Hegemony

Dans un univers troublé, l'avenir de la galaxie et de la race humaine vous appartient
 
WikimonyAccueilLisez les règles du jeu iciFAQS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Florilèges de la diplomatie française: rire ou pleurer?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Syllas
Administration
avatar

Nombre de messages : 2045
Localisation (en RP) : Dans les tabernacles de la double puissance temporelle et spirituelle
Date d'inscription : 09/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits: Plus qu'il n'y a de grains de sable au bord de l'océan

MessageSujet: Florilèges de la diplomatie française: rire ou pleurer?   Mer 19 Jan - 21:17

Lisant en ce moment un ouvrage très intéressant sur la diplomatie française (Les diplomates, Franck Renaud, édition Nouveau monde), je suis tombé sur un chapitre absolument ahurissant sur l'ambassade de France en Chine. Pour les intéressés, c'est vraiment terrible et donne envie de pleurer. On se dit que notre gestion diplomatique sur Hegemony est a un niveau très supérieur.

http://img141.imageshack.us/img141/4404/lesdiplomateschap9.jpg
http://img200.imageshack.us/img200/4136/lesdisplomateschap90001.jpg
http://img189.imageshack.us/img189/2859/lesdisplomateschap90002.jpg
http://img109.imageshack.us/img109/9509/lesdisplomateschap90003.jpg
http://img703.imageshack.us/img703/9232/lesdiplomateschap90000.jpg
http://img407.imageshack.us/img407/6855/lesdiplomateschap90001.jpg


Fin de la phrase sur laquelle se termine la page 247: "gris, sans charme, présentés dans une note remise à Ségolène Royal lors de son voyage à Pékin en janvier 2007, alors qu'elle venait d'être désignée candidate du PS à l'élection présidentielle, comme "deux pavillons de banlieue à la grâce toute brejnevienne." Piégés qui plus est, puisqu'un réseau souterrain de caves communicantes, n'apparaissant pas sur les plans remis à l'époque par les autorités chinoises et découvert bien des années après, existerait sous la mission diplomatique!"

Quelques pages plus loin:

Les diplomates a écrit:
""Autre "faiblesse" pointée par les spécialistes du renseignement: celle des diplomates français pour les jolies jeunes femmes chinoises. "ah les concubines, c'est terrible!" lâche un ancien attaché de défense. "l'exemple", oil est vrai, est parfois donné par l'ambassadeur en personne. Un agent passé par Pékin se souvient avec le sourire de l'un d'eux, "qui faisait entrer ses copines chinoises à la résidence dans le coffre de sa voiture" à une époque où le quartier Sanlitun était encore bouclé par des barrières gardées. L'honneur est sauf pour cet ambassadeur, puis c'était avant son mariage... avec une ressortissante chinoise, sur laquelle nombreux sont ceux qui s'interrogent. Les hommes politiques français ne sont pas en reste. Un ancien haut responsable français, visiteur régulier à la Chine, fait quasiment le plan de table lorsqu'il s'agit de dîner à la résidence. En substance, "de jolies jeunes femmes, pas farouches, plutôt que des barbons sérieux".
"Reste qu'à une époque récente, les victimes des concubines se sont multipliées. Et par un curieux hasard, toutes ces victimes consentantes soit avaient un accès privilégié à l'autorité consulaire délivrant les visas, soit avaient dans leur portefeuille des dossiers sensibles, voire protégés par le secret défense. Des exemples? un diplomate en position de responsabilité au consulat de Pékin - donc
- donc en situation de donner une suite favorable à une demande de visa - rencontre une femme chinoise. Elle devient sa maîtresse. Il se trouve que le frère de cette femme anime une société organisatrice de séjours à l'étranger pour hommes d'affaires chinois.
[...]
C'était quelqu'un de complexé, avec un dossier militaire assez moyen. Il a été entortillé par son interprète de l'ambassade," justifie un témoin de l'époque. Toujours est-il que M. Henri passe "de l'autre côté". Avec tout ce qu'il peut connaitre du dispositif de renseignement français en Chine... Causant une inquiétude terrible à la DGSE. Quelques années après, M. Henri serait toujours en Chine. Sa "concubine" travaillerait pour une entreprise française chargée de la communication. M. Henri, lui, a connu des soucis avec sa pension de retraite. Tant et si bien qu'il a fini par approcher un représentant des français à l'étranger pour savoir comment il pourrait la percevoir.
[...]
"La pénurie de coffres-fort menace la préservation du secret défense".
[...]
En 2004, à Pékin, une manifestation marque le quarantième anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la France et la Chine. "une fonctionnaire chinoise du Ministère des affaires étrangères se dirige vers un homologue français. "merci, mon stage au Quai d'Orsay était formidable, vraiment très intéressant. En plus, c'est très libre chez vous: je pouvais photocopier tout ce que je voulais, y compris des
y compris des télégrammes diplomatiques. Un peu interloqué, je lui demande alors innocemment: "Et ici, au Ministère des affaires étrangères chinois, vous recevez des stagiaires étranger?" La réponse de la fonctionnaire chinoise fus: "Vos n'y pensez pas! C'est sécurisé chez nous!"


Vive la France

Un peu moins triste, pour finir:


Les diplomates a écrit:
A Kinshasa, où Gildas Le Lidec a également été en poste, il épuise ses gardes du corps du GIGN, et ne manque pas une occasion de saluer sa région natale: à la résidence, au bord du fleuve COngo, il descend régulièrement au petit matin le drapeau français et hisse le gwen ha du, les couleurs de la Bretagne! Et pour que son "forfait" ne demeure pas anonyme, il tire de son sommeil l'ambassadeur du
Congo-Brazzaville, Hervé Bolot, dont la résidence, la Case De Gaulle domine l'autre rive du fleuve, et lui lance: "regarde, je l'ai encore fait!"

_________________
Amiral Nikolaï Syllas d'Acre
Maître du jeu -
Union des Territoires Eloignés, Alttoria, Vands, Nomades, département Admintech (entre autres)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Smith
Initié
avatar

Nombre de messages : 487
Age : 25
Localisation (en RP) : Au fin fond de l'espace connu.
Date d'inscription : 23/12/2010

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: Florilèges de la diplomatie française: rire ou pleurer?   Mer 19 Jan - 21:58

Tout le monde sait que la France est en mauvaise posture diplomatique, économique, sociale, politique et morale...
Vive le temps ou de Gaule était encore au pouvoir, lui il savait faire jouer la diplomatie française. Il tenait la France dans une main de fer certes... mais quelle main!

Et puis tout est bon pour mettre à mal les pays phares de l'UE et les États-Unis, moteur d'une économie sur le déclin, car nous qui croyons que le monde nous appartient encore, nous nous heurtons au reste du monde, qui nous regarde telle la jeunesse tunisienne mettant en déroute leur gouvernement corrompu, déclinant, inapproprié, mafieux...
Certes, le monde a encore besoin de nos économies pour fonctionner... mais cela ne nous donne pas tous les pouvoirs.

Nos gouvernements occidentaux me font bien rire...
Vivement un revirement total...
Le changement, seulement... le changement.

Autant en rire s'il faudrait en pleurer...

_________________

James Smith, un MJ qui vous veut du bien.
N'oubliez pas: Ω = 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syllas
Administration
avatar

Nombre de messages : 2045
Localisation (en RP) : Dans les tabernacles de la double puissance temporelle et spirituelle
Date d'inscription : 09/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits: Plus qu'il n'y a de grains de sable au bord de l'océan

MessageSujet: Re: Florilèges de la diplomatie française: rire ou pleurer?   Mer 19 Jan - 22:19

Boarf... le déclin claironné ne justifie pas l'ineptie totale de l'ambassade de Beijing. Et puis, niveau corrompu et mafieux, la plupart des jeunes Etats sont bien pires. Triste à dire.

_________________
Amiral Nikolaï Syllas d'Acre
Maître du jeu -
Union des Territoires Eloignés, Alttoria, Vands, Nomades, département Admintech (entre autres)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héphaistos (Espé)
Administration
avatar

Nombre de messages : 1775
Date d'inscription : 18/06/2008

MessageSujet: Re: Florilèges de la diplomatie française: rire ou pleurer?   Mer 19 Jan - 22:42

Moi je dis :



EDIT :

Stephane Hessel a dit : "Indignons-nous !"

L'étape suivante est : "Engageons-nous !"

_________________
Équipe Administrative.

La fin de l'Espoir, c'est le commencement de la Mort
Charles de Gaulle


Dernière édition par Espérance le Mer 19 Jan - 22:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chronos
Administration
avatar

Nombre de messages : 2775
Age : 1017
Localisation (en RP) : Dans les limbes du temps
Date d'inscription : 09/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: Infini positif

MessageSujet: Re: Florilèges de la diplomatie française: rire ou pleurer?   Mer 19 Jan - 22:44

L'ineptie de ce qui se passe dans ces ambassades est un facteur aggravant le déclin, le précipitant, empêchant de se maintenir et empêchant de trouver le temps de se ressourcer.

CdG et tous ses potes résistants ça devait pas toujours être rose non plus, chacun son fief digne du moyen-âge en garant de la stabilité... L'âge d'or c'est du passé pour peu qu'il ait existé, là on parle de présent et d'avenir.

Je ne vois pas le rapport entre une diplomatie inefficace et contradictoire et le fait que nos Etats devraient avoir tous les pouvoirs (nos Etats ont-ils seulement détenus tous les pouvoirs ? Même au XIXième l'on pourrait encore objecter...)

Quant au revirement total, vu qu'il s'agira d'un rebattage de cartes sans nous assis à la table (européens, les US s'arrangeront pour s'y trouver et prétendument nous représenter, peut-être même que ça sera réellement le cas), vivement le revirement total ? Je suis pas sûr....

Il était une fois un Monopoly auquel l'on ne pouvait ni perdre ni gagner. La case prison, en revanche, existe bel et bien.

_________________
MJ et gestionnaire de l'Empire Krypto-Arkilien, la République d'Aunadar et la Station Bulkar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amian Ae Saster
Initié
avatar

Nombre de messages : 222
Localisation (en RP) : Les genoux de Mr Benta
Date d'inscription : 21/12/2010

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: Florilèges de la diplomatie française: rire ou pleurer?   Jeu 20 Jan - 14:44

Moi ce qui me fait bien rire, c'est le ton de l'auteur .
C'est à peu près du même niveau qu'OHB accusant Astrium d'espionnage.


Edit => J'ajouterais que c'est mal écrit, qu'il y a des répétitions tout le temps, que l'auteur a un penchant néocon ultra frustrant, et les raccourcis "Langue O" "Langue O".
J'ose espérer que le mec est pas Français, mais notre Education Nationale produisant des ânes à la chaîne, je n'ai pas beaucoup de doutes..

D'ailleurs, dans le même genre d'auteur totalement subjectif, je conseille "L'Affaire Farewell" , qui relate l'Espionnage Soviétique en France (et l'Affaire Farewell..) pendant la guerre froide jusqu'en 1985 .
C'est très subjectif, mais ça montre un peu ce qu'est l'occident trop bon trop con avec des sauvages dont on ne dit pas le nom .

Bref, à lire avec du recul.

Ca me fait penser à un sondage paru dans LeMonde, France, pays du pessimisme (on fait que s'autoflageller) .. Tu verras jamais un truc publié sur la France positif envers la France publié par des Français ; les seuls articles aimables sont ceux des opposants Américains, ou des Anglais (soit disant deux grands Pays anti Français au passage) .
enfin, les gens qui écrivent en France, sont les mêmes qui vont se faire capturer par les Talibans , dont les copains pleurnichent, et qui disent pas un mot sur nos otages exécutés dans d'autres pays.

Ô langue Française, merci d'avoir inclue le mot mépris dans ton vocabulaire, sans ça j'eus été bien nu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artemis Fowl
Initié
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 25
Localisation (en RP) : Dans un vaisseau pirate, à côté de Memel Primer
Date d'inscription : 09/06/2008

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 1505

MessageSujet: Re: Florilèges de la diplomatie française: rire ou pleurer?   Jeu 24 Fév - 16:36

La diplomatie française peut-elle se reconstruire ?

Etat par Etat, les révoltes arabes vues par le Quai d'Orsay

Décodage

La France joue une partie serrée face aux soulèvements populaires arabes. Comment reformuler un message en direction du Maghreb et du Moyen-Orient, après avoir " raté " la révolution tunisienne, point de départ de l'onde de choc, survenue dans un univers que l'on était censé connaître de bout en bout ? Comment rebâtir une image après des années de complaisance à l'égard des pouvoirs en place ? Après la fuite de Ben Ali, Nicolas Sarkozy a théorisé un devoir de " réserve " auquel l'ancienne puissance coloniale serait astreinte. Les Etats-Unis ont paru occuper un créneau déserté par Paris. La place Tahrir au Caire a ensuite semblé vibrer aux messages envoyés par la Maison Blanche, interlocuteur sans égal, en relais et en moyens.

La diplomatie française a du vague à l'âme, comme marginalisée. Quelle voix peut encore être audible ? La ministre des affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie ? Mise hors jeu par ses dérapages et les révélations sur ses vacances tunisiennes. L'Elysée ? Barricadé derrière des communiqués, tapis derrière l'absence de porte-parole, ce qui affranchit d'avoir à déployer une stratégie au grand jour. Nicolas Sarkozy jonglait, le 24 janvier, avec une conférence de presse où tout était calibré pour que le thème du G20 efface le reste. On a vu un ambassadeur de France à Tunis accablé de reproches et brusquement rapatrié. Puis, un nouveau, plus jeune et vibrionnant, se faire piéger, à peine nommé, par sa propre brusquerie face à l'esprit " soixante-huitard " qui imprègne la Tunisie de la parole libérée et ses journalistes branchés Facebook.

L'outil diplomatique français brisé ? Le Quai d'Orsay travaille. Les réunions se succèdent à un rythme soutenu, à renforts de chercheurs, de chargés de la " prospective ", de livraisons de renseignement, pour tenter de tirer au clair ce tourbillon d'événements au sud de la Méditerranée, qui a pris tout le monde de court. Les diplomates assaillis de critiques ont le sentiment d'avoir payé les pots cassés de la politique fixée à l'Elysée : la continuité, le statu quo, au nom de l'antiterrorisme, de l'anti-islamisme, et de l'anti-immigration.

Un ambassadeur s'informe, collecte des contacts, et fait preuve de plus ou moins de courage ou de lucidité dans ses télégrammes. Mais ensuite il exécute une politique en représentant direct du chef de l'Etat. La courroie de transmission a-t-elle servi de bouc émissaire ? Les voix ne sont pas rares, dans l'appareil du " Quai ", à désigner aujourd'hui des conseillers de l'Elysée comme responsables de l'opprobre qui accable toute une profession.

Pour être plus précis, c'est à un homme, Claude Guéant, le puissant secrétaire général de l'Elysée, que l'on prête le calcul d'avoir voulu canaliser la critique d'une politique... contre un corps, celui des diplomates. " Nous servons de "sitting ducks" ", de canards sur lesquels on tire comme à la foire, écrit l'un d'eux dans un courriel.

Ils travaillent, donc. Cinq semaines et demie après la chute de Ben Ali, voici l'analyse qui émane du " Département " s'agissant du printemps des peuples arabes, et de la nouvelle donne qu'il induit. Un tableau d'ouest en est.

Maroc : la confiance... obligée On pense côté français que le pouvoir va tenir. Le royaume chérifien est un vieil allié, protégé à l'ONU par la France sur la question du Sahara oriental, appuyé par Paris pour son statut spécial auprès de l'UE. Les liens sont presque incestueux : " Combien de ministres français ont séjourné gratuitement dans des palaces marocains depuis des années, au prétexte d'une visite de travail de trois jours qui commençait le vendredi, avec un entretien officiel d'une demi-heure pour tout justifier... " glisse un connaisseur, issu du Quai. " Sur le Maroc, on est gêné : ils nous "tiennent" ", dit un autre, en parlant de la masse d'informations collectées à la Mamounia sur les élites françaises.

Mais il n'y aurait pas péril en la demeure. L'analyse officielle semble la suivante : le roi a une légitimité de commandant des croyants, il est jeune, pas un gérontocrate comme ailleurs dans le monde arabe, et le degré de liberté dans le pays est supérieur à celui de la Tunisie : " On peut qualifier les élections de libres. " La France croise les doigts.

Algérie : un coup d'Etat de l'armée ? La " réserve " post-coloniale de M. Sarkozy s'applique là plus encore qu'ailleurs. Le diagnostic du moment : l'opposition est atomisée, et plane sur ce pays le souvenir de la guerre civile des années 1990, avec ses centaines de milliers de morts. " Il y a une désespérance, mais qui ne coalise pas pour le moment ", estime une source autorisée à Paris. Qui émet une hypothèse : l'armée va chercher à " précéder " les manifestations en procédant à des réformes. " Je parie sur un coup d'Etat de l'armée et des services pour rendre le pouvoir populaire ", dit notre interlocuteur. Les militaires auraient " pris conscience qu'il faut devancer les choses ".

Tunisie et Egypte : la réussite La révolution tunisienne a réussi, " une vraie révolution ", impulsée par le peuple et soutenue par l'armée : " Surtout pas par les islamistes, qui peinent à courir derrière les émotions des Tunisiens. " Vérification faite, le rôle prêté aux Américains était illusoire.

En Egypte, l'armée a refusé la répression et pris les commandes, avec le renversement de Moubarak. Mais veut-elle garder le pouvoir ? Non, estime-t-on en haut lieu à Paris. " Dans une semaine on aura une nouvelle Constitution, dans un mois, un référendum et ensuite une présidentielle et des législatives. "

Libye : la rupture La rupture est consommée avec Mouammar Kadhafi, un peu plus de trois ans après sa spectaculaire visite à Paris. Le déferlement de violences contre les manifestants a scellé son sort. Son temps est compté, estime-t-on à Paris. M. Sarkozy a dénoncé, lundi 21 février, dans un communiqué, " l'usage inacceptable de la force ". Un diplomate de haut rang : " On espère que c'est la fin du système Kadhafi. " Dans l'Est, " l'armée s'est solidarisée avec la population, il ne reste plus au pouvoir que des mercenaires tchadiens. Kadhafi joue le tout pour le tout ".

Dans le Golfe : un créneau pour la France ? Sur cette région, comme à propos de l'Egypte, le commentaire le plus appuyé émanant des responsables de la diplomatie française porte sur l'attitude de l'administration Obama. Elle est critiquée. On lui prête des erreurs. D'avoir cherché de manière trop " impérieuse " à précipiter la chute de Moubarak. De s'être trop mise en avant, de " s'octroyer beaucoup de mérites ". Comme par exemple, de laisser croire qu'un coup de fil a mis fin à la répression à Bahreïn. " Avec les Américains, les Britanniques, en particulier David Cameron, ont été les plus radicaux. En demandant le départ "maintenant" de Moubarak ", dit une source.

Cela offre-t-il un créneau à la France, celui d'une retenue tout en modestie ? Le mot-clé aujourd'hui est l'" accompagnement ", l'aide économique, pour consolider les chances de vraie démocratie un peu partout, évolution dont Israël aussi pourrait bénéficier. " Les démocraties ne se font pas la guerre ", a déclaré M. Sarkozy devant le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), le 9 février.

En tout cas, la fureur saoudienne et la stupeur des Emiratis face au " lâchage " du raïs égyptien par Washington ne sont pas passées inaperçues. L'abandon " en trois jours " d'un allié de trente ans a écorné la crédibilité américaine dans la région. La France n'est pas la seule à voir ses choix mis en doute. Une consolation ?

Natalie Nougayrède

" On ne s'improvise pas diplomate "

Une tribune du groupe Marly, qui réunit des diplomates français critiques

Point de vue

Un groupe de diplomates français de générations différentes, certains actifs, d'autres à la retraite, et d'obédiences politiques variées, a décidé de livrer son analyse critique de la politique extérieure de la France sous Nicolas Sarkozy. En choisissant l'anonymat, ils ont imité le groupe Surcouf émanant des milieux militaires, dénonçant lui aussi certains choix du chef de l'Etat. Le pseudonyme collectif qu'ils ont choisi est " Marly " - du nom du café où ils se sont réunis la première fois. Ceci est leur premier texte public.

y La manoeuvre ne trompe plus personne : quand les événements sont contrariants pour les mises en scène présidentielles, les corps d'Etat sont alors désignés comme responsables.

Or, en matière diplomatique, que de contrariétés pour les autorités politiques ! A l'encontre des annonces claironnées depuis trois ans, l'Europe est impuissante, l'Afrique nous échappe, la Méditerranée nous boude, la Chine nous a domptés et Washington nous ignore ! Dans le même temps, nos avions Rafale et notre industrie nucléaire, loin des triomphes annoncés, restent sur l'étagère. Plus grave, la voix de la France a disparu dans le monde. Notre suivisme à l'égard des Etats-Unis déroute beaucoup de nos partenaires.

Pendant la guerre froide, nous étions dans le camp occidental, mais nous pesions sur la position des deux camps par une attitude originale. Aujourd'hui, ralliés aux Etats-Unis comme l'a manifesté notre retour dans l'OTAN, nous n'intéressons plus grand monde car nous avons perdu notre visibilité et notre capacité de manoeuvre diplomatique. Cette perte d'influence n'est pas imputable aux diplomates mais aux options choisies par les politiques.

Il est clair que le président n'apprécie guère les administrations de l'Etat qu'il accable d'un mépris ostensible et qu'il cherche à rendre responsables des déboires de sa politique. C'est ainsi que les diplomates sont désignés comme responsables des déconvenues de notre politique extérieure. Ils récusent le procès qui leur est fait. La politique suivie à l'égard de la Tunisie ou de l'Egypte a été définie à la présidence de la République sans tenir compte des analyses de nos ambassades. C'est elle qui a choisi MM. Ben Ali et Moubarak comme " piliers sud " de la Méditerranée.

Un WikiLeaks à la française permettrait de vérifier que les diplomates français ont rédigé, comme leurs collègues américains, des textes aussi critiques que sans concessions. Or, à l'écoute des diplomates, bien des erreurs auraient pu être évitées, imputables à l'amateurisme, à l'impulsivité et aux préoccupations médiatiques à court terme.

Impulsivité ? L'Union pour la Méditerranée, lancée sans préparation malgré les mises en garde du Quai d'Orsay qui souhaitait modifier l'objectif et la méthode, est sinistrée.

Amateurisme ? En confiant au ministère de l'écologie la préparation de la conférence de Copenhague sur le changement climatique, nous avons abouti à l'impuissance de la France et de l'Europe et à un échec cuisant.

Préoccupations médiatiques ? La tension actuelle avec le Mexique résulte de l'exposition publique d'un dossier qui, par sa nature, devait être traité dans la discrétion.

Manque de cohérence ? Notre politique au Moyen-Orient est devenue illisible, s'enferre dans des impasses et renforce les cartes de la Syrie. Dans le même temps, nos priorités évidentes sont délaissées. Il en est ainsi de l'Afrique francophone, négligée politiquement et désormais sevrée de toute aide bilatérale. Notre politique étrangère est placée sous le signe de l'improvisation et d'impulsions successives, qui s'expliquent souvent par des considérations de politique intérieure. Qu'on ne s'étonne pas de nos échecs. Nous sommes à l'heure où des préfets se piquent de diplomatie, où les " plumes " conçoivent de grands desseins, où les réseaux représentant des intérêts privés et les visiteurs du soir sont omniprésents et écoutés.

Il n'est que temps de réagir. Nous devons retrouver une politique étrangère fondée sur la cohérence, l'efficacité et la discrétion.

Les diplomates français n'ont qu'un souhait : être au service d'une politique réfléchie et stable. Au-delà des grandes enceintes du G8 et du G20 où se brouillent les messages, il y a lieu de préciser nos objectifs sur des questions essentielles telles que le contenu et les frontières de l'Europe de demain, la politique à l'égard d'un monde arabe en révolte, nos objectifs en Afghanistan, notre politique africaine, notre type de partenariat avec la Russie.

Les diplomates appellent de leurs voeux une telle réflexion de fond à laquelle ils sauront apporter en toute loyauté leur expertise. Ils souhaitent aussi que notre diplomatie puisse à nouveau s'appuyer sur certaines valeurs (solidarité, démocratie, respect des cultures) bien souvent délaissées au profit d'un coup par coup sans vision.

Enfin, pour reprendre l'avertissement d'Alain Juppé et d'Hubert Védrine publié le 7 juillet 2010 dans Le Monde" l'instrument - diplomatique - est sur le point d'être cassé ". Il est clair que sa sauvegarde est essentielle à l'efficacité de notre politique étrangère.



------------


Nanmého, ineptie des ambassades... il y a de quoi baisser les bras quand tout semble démontrer que son boulot ne sert, au final, à rien... geek


Edit: le texte il est plus zoli ici: http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/02/22/on-ne-s-improvise-pas-diplomate_1483517_3232.html

Et la réplique de l'Elysée, qui est des plus incohérentes à mon humble avis... ici: http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/02/23/pour-guaino-la-tribune-des-diplomates-est-un-tract-politique_1483933_823448.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amian Ae Saster
Initié
avatar

Nombre de messages : 222
Localisation (en RP) : Les genoux de Mr Benta
Date d'inscription : 21/12/2010

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: Florilèges de la diplomatie française: rire ou pleurer?   Jeu 14 Juil - 18:20

http://www.lefigaro.fr/international/2011/07/12/01003-20110712ARTFIG00641-les-espions-allemands-egarent-le-plan-de-leur-nouveau-qg.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Florilèges de la diplomatie française: rire ou pleurer?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Florilèges de la diplomatie française: rire ou pleurer?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean Raspail à l'Académie Française
» Bavure de l'aviation française ?
» La culture française s'exporte
» Dictionnaire raisonné de l’architecture française: XIe/XVIe
» La cuisine française à l'UNESCO?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hegemony :: Admintech & Communauté :: Discussions légères-
Sauter vers: