, portant le nom de Rosa, par ailleurs l’emblème de la Maison. La Holding pourrait ainsi prospérer et si elle venait à trébucher, elle ne porterait qu’indirectement atteinte à la Maison et partant à la famille Claudius.

Cela fait Marcus envoya le tout à Lucius, son fils adoptif, sans demander de nouvelles de l’affaire en cours, mieux valait ne pas par les moyens de communication autre que le face à face. Le maire se concentra sur plusieurs dossiers publics importants, dont une rénovation de l’aile est du musée des arts plastiques modernes, chose qui semblait ne pas trop intéresser son conseiller municipal à la culture. Il fallait reconnaître que quand l’on était tribun des vélites l’on avait mieux à faire que d’effectuer son travail d’élu. La position de Marcus était assez confortable face à cet homme qui avait décidé de lui faire concurrence. Peu au courant des dossiers en raison de ses obligations militaires, l’on avait vite fait d’avoir une avance sur lui. Mais que voulez-vous, il ne fallait pas jouer à vouloir prendre le pouvoir avant d’en avoir le temps. Et Marcus, plus jeune, avait plus de temps devant lui et donc le temps de préparer son discours pour l'inauguration de la place Daganbourg rénovée, recevant une nouvelle œuvre en remplacement de l'ancienne détruite sept ans plus tôt. Un paragraphe sur la culture était prévu et il avait bien l'intention d'appuyer la chose lors de son allocution prévue au prestigieux cercle Mercator, sur la place de Hellespont.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcus Claudius Calvus
Débutant
avatar

Nombre de messages : 47
Age : 1381
Localisation (en RP) : Serania
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: 21 chemin d'Athéna (résidence)   Jeu 25 Aoû - 23:44

Marcus but son cocktail de jus de fruits frais et, ayant achevé la paperasse supplémentaire relative à l’agrandissement du quartier d’affaires de Sérania, soutenu par la Mairie en partenariat avec la Chambre de commerce de la ville, se laissa aller sur son fauteuil. Le bureau était de décoration classique séranienne, c’est--à-dire un peu chargé et pompeux, ce qui convenait parfaitement à Marcus qui n’avait eu que quelques fautes de goût à corriger. Le bâtiment était vieux et datait de la colonisation de Seranon, il avait été construit sur décret de la direction colonial des travaux publics et donc par un mandataire désigné par le gouvernement de la FSU. Son portrait se trouvait d’ailleurs dans le musée de la Mairie. Le bâtiment était relativement grand et avait été redécoré au vil des siècles mais la structure demeurait la même et, en raison de la politique urbaine de la ville, n’était pas supplanté agressivement par de gigantesques tours comme c’était le cas à Actinium où chacun rivalisait avec l’autre pour être le plus haut. Huit cents mètres, un kilomètre, encore plus, quel intérêt ? Cette logique avait contribué à faire habiter près de quarante pour-cent des habitants la planète sur un espace qui en faisait moins d’un quart en plus d’y concentrer toute l’industrie. La première catastrophe majeure dans ce petit carré et c’était la fin de Seranon...

Marcus contempla la ville qui n’était pas prête de s’endormir, Sérania ne dormait jamais, la vie culturelle et festive y était trop importante. Le projet de la Chambre de commerce, appuyé par la ville sur l’insistance de Marcus cherchait à relancer une activité de recherche et d’affaires à Sérania même. L’objectif était de dynamiser la vie économique de la capitale et de contribuer à la sortir de sa pure image de ville administrative et touristique, bref de compléter les recettes, et d’être en mesure de répondre aux besoins du reste de la planète afin d’une part en profiter un maximum et d’autre part... Tout simplement rendre service et accroître l’importance des recettes communales afin de voir Sérania peser davantage dans sa Regiona et dans la politique planétaire, car l’enjeu était également là. Il n'était pas question de voir la capitale naturelle de Seranon désertée au profit d’une Actinium ou d’autres villes.

Marcus ramassa ses effets personnels et sortit. Il en était presque à éteindre les lumières, seuls quelques assistants des services commerciaux et juridiques travaillaient encore. Tyler l’attendait depuis une bonne heure dans le parking de la Mairie.

-Monsieur ?

-Nous y allons Tyler, je crois que nous avons tous deux hâte...

Pas de réponse, il était donc d’accord.

-Lucius a laissé un message. “Les choses avancent”.

-Parfait, et Mulvius ?

-Tout semble bien se dérouler là aussi, il aimerait Lucius pour la fin de la semaine afin qu’ils examinent plusieurs choses ensemble.

-Eh bien Lucius ira, répondit laconiquement Marcus en se servant un verre de spiritueux léger. Dire qu’il avait encore de la paperasse a examiner. Il ne se chargerait pas de tout, pas ce soir.

Un ange passa. 

-J’ai également poursuivi mes recherches quant au personnel d’exécution des tâches générales, je pense avoir trouvé des gens compétents et ai réalisé un premier tri. J’ai détenu une demi douzaine de candidats.

-Parfait, nous allons donc examiner ces dossiers en priorité ce soir.

-Le dossier d’investissement au Levant ? Demanda le majordome qui pouvait bien après toutes ces années se permettre quelques libertés, après tout Calvus l’avait choisit pour ça.

-Nous avons encore un peu de temps, Mulvius devra de toutes façons s’en occuper et il ne revient pas avant dix jours.

Il s’agissait en réalité d’examiner les possibilités d’investissement en matière d’industrie légère sur le continent du Levant, l’ancienne zone rebelle étant littéralement prise d’assaut par les grands groupes, et de trouver des sites potables qui ne seraient pas littérairement saisis par le combinat national inauguré il y à deux jours. Il y avait de fortes chances de voir les gens rapidement expropriés de leurs terres trop fertiles ou sommés de suivre une quantité assommante de directives. Cela ne serait peut-être pas le cas, mais Calvus n’avait à proprement parler qu’une confiance très limité dans le gouvernement actuellement en place. Si seulement d’anciens membres de la gauche modérée étaient toujours aux manettes...

L’on était arrivé et l’antigrav’ importé de Jadis s’engagea dans l’allée de la maison. Tyler et Calvus descendirent et le Maire alla se rafraîchir un peu tandis que l’on achevait de préparer le repas, un ensemble copieux mais vite avalé. Il trouva du poulet du Levant ainsi qu’une salade et du pain aux noix, un régal avec du fromage léger et un petit vin légèrement pétillant des côtes méridionales, Tyler mangea avec lui en silence.

Le repas passé et le reste de la bouteille de vin prête à être dégustée en travaillant gaiement, l’on se pencha finalement sur les six dossiers destinés à fournir la Maison Claudia en “troupes fraiches”. De son propre aveu, Tyler se faisait vieux pour un nombre élevé de tâches, dont celle de garde du corps, d’autant plus que Lucius et Aelius avaient grandis, il fallait du nouveau personnel compétent et en mesure de demeurer fidèles. Six candidats donc, et il faudrait en retenir deux, trois à la rigueur. Les deux hommes commencèrent donc.
Citation :

Michel Trima, trente-cinq ans, humain, tendance libérale, enquêteur en criminalité financière à Actinium, relativement bien noté et capable de travailler seul. Situation stable, marié et père de deux enfants en bas âge, marié à Jacqueline Trima, tendance chrétienne-démocrate employée dans la restauration.

Citation :
Lionel Delcroix, quarante-et-un ans, humain, socialisant, enquêteur criminel actuellement en demi solde pour insubordination. Célibataire il avait travaillé à Histianiae pendant les années troublées et pendant la restauration poste guerre civile. Considéré comme méticuleux et n’aimant pas qu’on lui dise comment faire son travail.

Citation :
Hubert Michelson, vingt-sept ans, demi tieffelin, chrétien himalien a priori apolitique. Michelson était un ancien soldat de l’infanterie de marine, bien né mais nom commun malgré tout, ancien officier à la retraite pour blessures, il avait préféré quitter et cherchait de l’emploi.


Citation :
Charlotte Torflan, trente-et-un ans, humaine, inspectrice des finances, libéralisante. Situation stable, mariée et mère de trois enfants dont deux jumeaux. Employée jugée de bonne tenue, efficace dans son métier. Sur la liste des prochaines nominations.

Citation :
Xavier Luchelli, trente-sept ans, humain, manager dans une fabrique de machine-outils pour l’industrie spatiale, socialiste dur, Front Populaire. Marié, quatre enfants, soupçonné d’alcoolisme chronique. Ordonné et efficace dans son métier.

Citation :
Mauricio di Pietro, quarante-six ans, tieffelin, enquêteur privé, chrétien himalien de la ligne dure. Célibataire (veuf). A travaillé pendant dix ans dans les GSS basées à Tramp à l’issue de sa reconquête par les forces vénatoristes puis est passé à son compte où il a officié dans tous types d’enquête au profit d’entrepreneurs, de familles victimes de la guerre. À déjà été garde du corps, considéré comme étant très discret.

On discuta longuement de certains cas, beaucoup moins d'autres et pour finir l'on envoya des propositions à di Pietro, Torflan et Michelson, le dossier de Trima fut envoyé à Mulvius qui pourrait l'employer dans son cabinet. Le reste fut remis au lendemain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 21 chemin d'Athéna (résidence)   

Revenir en haut Aller en bas
 
21 chemin d'Athéna (résidence)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Project d'un construction d'un chemin de fer reliant Haïti à la Dominicanie
» Et les athéniens s'atteignirent...! ~ Pv Luc
» Chacun sa route chacun son chemin ? [ Libre 1 Personne ]
» Quand on est perdu, on demande son chemin. [TERMINE]
» Mieux comprendre le manga à Athée sur Cher

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hegemony :: Seranon :: Serania-
Sauter vers: