Hegemony

Dans un univers troublé, l'avenir de la galaxie et de la race humaine vous appartient
 
WikimonyAccueilLisez les règles du jeu iciFAQS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Syllas
Administration
avatar

Nombre de messages : 2045
Localisation (en RP) : Dans les tabernacles de la double puissance temporelle et spirituelle
Date d'inscription : 09/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits: Plus qu'il n'y a de grains de sable au bord de l'océan

MessageSujet: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Sam 12 Fév - 16:04

[HRP]Je reprends des éléments de mon précédent post.
Les problèmes sont sur le point de commencer. Postez encore une fois, ça va devenir joli héhé...[HRP]



LSSS Sirius' Pride
Niveau 1 - 00h15 (heure de Jadis)
Capitaine Skjöld - responsable Interpol



Pendant que la trafiquante maugréait sur les moeurs décadentes de la haute-société, les gens à bord allaient lentement se coucher. Le capitaine, lui, quoique fatiguait, avait regagné la passerelle, où l'homme d'interpol vint le trouver.
Après quelques banalités, il déclara, précautionneusement:

-Capitaine, il se pourrait que nous ayons un problème.

Il le lui dit. Les traits du commandant du navire se contractèrent.

-Que comptez-vous faire? demanda-t-il à la fin.
-Tout est prévu, ne vous inquiétez pas. Mais faites en sorte que tout semble se dérouler comme prévu.
Il opina lentement.



LSSS Sirius' Pride
Niveau 0 - Bâbord - 8h00 (heure de Jadis)
Hel


Le lendemain, ce fut une Hel plus dispo - et moins bien habillée - qui s'installa, perdue dans ses pensées, à sa table de petit déjeuner. Ses cheveux retombaient, bouclés, sur ses épaules, et elle fixait le fond de son thé de ses yeux gris. Installée seule à une table, assez près de la verrière, elle regardait les ténèbres absolues de l'hyperespace.

_________________
Amiral Nikolaï Syllas d'Acre
Maître du jeu -
Union des Territoires Eloignés, Alttoria, Vands, Nomades, département Admintech (entre autres)




Dernière édition par Anubis (Syllas) le Sam 22 Oct - 21:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ichkhan Demek
Adepte
avatar

Nombre de messages : 61
Localisation (en RP) : EKA.
Date d'inscription : 12/02/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Sam 12 Fév - 19:56

Au moment de l’embarquement sur le LSSS Sirius’Pride, la foule avait été intense et peu de monde firent attention au fait qu’un non-humain embarqua à bord, en effet cette personne de petite taille avait eu le visage recouvert d’une épaisse capuche noire. Son uniforme ressemblait à un long manteau noir aux liserés nacré si raffiné qu’on eut dit un habit de roi, pourtant ce vêtement conservait la sobriété propre à la race shluikor.

L’extra-terrestre s’était fait discret et les seules personnes qui eurent connaissance de son entrée à bord en premier temps furent les officiers du commandeur de bord, et le commandeur lui-même. Dans un premier temps ils furent surpris, car peu de gens avait rencontré un Klan, même après la guerre de trois ans, et même après le fait que l’existence la race shluikor soit connue dans tous les empires humains de la galaxie. Puis ils furent perplexes, en quoi un Klan viendrait-il s’immiscer dans cette croisière purement politique et économique.

Ainsi, on lui accorda une chambre spacieuse, une suite pour être exacte, un peu à l’écart de celles octroyés à la majorité des occupants de la station. De cette façon, il prit ses aises dans l’habitat qui serait le siens pendant quelques jours et passa quelques instants à faire la liste de tous les objets qu’il avait emporté avec lui, dans cette immense mallette métallique, cerclée de bore, et possédant un cadenas à ADN.

Durant une heure, il ne fit que peu de chose, méditant, et se préparant à affronter les débats humains, vaste concentré de bêtises, d’idéologies forcenées, d’intérêts personnels et d’intrigues galactiques.
Il se rendit un peu plus tard dans la salle de conférence, qui allait aussi servir de salle de bal pour assister au discours de Bela Szekory. Or le Klan se demandait pourquoi un humain l’avait requis sur ce bateau afin de servir d’intermédiaire et d’arbitre dans les négociations, pourtant, il ne se sentait pas trop à sa place ici, et il commença vite à se lasser.

Alors que le repas avait sonné, le Klan ne se présenta pas à la place qui lui avait été réservée, et aucun convive ne remarqua cette absence. A la place, il avait décidé d’arpenter les méandres du vaisseau, comparant les avancées technologiques humaines actuelles qu’il pouvait apercevoir et la technologie qui avait été la leur voilà plus de trois cent cinquante ans.
De cette manière, il arpenta quasiment tous les étages pour revenir à son point de départ, la salle de bal. L’atmosphère était viciée par des vapeurs d’alcool, ce qui révulsa les narines du Shluikor. D’autant qu’il n’appréciait pas la nourriture humaine et la façon dont elle était préparé, leur façon d’assaisonner les aliments vrillaient ses papilles gustatives.

Alors, il prit un ascenseur et sortit de sa poche un petit objet qu’il posa dans la paume de sa main, tendue vers le ciel, il accrocha par ailleur une minuscule pastille grise au niveau de sa tempe. De petits cristaux se mirent à voleter en cercles concentriques, tout en changeant de direction, formant des figures complexes. Même en marchant les cristaux changeait de place et de forme. Cet exercice était une sorte de méditation, utilisé dans l’école du Klan pour se reposer et éveiller son esprit.
Tout en se concentrant, le klan passa dans le jardin botanique en ne faisant pas attention à la conversation de deux hommes, dont les visages étaient dissimulés par une ombre.

En quittant le lieu, le klan parvint devant une série de baies vitrées, il retira son capuchon dévoilant une peau d’un bleu profond aux reflets turquoise et des yeux rouges flamboyants…

A quelques encablures de l’endroit, le Shluikor pouvait entendre la conversation d’un homme et d’une femme. Il émit un long soupir devant le spectacle du vide spatial et rangea son appareil à cristaux.
Il reprit son chemin vers sa chambre et passa devant les deux humains, la femme semblait excité tandis que l’homme paraissait avoir un certain pragmatisme. N’ayant pas remis sa capuche en place, le klan les salua d’un bonsoir, avant de regagner ses appartements.
Là, il avait assez d’espace pour qu’il puisse exécuter quelques katas à partir de son naginata. Il se déshabilla, puis il ouvrit la baie vitrée de la suite. Là il examina ses implants biomécaniques issus de ses vieilles blessures de guerres, à côté de lui, se tenait un miroir et il s’observa trois cicatrices lui barraient le visage comme une patte griffue s’y était abattue voilà très longtemps.
Refoulant toutes ses appréhensions et ses questionnements, il fit le vide dans ses pensées et il pratiqua une profonde méditation.

Le temps passa…

En ouvrant les yeux, le Klan vit l’heure affiché par rétroprojection sur le plafond de la suite, le matin déjà, reposé, il s’habilla de son uniforme. Celui-ci était chaud, il apparut qu’il venait d’être lavé par le service informatisé du vaisseau.
Le Klan, décida de ne pas se dissimuler aujourd’hui, et il sortit alors à visage découvert de sa suite pour se diriger vers la salle de réception, il y parvint, il devait être très tôt car encore personne n’était présent.
Alors, Le Klan prit une chaise, s’assit et ressortit le même appareil que la veille. Il recommença ses exercices mentaux, les cristaux virevoltaient entre ses doigts, et ainsi, le vieux klan s’apaisait, il se sentait bien inutile sur ce vaisseau, et il se plongea dans ses souvenirs, revenant aux premiers instants de son apprentissage militaire.

Vu de l’extérieur, on aurait pu croire que l’extraterrestre dormait littéralement assis si les cristaux n’étaient pas en mouvement.
Il se demandait bien ce qu’il allait se passer aujourd’hui, il n’avait pas eu l’idée de consulter le programme avec exactitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcus Claudius Calvus
Débutant
avatar

Nombre de messages : 47
Age : 1380
Localisation (en RP) : Serania
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Sam 12 Fév - 21:12

Marcus sortit de son bain et attrapa prestement un peignoir dans lequel il se lova douillettement. La soirée d’hier avait été relativement arrosée et les discussions étaient allées bon train jusqu’à une heure avancée. Marcus avait pu discuter avec plusieurs commerciaux séraniens de la capitale et d’Actinium et était parvenu à négocier certaines politiques avec quelques uns, notamment des investissements dans des régions particulières ou encore sur Tiléa, son “fief” où était en mesure de louer à bon prix des appartements de luxe. Aelius, son fils adoptif, lui avait fait part d’une idée de développer le tourisme par barge aérienne au dessus des forêts de Tiléa, la GTC serait en mesure de réaliser ce qu’il fallait dans ses petits chantiers d’Alganzaar et s’ils étaient trop cher, l’on fabriquait aussi des aéronefs de plaisance en Union, sur Jadis et sur Kryptonn. Une initiative intéressante aussi Marcus avait-il plus ou moins prit le pouls là-dessus également et avait rencontré quelques réponses positives.

Le maire de Sérania s’habilla lentement, prenant son temps et donna sa journée à Tyler, son majordome. L’ancien fantassin de marine était bien conservé malgré les années et demeurait toujours un excellent tireur, garde du coup et une ordonnance de première ordre ! Cela dit Marcus Claudius Calvus était, à cinquante-quatre ans, capable de mettre ses souliers tout seul.

Marcus quitta sa suite et se rendit à la salle à manger, il avait une faim de loup. Se faisant servir un café séranien avec des petits pains, du jambon krypton et des fruits séraniens. Le maire de Sérania constata qu’il n’y avait pas grand monde, l’homme avait prit l’habitude de se lever tôt depuis la fin de la grande guerre. Le travail n’avait pas manqué et il ne manquait toujours pas. Marcus aperçu la jeune femme d’hier soir, qui avait visiblement travaillée à autre chose que de négocier dans des salons.

Marcus Calvus termina calmement son déjeuner et, quittant la salle, se rendit au bar, où d’après son communicateur l’une de ses connaissance, Hubert Durlain, homme d’affaire et humain, l’attendait. D’autres devraient rejoindre afin de parler d’un projet d’investissement multisecteurs sur Seranon et bien sûr, du commerce en zones non alignées, qui concernait pas mal de monde ici et Marcus également, étant donné qu’il disposait de moyens de contrôle sur plusieurs parlementaires. Les investissements séraniens en zones neutres intéressaient quelques hommes d’affaires qui voyaient là dedans de bons moyens de s’enrichir rapidement. Le gouvernement n’avait pas encore présenté ses programmes en matière de défense, de politique étrangère, ni d’aide au développement, qui apparemment étaient prisées par certains membres du Front Populaire. L’on attendait toujours, tout comme l’on attendait d’éventuelles allocutions ministérielles en matière de politique érikeanne. Marcus avait déjà donné ses consignes en tant que vice-président et l’on attendrait pas son retour pour attaquer dans plusieurs matières.

Hubert était déjà là, et la conversation sur les investissements séraniens potentiels en zones non alignés ou sur Erikea -même si aucun des deux n’y croyait vraiment- reprit tranquillement autour d’une boisson non alcoolisée (pas si tôt le matin). Tiléa revint plusieurs fois lorsque Benito, un homme relativement jeune, capitaine de vraquier et homme sûr de plusieurs amis de Marcus et à vrai dire de Calvus lui-même rejoignit la réunion en se faisant servir jus de fruit et une petite assiette de fruits simples en guise de déjeuner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christophe Ashworth
Initié
avatar

Nombre de messages : 210
Date d'inscription : 29/01/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Sam 12 Fév - 23:54




Il est bon parfois, de prendre son temps
Tout en donnant du temps au temps.





La fin de soirée c’était plutôt bien passée dans l’ensemble, même si un autre évènement notable avait eu lieu dans la fin de la soirée de la veille : la présence d’un Klan sur le vaisseau lui avait été révélée de manière avérée de part le simple fait que ce dernier les avaient salué dans la salle d’observation. Bien que lui ayant poliment rendu son salut, cette simple présence rendait d’un coup la visite bien plus intéressante : c’était une opportunité de découvrir et de comprendre un peu mieux un peuple bien différent de la race humaine, et quasiment inconnue de cette dernière. Cela pouvait se montrer intéressant si l’on put dire.

Cependant, après que la soirée se fut terminée, un détail qui n’avait pas frappé Christophe jusque là en retournant à sa chambre était que cette dernière ne disposait que d’un lit deux places, et qu’il était désormais un peu trop tard pour demander un remplacement de lit. A cette remarque, Aschen jugea bon de faire remarquer sur un ton des plus neutre possible qu’ils seraient donc obligé de dormir ensemble pendant la durée du séjour. Cependant, un instant, Chris eut l’impression que cela amusait sa suivante…



*****

Le réveil fut plus dur que prévu et, n’ayant pas encore ouvert les yeux. Cependant ce simple grognement de sa part suffit à agiter quelque chose se trouvant à sa droite dans le lit. Ouvrant les yeux lentement, il tomba nez à nez avec Aschen. Leurs regards se croisèrent quelques instant sans que rien ne se disent, avant que les yeux de Christophe ne bougent un peu. D’un coup il réalisa une chose : il n’avait jamais été au courant que la femme qui l’accompagnait portait ce genre de sous-vêtements, le genre noir, très fin et en dentelle.

Détournant le regard après quelques secondes de non-réaction due au réveil – Christophe n’étant pas vraiment quelqu’un du matin – ce dernier se racla la gorge de manière peut discrète. Sa bouche pâteuse s’humidifiant petit à petit alors que les secondes s’écoulaient.


« Quelque chose ne va pas monsieur ?
- Non, cela va plutôt bien mais… pourrais-tu t’habiller un peu plus ?
- Il en sera selon vos désir monsieur.


Se levant peu après cela, la nécessité du lieu où il se trouvait l’y obligeant, les deux individus firent chacun leurs toilettes respectives avant de se rendre ensemble à la salle de bal où se déroulait le petit déjeuné. Là-bas, une personne qu’ils avaient vus un peu plus tôt était déjà présente, se distinguant de la masse des semblables de part sa couleur de peau bleuté le rendant atypique, se distinguant de part sa nature même dans ce lieu où on ne l’attend pas. C’est justement cela qui le rendait interessant…

« Bonjour, vous êtes bien matinal monsieur… ? Christophe avait dit cela de manière un peu détachée, s’inclinant légèrement avant de prendre un siège à la tablée de l’alien, Aschen l’imitant dans les formalités, sans s’attarder en paroles…

Il était 8h00.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ichkhan Demek
Adepte
avatar

Nombre de messages : 61
Localisation (en RP) : EKA.
Date d'inscription : 12/02/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Dim 13 Fév - 0:50

Au fur et à mesure du temps qui passait, des personnes affluaient vers la salle d’audience ou devait se tenir le repas du matin, l’extra-terrestre était arrivé plus tôt que les serveurs ce qui suscita chez eux un sentiment d’incompréhension, surtout que cette personne avait les yeux rougeoyant.
Ainsi, le Klan jeta à chaque fois un rapide coup d’œil aux arrivants. Il était attablé dans un coin de la salle dissimulé à moitié par des ombres.
L’une des premières personnes qui retinrent son attention fut un homme chauve qui s’attabla en premier lieu seul, et qui fut rapidement rejoint par un autre, il semblait déjà parler affaire de bon matin. Le Klan en déduisit que cet homme aimait son travail ou mieux, que l’enjeu en était très important.

Un serveur vint poser sur sa table une série de mets qui aurait ravi n’importe quel humain. Le Shluikor fit un sourire à l’employer en le remerciant. Le plat contenait bacon, œufs au plat, taost, beurre, miel… Tout cela était magnifique mais le Klan se forçait à manger, à jeun depuis hier soir, il sentait sa main trembler. Ainsi quoique l’amertume de la nourriture humaine lui étant désagréable, il avala goulument son petit déjeuner, avant de reprendre son « jeu » avec les cristaux.
De plus en plus de monde affluaient et c’est alors que le Klan reconnut deux personnes, c’était l’homme et la femme de la veille, qu’il avait salué avant de retourner dans sa suite. La jeune femme avait l’air parfaitement réveillé tandis que l’homme semblait sortir d’une nuit agitée, si ce n’était le réveil.

L’homme le vit, et commença à se rapprocher du Klan, l’homme le salua, le Shluikor hocha de la tête tout en refermant la main, les cristaux rejoignirent instantanément l’objet serré entre les doigts du Klan avant que celui-ci ne le range dans sa poche.
L’homme posa une question en Galactique Standard. Le Klan fit une rapide réflexion afin de se remémorer les flexions syntaxiques de cette langue.
Le Klan parla d’une voix grave mais pourtant douce, il n’avait aucun accent.

« Vous savez, les Klans n’ont pas besoin de beaucoup de repos, et puis je ne suis pas très habitué à dormer dans un vaisseau humain… C’est comment dire… rustique.

Le regard du Klan se déporta vers la jeune femme qui s’était assis en même temps que son compagnon, quelque chose l’intriguait au plus haut point, mais le Klan n’arrivait pas à distinguer quoi.
Afin de reporter son attention sur quelque chose de plus normal, le shluikor intercepta un serveur d’un signe de main, lui intimant de venir servir ces invités. Le serveur s’exécuta et ramena un plat garni aux deux humains.
Un silence se mettait en place et le Klan n’appréciait pas. Alors, il s’exprima promptement.

« Bien… Je me nomme Shaseraas Edenhahenyyk, mais les humains préfèrent m’appeler le méditeur. Et votre ami, ou secrétaire elle n’est pas biologique, enfin… Sans vouloir vous offenser… » Dit-il en se tournant vers la jeune femme, son regard fixait tour à tour ses deux interlocuteurs.

Le klan avait compris ce qui lui donnait non pas une mauvaise impression, mais plutôt un sentiment étrange, c’était la perfection de la physionomie de la femme, sa peau n’avait aucune inperfection, aucune chose qui pouvait traduire les séquelles du temps sur de la matière biologique, de même, les iris de la femme étaient parfaitement géométriques…

De plus en plus de monde affluait et la salle commençait à devenir bruyante, s’emplissant de l’odeur des plats tout justes préparés, parmi ces gens certains semblaient cuver une gueule de bois mémorable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christophe Ashworth
Initié
avatar

Nombre de messages : 210
Date d'inscription : 29/01/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Dim 13 Fév - 2:17




Le petit déjeuner est le repas le plus important de la journée,
Suivant les personnes cela peut être pour diverses raisons.



Christophe sourit tranquillement aux dires du Klan concernant le confort des vaisseaux humains : à autres peuples, autres mœurs. Il n’était pas étonnant que l’individu en face de lui ne soit pas à l’aise dans un milieu qui n’avait rien à voir avec ce dont il avait l’habitude. Et à bien y réfléchir, il doutait lui-même être à l’aise dans la situation inverse. Être le seul des siens dans une culture totalement différente était quelque chose que Christophe connaissait de part ses études à Solaria, même si le cas de cet individu était à un tout autre niveau.

Ce qui pourrait être plus dérangeant était le regard soutenu qu’il portait à l’attention de sa suivante, Aschen. Certaines personnes auraient put très mal le prendre, mais ce n’était pas le cas de la jeune femme qui, solennelle avant toute chose, gardait un calme ineffable se contentant de se restaurer des plats qui lui avaient été apporté jusqu’à satiété dans une dignité presque noble. Cette dernière semblait presque éviter le regard du clan, donnant l’illusion de ne pas remarquer l’intérêt qu’il lui portait.

Cependant, une telle attitude de sa part ne fit que déclencher un silence pesant, tous trois conscient de la chose, mais pourtant aucun n’osant le rompre jusqu’à ce qu’enfin le Klan répondant au nom de Shaseraas Edenhahenyyk ne pose la remarque qui lui tenait à cœur concernant Aschen.


« Vous avez l’œil, monsieur Edenhahenyyk je vois, mais pour ce qui est de l’offense, ce n’est pas à moi de vous répondre. Après, je m’appelle Ashworth, Christophe Ashworth, enchanté.

Aschen quand à elle se trouvait à ce moment là en train de boire tranquillement dans sa coupe de thé. Après deux gorgées mesuré, elle la reposa, s’essuyant ensuite le bord des lèvres avec la petite serviette richement décorée, et un peu trop même, qui avait été mise à sa disposition avant de finalement prendre la parole, s’adressant au Klan d’une voix n’émettant ni rudesse, ni compassion envers ce dernier, une sorte de neutralité dans laquelle on pouvait sentir percer malgré tout une petite pointe d’amertume.

« Je m’appelle Aschen Brödel, et vos propos ne m’ont pas offensé, Klan : est-ce que cela vous offenserait si je vous disait à vous que vous n’êtes pas humain ? Je suis une Access de type S, un modèle unique produit par Vector. Nous, les Access sommes souvent qualifiés « d’humains de synthèses » sur Jadis, même si peu de personnes savent comme vous faire le distinguo d’un simple regard entre un Access et un être biologique, surtout pour les types S : nos corps étant fait pour se confondre avec celui d’un humain.

Cela dit, Aschen n’ajouta rien de plus à l’attention de son interlocuteur, et même si elle faisait tout pour le cacher, Christophe savait parfaitement ce qui l’avait dérangée dans les dires de l’individu : si elle avait été humaine, elle n’aurait peut-être pas été un « échec ». Du point de vue de Christophe, Aschen n’en était pas un, mais cette dernière avait cette idée enracinée tellement profondément en elle qu’il était presque impossible de l’en faire sortir. Aussi valait-il mieux reprendre sur une autre conversation aux yeux de l’homme que de risquer de poursuivre celle là…

« Pourrais-je moi aussi vous poser une question : Shluikaas n’est pas vraiment proche de Jadis, et n’est pas exceptionnellement mêlée à cette dernière ou de manière générale aux hommes, je me demande alors ce qu’un Klan comme vous peut bien faire sur ce vieux vaisseau de ligne. Si cela ne vous dérange pas bien sur…

La question intriguait en effet le Sir Ashworth, d’autant plus en sachant un peu le fait que Jadis et Shluikaas ne se trouvaient pas être en excellents termes l’un avec l’autre, cette présence ici était plus que surprenante, tout comme elle pouvait apporter son lot de bonne ou de mauvaises nouvelles. Cela dépendait juste de l’individu assis en face de lui. Mais dans tous les cas, cela allait tuer l’ennuie que de lui parler quelque peu. Le temps passait lentement dans une croisière, et il restait encore du temps avant qu’il n’ait lui-même quelque chose à faire.

Et puis, il voulait aussi éviter que la discussion ne continue vers la particularité d’Aschen… ou du moins pas d’une manière qui puisse continuer à la rendre maussade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ichkhan Demek
Adepte
avatar

Nombre de messages : 61
Localisation (en RP) : EKA.
Date d'inscription : 12/02/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Dim 13 Fév - 3:24

A ses dires, l’humain laissa échapper un minuscule sourire de ses lèvres, le sujet de discussion qu’était cette Aschen devait être une sorte de tabou apparemment. L’humain le félicita pour son œil d’aigle, et par ailleurs, l’humain lui donna son nom, Christophe Ashworth qu’il s’appelait.
Mais le regard du Klan se reporta sur la jeune femme, ce mouvement avait été provoqué par le petit claquement qu’avait produit la tasse de thé de celle-ci lorsqu’elle toucha la surface de la table, cette jeune humaine si l’on pouvait l’appeler ainsi s’appelait quant à elle Aschen Brödel, et le Klan ne put que sourire lorsqu’il comprit l’allure outrancière et ironique de sa voix.

« Vous savez Mademoiselle que j’ai vu bien des choses dans ma vie, et des choses que vous, monsieur Ashworth ne saurait jamais imaginer, en tout cas en ce lieu, en ce moment, ainsi distinguer votre état d’un autre n’est qu’une question d’habitude… Mais bon, nous ne sommes pas là pour parler de ceci. »

Shaseraas avait bien compris que le sujet qu’était la nature d’Aschen semblait être une sorte de tabou entre les deux humains, ainsi, Shaseraas se tut pour laisser Christophe prendre la parole. Pourtant, le Klan aurait tellement aimé poursuivre cette discussion, la nature d’Aschen étant si curieuse que le Shluikor aurait souhaité épancher sa soif de connaissance. Mais il repoussa ses pulsions de connaissances. Au moins le Klan en retint que pour une fois, quelqu’un avait réussi à prononcer correctement son nom.
Par la question de Christophe, Shaseraas comprit bien son envie de changer de sujet, et l’humain reporta le sujet sur le klan lui-même.

« Disons que je suis souvent demandé dans des conciles et négociations humaines en tant qu’arbitre et élément neurtre d’où mon surnom… De même, il est vrai que je ne porte pas Jadis et surtout rumulus Hallenberg dans mon cœur mais mon rôle de diplomate galactique fait que lorsque j’ai reçu une invitation à me rendre ici, je n’ai pu refuser. Bien que je doute de mon utilité en ce lieu, si loin de ma maison…
Si loin du lieu où ma place est…
»

Lorsque Christophe fit une allusion de vieillesse en parlant du LSSS Sirius, Shaseraas laissa s’échapper un léger fou rire.

« Si vous aviez quel âge j’ai… Les cinquante-cinq années de service de ce vaisseau ne serait qu’une peccadille. »

Shaseraas appela un serveur pour qu’on lui serve une boisson rafraichissante, puis il se retourna vers Christophe.

« Je vois bien que mon explication n’est pas assez développé, disons que Shluikaas et Jadis sont en mauvais terme depuis la guerre de trois ans, mais en tant que diplomate de la race Klan, je me dois d’être présent à chacun de ces rassemblements de financiers, de politiciens et de militaires afin de surveiller les évènements et… m’assurer qu’ils suivent l’ordre qui doit être... »

Shaseraas, prit un ton très évasif sur cette dernière phrase, faisant par ailleurs comprendre qu’il ne répondrait à aucune question par rapport à cet « ordre ».

« Mais parlons de vous maintenant, tout à l’heure Mademoiselle Aschen a explicité le fait qu’elle était le produit de vector, une entreprise sans doute, de même, le symbole ornant sa tunique est le même qui celui imprimé sur la vôtre, je devrais en déduire que vous être le directeur de cette entreprise ? »

Le Klan était impatient à l’idée d’en apprendre plus sur cette entreprise, car créer des machines pensantes n’était pas à la portée de tous et tout portait à croire que ce Christophe s’il était patron de ce Vector ne devait pas se cantonner uniquement à la production de ces êtres nommés Access.
Shaseraas porta son attention vers l’heure… 8h25, il activa un holoprojecteur miniaturisé qui indiquait le planning de la journée, à 9h, il devait y avoir une annonce sur l’esplanade au centre de la salle de réception.


Dernière édition par Shaseraas Edenhahenyyk le Dim 13 Fév - 11:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamal Singh
Maître du jeu
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 26
Localisation (en RP) : LSSS Sirus'Pride
Date d'inscription : 14/04/2009

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Dim 13 Fév - 5:07

HRP: Note à Shaseraas: Les Veryyliens ne sont pas une race, mais une civilisation comportant trois espèces. Or, les humains ne connaissent l'existence que d'une des trois espèces...soit les Klans de Shluikaas. Sans compter qu'ils ne savent pas l'existence de Veryyl, la planète d'origine des Klans. Ils croient aussi que Shluikaas est leur planète natale et ils n'ont aucune idée que la planète est en fait artificielle. Juste à corriger celà et c'est bon.

Kamal Singh se réveilla vers 7h45 en fixant bêtement le plafond au dessus de lui pendant au moins cinq minutes. Dès qu'il eut la volonté de sortir de son lit, il passa immédiatement à la salle de bain pour entretenir son hygiène personelle. Notamment une bonne douche chaude et un rasage matinale en règle. Il enfila ensuite des vêtements décontracté et une chemise blanche avec le logo du Consortium Scientifique Jadéen dessus. Il enfila ses chaussure et il s'empara de son holo-note ou il avait tranférer quelques documents important et ou il pouvait recevoir des informations du Consortium Scientifique Jadéen sans qu''Interpol n'intercepte les messages. Il sortit de sa chambre en prenant bien soin de fermer les lumières et de verouiller la porte, pour ensuite se diriger vers la salle à manger pour prendre son petit-déjeuner. Il regarda sa monte-bracelet high-tech qui pouvait généralement se mettre à l'heure locale automatique. Actuellement, elle avait prit l'heure du vaisseau et il était presque 8h10. Dès qu'il arriva, il remarqua que la salle était déjà assez remplit et il reconnu le Maire de Serania au fond qui se levait pour ensuite quitter la salle. Mais ce qui attira son regard, était bien entendu le Klan au centre de la salle à manger. Étant directeur du département de biologie du Consortium, les autres espèces intélligentes qui habitait cet univers l'intéressait beaucoup. Comme le disait une citation célèbre qu'il avait dit lors qu'une interview à une émision de l'holovision sur le monde scientifique, la race humaine l'avait beaucoup déçu. C'est pourquoi il alla commander une assiette d'oeuf, quelques roties et du yogourt à la fraise avant de s'approcher du Klan et des deux autres individu qui discutaient avec lui. Dès qu'il arriva à leur hauteur, il demanda d'un ton légèrement gêné, mais calme.

[Kamal Singh]: Puis-je me joindre à vous?

Il avait auffisament de place, et puis ses connaissances sur les Klans lui disait qu'il n'allait pas refuser. L'autre individu en revanche l'intriguait. Il lui semblait l'avoir déjà vu. Or, pour Kamal Singh...c'était soit un scientifiques, un politique célèbre ou bien quelqu'un étant de près ou de loin lié au domaine scientifique ou technologique. Et puis la femme qui l'accompagnait. On pouvait dire qu'elle ne laissait pas indifférent. Elle était parfaite, trop parfaite physiquement, cet homme avait, semblait-il trouvé le gros lot apparemment.

_________________
''De toute les formes de vie que j'ai eut la chance d'étudier, seule l'espèce humaine m'a donner l'impression d'une grande déception'' Dr.Singh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christophe Ashworth
Initié
avatar

Nombre de messages : 210
Date d'inscription : 29/01/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Dim 13 Fév - 13:38



Examiner les choses pour en extraire la précieuse gemme de la vérité,
Voila le cheminement vers le savoir, la connaissance et la justice.



Les explication du Klan était on ne peut plus claire quand à ses raisons d’être là, tout en étant on ne peut plus obscur sur ce qu’il devait surveiller. Curieux mélange entre le jour et la nuit que les propos que tenait cet individu à la personne avec qui elle discutait. Quand à l’antipathie entre l’homme et Rumulus Hallenberg, elle pouvait aisément être comprise : une guerre laissait toujours des cicatrices aux peuples qui en étaient touchés. Néanmoins, ces dires expliquait qu’il se trouvait être entre le marteau et l’enclume, en quelque sorte…

Il s’apprêtait à répondre à l’interrogation légitime de Shaseraas lorsqu’un nouveau protagoniste fit son apparition dans la discussion, demandant poliement si il pouvait se greffer à cette dernière et manger à leur table par la même occasion.


« Pour ma part, je n’ai rien contre le fait que vous vous joignez à nous. Je m’appelle Christophe Ashworth, et voici mon assistante, Aschen Brödel.

A la mention de son nom, la jeune femme s’inclina légèrement et s’autorisa un léger sourire. Cette dernière gratifia par ailleurs l’individu de salutations de rigueurs. Christophe lui, reporta alors son attention sur le Klan, pour répondre à la question que ce dernier lui avait posé, même si cette dernière se trouvait contenir déjà la réponse à sa propre question.

« Pour vous répondre monsieur, je suis bien le directeur de Vector, ou du moins, c’est l’une de mes attributions. Je suis également un scientifique et je fais parti de ceux qui ont développé les premiers Access, et je continue encore à essayer de travailler dessus quand j’en ai le temps et le loisir. Et on peut dire d’une certaine façon que je suis le père de cette dernière…
- Cependant Vector n’est pas uniquement tournée autour des Access que nous restons les seuls à produire, mais s’articule autour de la haute technologie en général, et mon objectif pour cette entreprise reste de toucher à tous les domaines de cette dernière, même si pour l’instant nous sommes plutôt limité à la robotique, l’informatique et la conception d’intelligence artificielle. Nous essayons également de percer dans le domaine de l’armement, même si cette section de l’entreprise est assez récente, d’où ma présence ici.
- Notre secteur d’activité se trouve être principalement Jadis, où nous sommes installés, mais nous rassemblons des scientifiques venant autant de Jadis que de Solaria pour nos projets, ce qui tend à expliquer notre niveau technologique dans le domaine de la robotique et des intelligences artificielles. Cependant, j’espère bien réussir à dépasser cette zone de marché et étendre la sphère commerciale de l’entreprise, tant au niveau des domaines de ventes que des lieux de ventes.
- Je pense avoir fait un rapide tour de ce qu’étais Vector, cependant, je pense que vous avez encore un certains lot de question à poser sur cette dernière, ou sur nos recherches auquel je serais ravis de répondre, si je le peux.


Tout était dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amian Ae Saster
Initié
avatar

Nombre de messages : 222
Localisation (en RP) : Les genoux de Mr Benta
Date d'inscription : 21/12/2010

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Dim 13 Fév - 17:26

Le rythme des chocs sur le sol était la plus grande différence.
Quand on court dans la nature, ce que l'on note, c'est le bruit de ses pieds, les feuilles qui se déplacent, se froissent, la boue qui colle et rends humide la chaussure, la terre qui salit les mollets, le soleil un peu trop brillant, ce courant d'air trop frais. Tout ces détails qui permettent à l'homme de se vider la tête quand il court en nature.
Mais dans ces vaisseaux modernes, pas de plaisir. La sensation de sol est exactement la même partout, l'odeur est neutre, la température idéale, et les oreilles ne découvrent jamais aucun son neuf.
Tout jogger vivrait en horreur cet état de fait, mais Amian avait le sourire accroché, fixé à son visage. Pas celui d'un homme heureux, ni celui paternel d'une bonne personne, non, juste un rictus sournois et satisfait.
Malgré le fait que les perles de sueurs coulent sur ses joues, que son rythme cardiaque accélère, son esprit était bien loin de là. Bien loin de la chanson qu'il écoutait aussi.

Ce matin, levé à 5h, il avait utilisé toutes les ruses de sioux, de salaud pardon, pour sortir du lit, sans réveiller sa partenaire, Camille. Tout les hommes coupables qui fuient ce nid, pour ne jamais revenir voir leur partenaire d'un soir, qui pensait être celle d'une vie, connaissent cette sensation. Ce jeu, cette guerre avec le matelas, les objets de la chambre, pour que personne ne puisse savoir qu'un crime, qu'un viol même à été commis dans ce lieu si confortable, et surtout pas la victime, pas avant son réveil naturel. Amian aimait à dire qu'il était le meilleur. Jamais aucune ne s'était réveillée, hormis Carla, mais avec elle c'était différent, en effet, n'ayant rien à se reprocher lors des nuits qu'ils passaient ensemble - en ami- il était probablement moins prudent.
Mais ce matin, alors qu'il avait à peine commencé à replier ses membres, à sentir ses coudes le soulever, et que ses oreilles déjà cherchaient le moindre signal , la moindre alerte, une main s'était posée sur son épaule, et une petite voix s'était fait entendre.

-Bien essayé, mais il faudra être plus discret la prochaine fois, tu me prends pour qui?


Jamais il ne s'était fait avoir, et il lui avait suffit d'une nuit, pourtant courte et très animée, pour le mettre au pas, lui apprendre la vie en quelque sorte. Il était conscient d'avoir trouvé son maître, ou sa maîtresse, quelle blague sémantique, aussi lui qui avait toujours adoré ça, ressentait la nécessité de venger l'affront, et tel un défi, il s'était promis de parvenir à sortir du lit sans qu'elle ne s'en rende compte.

Mais aujourd'hui le défi était tout autre, une fois levé, il avait revêtu des tenues achetées la veille dans les magasins de bords, pour faire du sport et s'équiper. Sans surprise, la plupart portaient le logo "LSSS SIRIUS PRIDE", et une silhouette stylisée du vaisseau. Cela rappelait tellement de souvenir subconscient à Amian, il avait du mal, mais il savait pertinemment qu'il avait déjà vu des gens dans ce genre de tenue. Pourtant il n'avait pas servi dans la flotte sur Aunadar; mais ces bruissements lui étaient familiers .
Aussi il sentait ses origines remonter en lui à chaque foulée, martial, il s'imaginait être dans l'un des glorieux Destructeurs d'une flotte oubliée, saluant chaque homme d'équipage qu'il croisait, et qui étaient les seuls à utiliser les coursives pour courir de bons matin. C'était coutumier ça par contre. Chacun sait que le monde des gens qui courrent, qui suent, est probablement l'un des plus civilisés. Tout le monde se salue,s'entraide pour les étirements, c'est une communauté de gens qui ne connaissent pas leurs noms, d'âges , de sexes , et de milieu divers, mais qui sont tous alliés contre.. Contre quoi au fond?
Il ne le savait pas.


Enfin, il avait parcouru ses quatorze kilomètres quotidien, record pulvérisé, quarante huit minutes, et sans être réellement fatigué. Mais ses coursives planes, sans côte, sans montée, sans défi vis à vis d'un sol qui se défausse, était réellement frustrant. Aussi il ouvrit sans délicatesse la porte de sa suite, et se précipita vers la salle de bain, y étant accueilli par la vue agréable de hanches féminines.

-T'as été long, prends vite ta douche et on descends!


Quelle salope. C'est lui qui faisait l'exercice, lui l'homme, lui la force de la nature, la personne écoutée, la personne redoutée, admirée et méprisée, mais c'était lui qui était insignifiant par rapport à elle. Alors ça, elle allait voir de quel bois il se chauffait. Grand résistant dans l'âme, il sorti de la salle de bain, sans le moindre regard pour cette horrible personne aux beaux yeux bruns, aux joues enfantine mais si mignonne.. Déjà il faiblissait. Enfin, il eu le courage de sortir, et de passer vingt minutes à la salle de musculation, heureusement toute proche. A la vue de sa clef, la personne qui en était responsable sourit.

-Ah! Quel couple de sportif, votre femme est partie il y a moins de dix minutes!

Non seulement, elle l'avait attrapé quand il voulait s'enfuir, mais en plus elle était considérée comme sa femme, et insulte suprême, elle l'avait surpris! Elle avait aussi fait du sport ce matin, ses genoux le quittaient, l'abandonnaient, il n'était donc peut être pas si infaillible, si inaccessible intellectuellement au commun des mortels. Elle semblait le surpasser dans tout les domaines.
Cette fois le rictus qui orna son visage pendant les "soixante" était plus ténébreux. Soixante abdos plats, soixante abdos genoux levés, soixante secondes pour chaque gainage, soixante pompes en coeur et soixante pompes mains écartées, soixante jeu d'haltère. Non, rien ne l'éloigna de ça. Elle l'avait battue sur toute la ligne, avec tant d'aisance. Le jeune homme s'empara d'une serviette blanche, elle aussi ornée du logo "LSSS Sirius Pride", et indiqua qu'il se doucherait dans sa suite. Ceci fait, il s'habilla légèrement, jean ample, t-shirt moulant, cheveux humide, relativement long, coiffé négligemment, les doigts suffisant comme peigne. Il descendit à la salle de bal, il se savait irrésistible ou presque dans cette tenue, et les quelques serveuses croisées, ses victimes adorées, de leur regard se trahirent, il était conscient de son charme. Camille se ferait avoir. Il la rejoignit à sa table, elle le regarda négligemment, un petit compliment sur son parfum, et lui tourna le dos.

-Ce type là, elle désignait un homme vieux et laids, va me rapporter des millions.


Elle se dirigea vers lui, habillée d'une jupe légère grise, d'un haut moulant, surmontée d'une chemise ouverte violette, cheveux bruns coiffés artistiquement. C'était Carla, c'était la même. Mais elle l'avait encore eu. Quelques personnes le rejoignirent à sa table, de tout âge, tous polis et souriant, certains hypocrites, d'autres véritablement aimables. Il sourit à tout le monde, et invita le serveur à faire son devoir, tout ceci très poliment, et ajoutant qu'il devrait prendre son temps, vu le nombre de convives à la table.
Ceci fut mal compris par certains qui pensent qu'un loufiat est un larbin. Mais une personne qu'il avait déjà remarqué et fréquenté la veille lui fit un sourire complice.
Marcus quelque chose. Il avait oublié son nom, mais c'était Marcus le prénom. Il aperçut un Shluikor, le scientifique tordu, et la magnifique secrétaire d'un sinistre Jadéen vendeur d'arme à sa droite. Ce Shluikor lui rappelait quelque chose, mais quoi, le même genre de souvenir que les hommes qui couraient dans les coursives des vaisseaux, arborant telle une identité, une religion, le nom de leur appareil. Il savait qu'il connaissait, mais ne comprenait pas d'où.
C'était tellement étrange.




Dernière édition par Amian Ae Saster le Dim 13 Fév - 18:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ichkhan Demek
Adepte
avatar

Nombre de messages : 61
Localisation (en RP) : EKA.
Date d'inscription : 12/02/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Dim 13 Fév - 18:34

Un homme vint se présenter devant la table. S’approchant de la soixantaine, cette homme de petite taille avait de quoi intriguer, il n’avait pas la carrure d’un politicien, ni même l’assurance d’un financier rodé après des années d’expérience. De même, le ton que l’homme prit avait quelques relents de gêne comme si il était intimidé par les occupants de la table, ou alors qu’il nourrissait une curiosité profonde. D’un geste de la main, le Klan l’invita à s’asseoir.

« Venez… Asseyez-vous, nous en étions justement à l’étape des présentations. Je m’appelle Shaseraas. »

Comme pour Shaseraas, la jeune Access comme c’en était le nom salua le nouveau venue d’une inclination, et le shluikor se posait toujours la question entre de la biologie de cette « personne », cette total ressemblance avec un humain dérangeant le Klan qui se demandait comment appréhender les agissements de la jeune Aschen, étaient-ce des réflexes algorithmiques comme les robots, ou la preuve d’une « vie », le développement des intelligences artificielles humaines était tellement différent de celui des IAs shluikors.
Ceci fait, le Klan porta un instant son regard vers la foule de plus en plus nombreuse. En entrant par les portes, de nombreuses personnes balayaient la salle du regard, et souvent celui-ci s’arrêtait sur la l’endroit où était attablé le groupe, et souvent ce regard se figeait sur Christophe ou le nouveau venu.
C’est alors que Christophe se mit à parler ramenant Shaseraas au sujet de la conversation. L’humain lui fit une brève, mais pourtant précise description des activités de l’entreprise, armement, informatique, robotique et intelligence artificielle. Par ailleurs, Shaseraas apprit la nationalité de Christophe, jadéen pour sûr, il fallait s’en doutait, mais n’étant que peu porté sur la question de la guerre en ce moment, le Klan refoula ses sentiments au plus profond de sa personne.
Ce qui turlupinait Shaseraas, c’était justement la nature des recherches et des secteurs d’activités ou été impliquée cette entreprise Vector…

« Ainsi donc, vous faites dans l’armement, l’informatique et la robotique, si mes questions ne vous gènes pas, quel genre d’équipement et d’armes produisaient vous,et si vous souhaitez répondre, dans quel but ?
Ma question n’est pas dans le cadre d’évaluer ce sur quoi vous voulez tirer, mais juste de savoir à quoi vous vous préparez… En effet, d’après mon expérience des humains, que j’observe depuis plus de trois cent ans… Une nouvelle guerre approche.
»

Le Klan savait que ses questions allaient être embarrassantes, et la jeune Access, cette Aschen qui semblait avoir le rôle de secrétaire et d’administratrice allait surement glisser son avis dans la réponse de son ami, si ce n’était « patron ».
A proximité de la table, il semblait y avoir un peu d’agitation autour d’un couple de personne ou par ailleurs la femme était peu vêtue.

« De même, vous qui êtes un scientifique, quel type de recherche menez-vous ? Car aujourd’hui, je remarque que les hommes ont tendance à ralentir dans leur élan de développement technologique, alors qu’ils ont encore beaucoup de choses à apprendre et à découvrir. »

Sans pour autant chercher à acculer le jeune directeur d’entreprise, le Klan voulait tester les défenses du jeune homme et sa capacité à argumenter. Le Klan étira longuement ses bras vers l’arrière, faisant craquer ses articulations.
Puis il allait répondre lorsqu’un serveur se présenta pour lui servir le rafraichissement qu’il avait demandé plus tôt. Shaseraas le remercia, se tût et commença à boire lentement cette boisson dont le gout n’était pas déplaisant.
L’heure avançait inexorablement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syllas
Administration
avatar

Nombre de messages : 2045
Localisation (en RP) : Dans les tabernacles de la double puissance temporelle et spirituelle
Date d'inscription : 09/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits: Plus qu'il n'y a de grains de sable au bord de l'océan

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Dim 13 Fév - 19:01

[HRP]Ca commence.[HRP]



LSSS Sirius' Pride
Niveau 0 - Bâbord - 8h00 (heure de Jadis)
Hel - Amian Ae Saster - Christophe Ashworth - Shaseraas Edenhahenyyk - Kamal Singh - Marcus Tellico - Marcus Calvus


L'atmosphère de la salle de petit déjeuner était calme et agréable. Les petits groupes de gens se connaissant discutaient tranquillement en profitant des nombreuses possibilités pour se restaurer offertes: tartines diverses, petits pains, pains perdus, omelettes, thés, chocolats et cafés divers, etc... Certains mangeaient des petit-déjeuners gargantuesques, qui auraient nourri Hel pendant deux à trois jours, et une épave moyenne pendant une semaine. Elle-même se contentait d'une tartine simple, avec du miel dessus, et d'un thé aux fruits rouges infusant doucement. Personne ne s'était assis à côté d'elle, et c'était d'autant mieux, car comme ça elle pouvait observer les gens.
Le maire de Serania avait mangé à deux tables d'elle. Le type suait le fric, c'était terrible. Probablement qu'il avait trempé dans des affaires louches. Elle-même avait vendu des flingues aux tiléens lorsqu'il était préfet sur place. Mais elle doutait que maintenant il fasse affaire avec des gens de son envergure, ou encore avec les successeurs unioniens du Cartel.
Elle avait aussi vaguement suivi une autre table, où un type, un entrepreneur jadéen des armes high-tech - elle avait tenu une fois l'un de ses trucs en main, de la bonne qualité, mais invendable dans ses zones de chalandage - et son assistante parlaient avec l'autre jadéen, le scientifique boudeur, et avec un schluikor qui se remarquait vite. Peu après, deux autres personnes, une femme qu'elle avait déjà vu tenter d'harponner quelques barons de l'armement, et son escort-boy - elle se demandait s'il était un faire-valoir, ou s'il était en réalité le cerveau du duo - firent leur entrée, et rejoignirent leur table.

La jeune unionienne se leva, et se dirigea vers la sortie, peu après le séranien, passant près de la table où tout ce beau monde discutait. Le petit déjeuner n'était jamais le bon moment pour faire des affaires. Les esprits étaient trop libres en début de journée. Ils fonctionnaient mieux. Escroquer était plus simple en début d'après-midi - lorsque les sacs à fric digéraient.
Hel se força à arrêter de penser comme ça. Elle n'était pas venue escroquer quiconque - sauf si l'occasion se présentait. Elle observait. C'était tout - dans l'immédiat. Elle secoua lentement la tête en avançant, savourant le fait d'avoir la plante de ses pieds contre le sol, et non plus élevée selon un angle déraisonnable.

Elle n'avait pas de sixième sens. Mais ses cinq sens étaient développés - ou du moins, elle savait les utiliser, et additionner 2 et 2. Soudain, tout devint clair. Elle était trop absorbée par les gens assis aux tables qu'elle n'avait pas regardé les autres. Mais cela revenait vite. Lorsqu'on vivait et commerçait dans les bas-fonds de Carcaran, d'Altaskay et de Kamensk, on apprenait à devenir parano en permanence - ou on mourrait.
Elle voyait les cinq hommes de garde d'Interpol - les pauvres étaient si visibles, installés à des endroits assez stratégiques: deux sur la mezzanine, contre le mur, faisant semblant de consulter leurs porteurs de données, ou de boire un café/chocolat; un à chaque porte du bas, déguisé en groom. Mais le fait qu'ils n'aient apporté aucune boisson depuis tout à l'heure en disant long.
Non, ce qui l'inquiétait, c'était la douzaine de types qui avait fait son apparition. Ils entraient, par groupe de trois; un dans la mezzanine, et trois en bas. Ils étaient habillés comme les autres gens, mais leur façon de se tenir les uns par rapport aux autres, rappelant celle de militaires aux yeux d'une Hel connaisseuse, les regards étranges que certains lançaient à la dérobée, la nervosité de deux d'entre eux, cela était extrêmement inquiétant.
Se forçant à avoir l'air le plus neutre possible, elle se dirigea vers l'une des petites sorties de la salle, celle par laquelle le séranien venait de disparaitre, et était sur le seuil lorsque quelqu'un hurla.




LSSS Sirius' Pride
Niveau 0 - Bâbord - 8h05 (heure de Jadis)
Hel - Amian Ae Saster - Christophe Ashworth - Shaseraas Edenhahenyyk - Kamal Singh - Marcus Tellico - Marcus Calvus


Ce fut la femme de Mike Merinwell, directeur d'une importante entreprise valienne d'armement, qui hurla en premier en voyant les armes sortir. C'était un cri déchirant, paniqué, ridicule, qui rappellait celui d'une dinde en train d'être égorgée. Le grosse femme regardait justement à ce moment par hasard dans la direction donnée, lorsque le chef des assaillants sorti son arme, étrange: un long pistolet, dont l'arrière du canon se terminait par une sorte de bulbe démesuré. Il la brandi, et, au même instant, les onze autres types firent de même.
Cinq tirs partirent: quatre vigiles furent tués sur le coup. Le cinquième n'y échappa que parce qu'un serveur passait par le plus grand des hasards devant lui. Une boule fila à toute vitesse dans les airs, et fit exploser la tête du serveur dans un déluge de flammes, répandant autour de lui des flammèches qui brûlèrent lourdement le visage de l'homme, qui s'enfuit en titubant dans le couloir.

-Le premier qui bougera est mort! hurla leur chef, un homme aux cheveux blonds courts, qui se terminaient devant par une mèche.

cela n'eut pas d'effet. La grosse femme l'ayant vu en premier se leva et courra en hurlant vers la porte, bousculant tout sur son passage. L'une des attaquante tira sans état d'âme; l'immense masse fut carbonisée au niveau de l'épaule et du cou, et tomba au sol, la tête à moitié mangée de flammes précédant le corps de quelques dizaines de centimètres, jusqu'à l'arrêt complet, à quelques pas de l'endroit où Hel s'était trouvé un instant plus tôt.
Le chef eut une grimace, et ordonna sur un ton rapide à l'un de ses hommes de la poursuivre, pendant que les autres prenaient le contrôle de la salle hébétée et muette d'effroi. Le terroriste s'en alla en courant. Pendant ce temps, seul le magnat valien s'était levé, et insultait violemment les preneurs d'otages. Un coup de poing rapide dans le visage le fit taire. Il ne s'était que de peu retenu de répondre.
Une chape de plomb venait de tomber sur la salle.



LSSS Sirius' Pride
Niveau 0 - bâbord - près de l'atrium - 8h07 (heure de Jadis)
Hel


Dans le couloir, l'homme s'avança, l'arme au poing. Ils avaient réagi au quart de tour, aussi sa proie n'était pas si loin que ça. Il s'avança vivement au coin du mur, et, d'une poussée un peu violente indiquant qu'il n'était pas habitué à combattre comme ça, se déporta sur le petit couloir latéral menant à l'atrium.
Avec une précision diabolique, une longue lame se planta parfaitement dans son oeil gauche. Hel affichait le rictus habituel des situations pareilles chez elle, crispé, féroce, presque ennuyé, et s'apprêtait à prendre l'arme de sa victime lorsqu'un cri lui fit tourner la tête.
D'autres de ces types arrivaient, encagoulés, portant d'étranges combinaisons beiges, et les mêmes armes. Et ils l'avaient vue.

-Merde, commenta-t-elle en grinçant des dents et en reculant d'un bond, évitant de peu un tir.

Sans demander son reste, elle se précipita vers les escaliers, qu'elle grimpa quatre à quatre - heureusement, car l'ascenseur descendait en emportant deux de ces types. Ils étaient partout, les salauds!
Au premier niveau, presque vide, elle rencontra un homme d'équipage paniqué qui bredouilla quelque chose - "je me rends, je me rends!". Il était vrai qu'elle avait un couteau plein de sang et de liquide oculaire dans la main. Sans lui accorder la moindre attention, et fonça vers sa chambre.
Ce coin allait devenir extrêmement inconfortable bientôt. Et elle n'avait pas confiance en Interpol pour régler cette affaire.

_________________
Amiral Nikolaï Syllas d'Acre
Maître du jeu -
Union des Territoires Eloignés, Alttoria, Vands, Nomades, département Admintech (entre autres)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ichkhan Demek
Adepte
avatar

Nombre de messages : 61
Localisation (en RP) : EKA.
Date d'inscription : 12/02/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Dim 13 Fév - 20:52

Shaseraas écouta patiemment la présentation de ce Monsieur Kamal, un jadéen encore... celui-ci se présentait comme un chercheur de renom servant à bord de l'Otto Han, un vaisseau-station de recherche si connu que Shaseraas avait failli monter à bord voilà quelques années. C'est alors que le vieux scientifique lui dévoila son attrait pour sa race, comme s'il souhaiterait étudier les Klans, et que même, il les admirait d'une certaine manière.
Dans un premier temps, Shaseraas répondit ironiquement.

"Depuis la guerre de trois ans vous devez bien avoir quelques un de nos cadavres dans vos cryogénisateur... Mais je serai ravi de répondre à vos qu..."

C’est alors que Shaseraas remarqua quelque chose d’étrange. Une douzaine de types étaient entrée furtivement dans la salle, encerclant le lieu où les convives s’étaient rassemblaient.
Un hurlement…
Le Klan l’avait mal senti dès l’instant où il avait vu ces hommes en noir, quatre personnes s’affaissèrent, c’était les agents de sécurité, apparemment, les terroristes semblaient être très organisés. Il y eut un mouvement de panique, et grâce à un habile néologisme syntaxique, Shaseraas lâcha une immonde insulte en Cikaj.
La femme qui venait de hurler paniqua d’autant plus qu’un terrorisme s’était détaché du groupe et avait proféré des menaces. Elle paniqua tenta de fuir, et fut abattu. Le klan ne put empêcher sa main de pianoter sur la table immaculée ou il était posté. Murmurant doucement, il fit passer un message à la table.

« Ne faites absolument aucun geste… Vous avez de quoi vous défendre ? »

Après un court silence il indiqua que l’objet avec lequel il méditait quelques minutes plutôt pouvait faire office d’arme et avait assez de matériel pour fabriquer deux dards cristallins, de quoi tuer rapidement et furtivement deux de ces terroristes.
Ainsi, sous la nappe de la table, il prit cette objet et mentalement il donna aux cristaux en suspension dans l'air la forme de deux dards, fins et effilés, qu'il cacha dans ses manches.
Le Klan ne se sentait pas paniqué ou apeuré loin de là, il se sentait mal à l’aise et contrarié. En effet, si les terroristes avaient tué une femme, ils pourraient recommencer, et ce serait un carnage.
Pragmatique, il se leva, montrant bien en évidence ses mains, revêtues de gants noirs, se dirigea lentement vers le présumé chef, celui qui avait abattu la femme. Le Klan se mit à parler d’une voix monocorde, ne trahissant aucune peur, aucun sentiment, une voix machinale presque exaspérante.

« Bien… J’imagine que vous n’êtes pas là par hasard… Quels sont vos revendications ?

Shaseraas y allait franc jeu, mais un plan émergeait dans sa tête, et s’il y arrivait, cela pourrait épargner quelques vies.


Dernière édition par Shaseraas Edenhahenyyk le Lun 14 Fév - 14:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christophe Ashworth
Initié
avatar

Nombre de messages : 210
Date d'inscription : 29/01/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Lun 14 Fév - 3:06




L’Enfer ? C’est quoi l’Enfer ?
Ici on à la famine, la guerre, les maladies qu’on veut, la torture, l’esclavage…
Alors ils peuvent nous faire quoi de pire en Enfer ?



Parfois la vie vous joue de drôles de tours et alors que vous discutez paisiblement de votre travail avec un Klan de passage, une force armée aux motifs et aux aspirations inconnues rapplique au triple galops armée d’armes faisant un mélange étrange entre un fusil de paint-ball et un lance flamme. Autant dire que si la journée précédente s’était révélée être chiante à en mourir, cette journée-ci commencée sur des charbons ardents. D’un certains point de vue, Christophe regrettait presque le calme ennuyeux de la veille : c’était trop là.

Le Klan leur murmura de ne rien faire et leur demanda si ils étaient armée, question auquel Christophe désigna Aschen d’un signe de tête mesuré. Se tournant vers cette dernière alors que le Klan se levait, il put remarquer le poing serré de cette dernière, et un couteau de la table disparaissant dans sa manche. Il avait dut être la seule personne à remarqué cela au vue du naturel du geste qu’avait déployé la jeune femme. Et puis qui irait s’imaginer les possibilités et les dégâts qu’elle pouvait faire ?

Saisissant délicatement la main de la jeune femme, ce geste presque anodin était pourtant chargé de sens entre Aschen et Christophe. La regardant dans les yeux, ce dernier lui disait indirectement « reste calme et observe, ce n’est pas le moment ». Cette dernière lui répondit par un sourire charmeur, joyeux et enfantin malgré la situation. Christophe savait déjà ce que cela voulait dire et fronça légèrement les sourcils : Aschen avait déjà activée le code DTD, et si cela devait partir, cela partirait… très vite.

Cependant, pour l’instant il allait se contenter d’observer avec Aschen le déroulement des évènements : c’était encore la chose la plus sage à faire. Il espérait seulement que Shaseraas ne ferait rien de stupide…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamal Singh
Maître du jeu
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 26
Localisation (en RP) : LSSS Sirus'Pride
Date d'inscription : 14/04/2009

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Lun 14 Fév - 6:11

Kamal Singh fit apparaître un sourir avant de remercier les trois personnes présente à la table, puis il s'assit avec son déjeuner en écoutant poliement la discution du Klan et du chef d'entreprise. Celui-ci était pourtant très jeune. Un de ces visionnaires de la nouvelle génération. Pas ces vieux croûtons aux cheveux blancs constamment en compagnie de maîtresse et qui jonglaient avec des millions et empochaient des milliards. La Vector, une entreprises prometeuse, il avait lu un article dans un magazine scientifique dédié à la haute-technologie. Les access avaient été très bien acceuillit sur le marché. Certains collègues du Département d'informatiques, de robotique et d'IA du Consortium avaient acquis plusieur acess pour simplement faire des études sur leur comportement ou tout simplement par pur plaisir. Le Klan lui, un diplomate apparemment était plutot fascinant. Il savait très bien que les Shluikors ne portait pas le Jadéens sur leur coeur et que les Jadéens avait toujours le souvenir du vaisseau diplomatique en orbite de leur planète. Malgré tout, Kamal Singh était très loin de la politique et de la diplomatie, tout se qui l'intéressait était la science et le Consortium Scientifique Jadéen était la plus grande machine scientifique jamais créé. La concentration énorme de scientifique dans un même endroit en faisait un pôle très important. Il remarqua que Christophe et le Klan avait cesser de parler et Kamal Singh en profita pour se présenter.

[Kamal Singh]: Désolé. Je pense que je devrais me présenter. Je suis le Docteur Kamal Singh du Consortium Scientifique Jadéen, directeur du Département de Biologie du Consortium et responsable scientifique du vaisseau scientifique du Consortium; l'Otto Hahn.

Il prit une pause en croquant l'une de ses roties parsemé d'oeuf brouillé.

[Kamal Singh]: En tant que biologiste, je suis plutôt intéressé par votre race d'un point de vue scientifique. Au niveau de votre physionomie, mais aussi de votre psychologie. Vous êtes davantage passionant que l'espèce humaine de mon point de vue. J'ai déjà eut la chance de côtoyer un Apiens durant de longue année et...

Ce fût à ce moment là que les hommes armés se mirent à l'action. Kamal Singh fût d'abord interloqué par se qu'il voyait. Se ne fût qu'au moment ou ils tirèrent sur la femme qu'il réalisa la gravité de la situation. Il tenait un verre de cristal remplit de jus d'orange qu'il échappa bien malgré lui. Celui-ci s'écrasa sur le sol en éclatant et en déversant le contenu sur le plancher. Le jus d'orange se mélangea au sang d'un des agents d'interpol abattu il y a quelques moment. Il entendit le Klan murmurer quelque chose, mais il ne l'entendit pas, il regardait d'un air étrange le cadavre à côté de lui. Il n'était pas un militaire, il n'avais l'habitude de voir de tels choses. Bien qu'il se croyait solide, la situation l'avait complètement désarçoné et c'est pourquoi il blêmit légèrement. Lorsque le Klan demanda si ils étaient armé, Kamal Singh fit un léger non de la tête, presque mécanique, encore un peu bouleversé. Lorsque le Klan se leva pour aller à la rencontre des terroristes, Kamal Singh fût particulièrement impressioné par le calme que faisait preuve le diplomate Shluikors. Il faut dire que se n'était pas très étonnant, puisque ceux-ci était toujours calme en toute circonstance. Un capacités précieuse en diplomatie. Il reprit ses esprits au moment ou le Klan posait une question aux terroristes. La situation était grave et il n'avait aucune idée comment celle-ci allait se régler. En espérant que les terroristes n'allaient pas faire sauter tout le vaisseau.

_________________
''De toute les formes de vie que j'ai eut la chance d'étudier, seule l'espèce humaine m'a donner l'impression d'une grande déception'' Dr.Singh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syllas
Administration
avatar

Nombre de messages : 2045
Localisation (en RP) : Dans les tabernacles de la double puissance temporelle et spirituelle
Date d'inscription : 09/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits: Plus qu'il n'y a de grains de sable au bord de l'océan

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Jeu 17 Fév - 16:34



LSSS Sirius' Pride
Niveau 0 - Bâbord - 8h00 (heure de Jadis)
Amian Ae Saster - Christophe Ashworth - Shaseraas Edenhahenyyk - Kamal Singh - Marcus Tellico - Marcus Calvus



Le chef des assaillants secoua la tête, et, tenant fermement son arme, lança un regard mauvais au klan:

-Toi, le bleu, tu retournes t'asseoir tout de suite, si tu veux pas servir d'exemple!

Devant l'attitude menaçante des hommes en armes, Shaseraas jugea plus sage de retourner s'asseoir, et d'attendre le bon moment pour utiliser son atout. Obervé comme aux rayons X par l'un des ennemis, il tacha de prendre l'air le plus neutre possible.
Le chef parla:

-Ceci est une prise d'otage, au cas où vous ne l'auriez pas compris, misérables Morts. Vous n'êtes que des cadavres ambulants, et vous renvoyer dans la tombe ne serait que faire justice. Nous n'avons juste besoin que de quelques uns d'entre vous, afin que vos chefs répugnants et dégénérés soient obligés de vous racheter. Vous aurez au moins étés utile une fois!

Il s'exprimait avec morgue et mépris, et avait toisé longuement l'auditoire, avant de murmurer un truc à l'oreille de son bras droit, une femme aux cheveux roux sombres, qui se carra, et alla sa placer près de la porte, tandis que lui sortait. Un sourire plein de morgue aux lèvres, elle ordonna par signes brefs à ses hommes de se placer aux entrées et à des endroits stratégiques. D'autres types encore étaient arrivés, habillés d'étranges combinaisons beiges qui les dissimulaient totalement. On voyait à travers, comme à travers une brume inhabituellement dense.
Elle annonça ensuite:

-Bon les Morts, votre croisière va continuer ici. Fini de s'amuser. Pas de bruit, pas d'activités bizarres, j'démolis le premier qui me regarde de travers, capiche?

Son sourire s'agrandit.

-Et ne croyez pas qu'vos p'tits amis porte-flingues viendront vous sauver, on les a balancés dehors, les Morts.

Elle cracha.
Entre les tables, le mot commença à circuler, chuchoté avec effroi: "des naturalistes!".




LSSS Sirius' Pride
Niveau 1 - tribord - 8h15 (heure de Jadis)
Hel


Hel n'attendit pas. A peine la porte de sa chambre fermée, elle se précipita vers sa valise, en tira le double fond, et pris son SIP, qu'elle arma en un mouvement. Une fois la poignée familière de l'arme à impulsion en main, elle se sentit nettement plus calme. Le couteau fut essuyé, et regagna prestement sa cachette.
A présent, il fallait qu'elle trouve un moyen de quitter cette barge de la mort. Elle alluma le terminal informatique de sa chambre, mais il se contenta d'afficher un écran bleu et un message en lettres jaunes baveuses.
Elle jura, et utilisa sa mémoire. Il y avait des navettes de sauvetage à bord du Sirius. Mais aucune ne se trouvait accessible des niveaux 1 et 2. En arrivant à bord, elle n'avait rien remarqué sur le côté bas du vaisseau.
Les navettes se trouvaient par conséquent soit au niveau 2, soit au niveau 3.
Ca n'allait pas être une partie de plaisir.
Dans une hâte mesurée, elle entassa quelques affaires dans ses poches, et, quand elle eut terminé, cacha le reste sous son lit anti-G, qui flottait encore au dessus du sol.
Lentement, prudemment, elle ouvrit.
Le couloir était vide. la jeune femme respira profondément, et, tranquillement, avança jusqu'au l'angle, où l'on pouvait se cacher. SOn sang se glaça quand elle ententit un bruit de pas lents, celui de quelqu'un inspectant les chambres.
Mais avant qu'il ne soit arrivé jusqu'à elle, la porte, juste en face de l'endroit où elle s'était terrée, s'ouvrit. Un homme avec un peu de bedaine, en robe de chambre, en sortit, et se figea, se retrouvant face au canon de Hel.
Le regard de celle-ci s'était figé. Son doigt était sur la gâchette.

-Toi là! hurla une voix étrangement neutre, viens tout de suite!

Un des preneurs d'otage. L'homme en robe de chambre tourna la tête, et fit plusieurs fois l'aller-retour entre Hel et la voix désincarnée. Discrètement, la kamenskite lui fit signe du canon d'aller rejoindre le terroriste.
Tremblant, il s'éloigna. Elle l'entendit demander s'il pouvait aller s'habiller, ce à quoi juste une "avance, Macchab" répondit.

Elle soupira, et avança une fois le danger écarté.


Pendant ce temps, dans la salle de bal, il semblait que les gardes tournaient, et revenaient habillés de l'étrange vêtement beige. La rousse aussi l'avait fait, et à présent, les preneurs d'otages ne semblaient plus parler - ou alors ils le faisaient pas circuit interne.

_________________
Amiral Nikolaï Syllas d'Acre
Maître du jeu -
Union des Territoires Eloignés, Alttoria, Vands, Nomades, département Admintech (entre autres)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ichkhan Demek
Adepte
avatar

Nombre de messages : 61
Localisation (en RP) : EKA.
Date d'inscription : 12/02/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Ven 18 Fév - 1:13

Le Klan fut contrarié par la réponse qu’il avait obtenue du chef des preneurs d’otages, comme ces assaillants voulaient se prénommer. Shaseraas se les imaginait plutôt comme des kamikazes, même si ceux-ci souhaitaient garder quelques-uns des passagers qu’ils pourraient échanger contre une probable rançon. En effet, si ces assaillants avaient souhaité tirer un véritable profit de toute la salle, ils n’auraient pas fait feu à la première hystérique venue, surtout que le mari aurait pu payer pour sa libération, et celle de sa femme décédée par ailleurs.
Le Shluikors s’humecta les lèvres en regagnant sa place.

Le silence semblait total, mais de temps à autres, un des passagers laissait échapper un murmure, déclenchant la colère de l’un des preneurs d’otages.
Durant cet instant ou la colère des criminels se déchargeait en inondant la salle d’injures malsaines, Shaseraas en profitait pour exposer le fond de sa pensée à ceux présent à la table, expliquant le risque que pouvait représenter les criminels, et notamment que seul une petite poignée de l’assemblée intéressait les assaillants, ces « pseudo-preneurs d’otage » étaient prêt à exterminer leur marchandise. D’autant que l’appellation de « mort » ne laissait aucun doute sur l’objectif final de ces brutes qui rendait la salle de plus en plus imprégnée d’une atmosphère de peur, sinon de terreur sourde et profonde que chacun essayait de cacher au fond de son être.

Le Klan reconnu même une émotion, un sentiment qu’il n’avait pas ressenti depuis la guerre de trois ans, cette impression de claustrophobie lorsque vous êtes emprisonné dans une salle, à atteindre patiemment une mort se rapprochant à grand pas.
Si personne ne se décidait à faire quoi que ce soit, c’était fini, ils étaient tous piégés comme des rats…

Le Klan inspira longuement, tout en scrutant les criminels, leurs armes n’étaient pas banales, et Shaseraas ne put les identifier à aucune armée humaine connue, rajoutant d’autant plus d’intrigue à la situation.
C’est alors qu’un voisin de table fit passer le mot « naturaliste », et le Klan dû faire appel à toute sa connaissance sur la culture humaine pour comprendre de quoi il s’agissait, un groupe fanatico-religieux prônant la vertu de la nature et la fin de toute recherche et parfois même usage technologique. Peu banal, Shaseraas pensait le mouvement éteint, le spectacle qui s’exposait devant lui semblait en être tout le contraire.

L’avenir avisera comme se disait le Klan, mais selon lui, il fallait au moins avoir le temps de le laisser venir.

Du coin de l’œil, le Klan aperçut les hommes en combinaison beige, si celles-ci étaient hermétiques, le recours à un gaz innervant de la part des naturalistes était à craindre, gaz qu’ils avaient déjà utilisé sur Alganzaar, ou Seranon.

Le Klan devait prendre une décision difficile, il se retourna vers ses voisins et posa une dernière question dans le tumulte que provoquait l’un des naturalistes, s’acharnant sur une femme maigrelette, implorant la pitié. C’était une simple question, « Vous vous sentez prêts ? Car dans quelques minutes, tout va dégénérer… »
Le Kln le sentait bien l’un des criminels allait perdre pied et commencera les exécutions sommaires, et même la femme qui semblait mener la danse ne pourra rien faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamal Singh
Maître du jeu
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 26
Localisation (en RP) : LSSS Sirus'Pride
Date d'inscription : 14/04/2009

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Ven 18 Fév - 22:22

Dès que Kamal Singh entendit le mot ''naturaliste'', il se figea. Était-ce une coincidence? Il devait parler d'eux dans la conférence, de la possibilité que ceux-ci développent de nouvelles armes biologiques meurtrière dans les zones neutres. Et l'homme qui lui avait dit de venir déjeuner à 8h15...était-il un ennemi ou un ami? Apparemment, les terroristes avaient attaqué vers 8h05. Apparemment quelqu'un dans ce vaisseau l'avait prévenu à l'avance de l'attaque. Et comme un taré, il ne l'avait pas écouté! Il faut dire qu'il ne s'attendait pas à quelque chose d'aussi grave. Il entendit le Klan parler à leur table. Il profitait du bruit que faisait un des terroristes pour parler au directeur de Vector.

[Kamal Singh]: Même si celèa dégénèrerait. Je connais les naturalistes, ils ont sûrement prit le contrôle d'une grande partie du vaisseau. En tentant d'en tuer un seul, ils pourrait en représaille en tuer une dizaine!

Le scientifique jeta un bref regard vers les terroristes et il baissa la voix.

[Kamal Singh]:Je reconnais ces équipements, ils sont vieux et désuets aujourd'hui, mais il reste tout de même efficace. Ils ont été. dérobé il y a presque 80-90 ans dans des laboratoires Jadéens. Ils ont aujourd'hui fait faillites. Les armes qu'ils détiennent sont dévastateurs, mais extrêmement peu efficace en milieu restreint. Malheureusement pour nous, nous ne sommes pas dans un milieu restreint. Ils pourraient nous abbatre comme des pigeons.

Kamal Singh profita de l'élévation de la voix du terroriste pour s'emparer de son holo-note et de la cacher dans son veston. Il pourrait envoyer un message au Consortium pour les prévenir de la situation et que ceux-ci contactent les bonnes personnes. En suposant que le capitaine du vaisseau ne l'avait pas déjà fait.

_________________
''De toute les formes de vie que j'ai eut la chance d'étudier, seule l'espèce humaine m'a donner l'impression d'une grande déception'' Dr.Singh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syllas
Administration
avatar

Nombre de messages : 2045
Localisation (en RP) : Dans les tabernacles de la double puissance temporelle et spirituelle
Date d'inscription : 09/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits: Plus qu'il n'y a de grains de sable au bord de l'océan

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Sam 19 Fév - 2:06



LSSS Sirius' Pride
Niveau 0 - Bâbord - 8h18 (heure de Jadis)
Amian Ae Saster - Christophe Ashworth - Shaseraas Edenhahenyyk - Kamal Singh - Marcus Tellico - Marcus Calvus



L'atmosphère était celle d'une peur palpable dans la salle de Bal. Les gens étaient comme pétrifiés sur leurs sièges. Quelques serveurs, apeurés, avaient étés forcés de s'asseoir à une table vide, et échangeaient des regards muets. Il n'y avait presque plus de naturalistes sans combinaisons; la femme qui était leur chef ici s'était éclipsée pour revenir elle aussi accoutrée de la sorte - du moins le pensait-on, car on ne pouvait les différencier.

Personne ne savait ce qu'il en était dans le vaisseau, d'autant plus que parfois retentissaient des détonations sèches. QUelques cris se firent entendre.
Un type en peignoir, un peu penaud, arriva dans la salle, et fut assis de force à la table à laquelle se trouvaient Kamal et les autres. Après quelques minutes, il murmura doucement:

-Y a une fille dehors, elle ... elle a une sorte de gros pistolet... je sais pas si elle est avec eux...

Les invités échangèrent quelques regards intrigués. Dans l'immédiat, cela ne changeait rien pour eux...
A peine les gardes avaient repris leur place que, soudain, une alarme lugubre se déclencha: un hululement prolongé et sinistre.
Les hommes armés relevèrent le nez, intrigués, et semblèrent converser silencieusement.
Puis, le système anti-incendie se déclencha. Un mélange d'eau et de mousse anti-flammes jaillit de tubes invisibles, submergeant la sale. Des dizaines d'invités crièrent, surpris et tendus comme des câbles d'arbalètes, et les naturalistes s'agitèrent.
Quelques signes, et plus de la moitié d'entre eux quittèrent la salle en courant avec souplesse. Il ne restait plus que cinq gardes dans la salle, pataugeant dans la neige anti-incendie, passablement énervés.




LSSS Sirius' Pride
Niveau 1 - tribord - 8h19 (heure de Jadis)
Hel


Hel était dans la cage d'escalier lorsque l'alarme à incendie se déclencha. Son expression était celle d'une tête du mort lorsque elle fut aspergée d'une eau glacée mêlée de mousse ayant un goût écœurant de nettoyant WC. Elle serra son SIP, et commença à grimper les marches, d'autant plus qu'elle perçut à ce moment les bruits de pas feutrés dans la base de la cage d'escalier.
A peine arrivée au deuxième étage, elle s'installa à côté du passage menant au corridor central arrière de tribord. Un bref regard lui appris qu'un naturaliste s'y trouvait.
Il lui tournait le dos, mais se retourna instantanément, l'arme tendue.
La jeune femme s'aplatit contre le mur, et le tir vola sous son nez, pour aller éclabousser le mur en face. les flammes violettes qui en émergèrent se tarirent rapidement sous l'assaut d'une lance anti-incendie particulièrement intense qui fut automatiquement dirigée contre.
Elle grinça des dents, et recula. Le type devait déjà avoir alerté les autres...
Elle courut vers la coursive transversale de tribord, et arriva dans la coursive latérale. Par chance, il n'y avait personne. De là, elle s'engouffra quelques portes plus loin, et claqua derrière elle le battant.
C'était la cuisine.
Il faudrait jouer serré...



LSSS Sirius' Pride
Niveau 0 - Bâbord - 8h19 (heure de Jadis)
Amian Ae Saster - Christophe Ashworth - Shaseraas Edenhahenyyk - Kamal Singh - Marcus Tellico - Marcus Calvus



Dans la salle de bal, une autre femme, secrétaire d'un industriel bavannois, se mit à pleurer de façon extrêmement aigue. Un naturaliste s'approcha menaçant, et elle hurla, avant de tomber en arrière de sa chaise. Se relevant précipitamment, elle courut vers l'autre extrémité de la salle, cassant ses talons au passage. Le naturaliste semblait même énervé sous sa cagoule vierge, et tira.
La femme trébucha pile au bon moment, et la charge alla s'émousser contre le verre blindé. Une lance automatique envoya aussitôt un puissant jet à cet endroit.
Malgré le bruit ambiant, le crissement du verre fut nettement audible. Les naturalistes, à présent, bougeaient en désordre. La femme aux talons cassés continuait d'avancer comme un canard, sautant entre les tables vides, pendant que son poursuivant tirait dans sa direction, la manquant près de deux fois, et s'attirant même une fois un jet de mousse.
Apparemment, la prise d'otage commençait à tourner au vinaigre...



Pendant ce temps, depuis la passerelle, un signal d'urgence commençait à être émis. A environ quatre années-lumière de là, un escorteur unionien classe Ex Proveglio changea de cap...

[HRP]Voici l'opportunité...[/HRP]

_________________
Amiral Nikolaï Syllas d'Acre
Maître du jeu -
Union des Territoires Eloignés, Alttoria, Vands, Nomades, département Admintech (entre autres)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ichkhan Demek
Adepte
avatar

Nombre de messages : 61
Localisation (en RP) : EKA.
Date d'inscription : 12/02/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Sam 19 Fév - 3:15

Chaque minute qui passait était le lieu d’une intense réflexion dans les méandres du cerveau de Shaseraas…
Comment pouvaient-ils s’en sortir ?
Comment allaient-ils le faire ?
Que pouvaient-ils attendre ?
Ce « brainstorming » fut stoppé net lorsqu’un homme en peignoir, les cheveux encore humides pénétra dans la salle pour se faire plaqué au sol. Il expliqua brièvement qu’une femme jouait les porte-flingues partout dans le vaisseau… Quelqu’un avait-il donc réussi à déjouer le quadrillage du vaisseau ? Qu’importe, cette personne n’était pas présente, donc elle ne pouvait rien faire pour le groupe attablé…
Certaines personnes commençaient à avoir des symptômes d’hystérie et la tension se faisait de plus en plus palpable. Alors, une alarme se mit à retentir, ne manquant pas de faire sursauter le Klan. Cette alarme stridente annonça la venue de la pluie en quelques sortes, le mélange qui aspergea la salle, et probablement tout le reste du vaisseau, la mousse brulait un peu la peau du Klan, qui se mit calmer vigoureusement cet accès de démangeaison. Alors, ce fut la confusion, les otages s’excitèrent, tandis que les naturalistes paniquèrent.
Mais ce fut une femme, une bavannoise qui mit le feu au poudre, prise d’une violente remontée d’hystérie, elle se mit à courir comme une gazelle partout dans la salle, l’un des geôliers tira alors plusieurs fois, manquant à chaque reprise sa cible. L’une des boules enflammées vint atterrir sur l’une des vitres blindées, provoquant un bref mais puissant crissement métallique, faisant craindre à Shaseraas la casse de cet objet, séparant la salle de l’immensité spatiale.
Le shluikor retint son souffle et un jet d’eau automatique vint éteindre le départ de flammes, laissant tout de même derrière elles une partie de la vitre rongée comme par un acide.
Ce fut la panique, et le Klan se retourna vers ses compères d’infortune.

« C’est maintenant ou jamais !!

D’un bond, Shaseraas se jeta vers la porte de sortie, ou quelques minutes plutôt, la moitié des naturalistes avaient disparu. D’une rotation du bassin, le Klan projeta ses deux dards de cristal, l’un vers le naturaliste tirant à tout va sur la pauvre bavannoise, tir dont il ne vit pas la réussie ou non, tandis que l’autre vint se ficher dans le crane du second criminel à travers sa combinaison, alors qu’il pointait alors la foule d’otages de son arme. Puis, pour surprendre les trois naturalistes présents et encore peut-être attentifs, il se jeta à plat ventre sur le sol, et d’une glissade, il disparut dans l’entrebâillement de la porte.

---

Là, Shaseraas se releva maladroitement et se mit à arpenter les couloirs, se remémorant vaguement le chemin du retour, or au croisement d’un chemin, il faillit tomber nez à nez avec l’un des naturalistes, mais le Klan parvint à se dissimuler dans une ombre provoquer par le court-circuit des lampes du couloir, suite au déclenchement des extincteurs.
Les couloirs devenant trop dangereux, le Klan eut la chance de se situer près d’une grille menant au système d’aération. De par sa petite taille, Shaseraas put s’y engouffrer sans aucun bruit et amorcer un périple dangereux et particulièrement long…

Ce « voyage » dura bien deux bonnes heures, il parcourut les conduits en essayant de faire le moins de bruits possible, durant cette odyssée, le Klan passa au-dessus d’une cuisine à l’intérieur de laquelle il aperçut par une grille la présence d’une femme, le pistolet à la main et étant continuellement aspergé du mélange d’extinction des feux.

Enfin, il parvint devant la grille, de sa chambre, et d’un coup de pied, il la fit sauter. La grille tomba mollement sur le lit de dentelle de la suite. La pièce ne semblait pas avoir été ouverte, et la mallette grise était présente là où le Klan l’avait laissé.

Après avoir pansé les nombreuses blessures qu’il avait reçu dans les conduits, se déchirant les genoux et les coudes, il sortit l’objet tant désiré de la mallette, son arme polyvalente, dont la forme était à présent repliée sur elle-même, offrant des prises similaires à un fusil.
Par ailleurs, Shaseraas sortit de la mallette un petit générateur à cristal qu’il accrocha à sa ceinture.
Puis, le Klan s’écroula quelques peu sur le lit, tous les évènements des trois dernières heures lui apparurent rationnellement pour la première fois, soudain, il réalisa la véritable gravité de la situation… Ce contrecoup pouvait sembler normal, cela faisait bien soixante ans qu’il n’avait plus combattu.

Le Klan espérait que l’un de ses compères de la salle de réception s’en était sorti, et à partir de l’écran de télévision situé dans sa chambre, Shaseraas voulut parcourir les caméras publiques du vaisseau, à la recherche de ces hommes qu’il avait rencontré et qui devaient en ce moment partager la même galère. Or, le système informatique semblait défectueux et ce fut de la neige qui s'afficha...

Il était plus prudent de s’informer maintenant avant de repartir dans les couloirs, ou la tuyauterie du vaisseau.
Par ailleurs, le Klan barricada sa porte avec tout ce qu’il put trouver dans sa suite, tout en laissant le judas libre d'approche. Et à travers ce petit trou, le Klan tenta tant bien que mal de scruter le couloir qui donnait sur sa suite, se situant au bout de celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amian Ae Saster
Initié
avatar

Nombre de messages : 222
Localisation (en RP) : Les genoux de Mr Benta
Date d'inscription : 21/12/2010

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Sam 19 Fév - 4:19

[Hrp] Considérer désormais Amian comme absent du RP et ne pas interagir avec lui [/hrp]



Amian, comme le reste des otages, après les coups de feu s'était glissé sous la table. Abri bien fin, bien maigre face aux décharges d'armes de mort. Enfin, ça fournissait un endroit tranquille pour discuter. Aussi, diverses personnes donnaient leur avis, pour la plupart des gens il fallait rester là, attendre une opportunité, comme ci celle là n'était pas assez grande. Le tireur fut rejoint par un de ses compères. Personne ne savait s'il avait fait mouche ou pas, toujours est il que l'autre essayait visiblement de le calmer. Alors qu'il semblait y être parvenu, un dard se ficha dans le bras de l'individu, et un autre mis terme à la vie d'un des gardes positionné plus loin. Enfin ,c'était facile à dire , plus qu'à vérifier. Ces combinaisons, en plus de ne pas être seyantes empêchaient de voir clairement les personnes qu'elles recouvraient et leur état.

Un homme,la cinquantaine, des traits rassurant, une bonne âme, un père de famille probable, un homme marié obligatoirement, son alliance le trahissait. S'agitait. Il était sous cette table depuis quelques minutes, et avait visiblement une idée qui le bouleversait. On reconnait souvent ce sentiment, les doigts qui bougent, les yeux qui ne peuvent se fixer. D'un coup, visiblement, il se décida.

-On doit tenter quelque chose, ils ne sont plus que trois à nous surveiller actuellement, un devant chacune des portes, en courant, on a peut être une chance. Nous devons sortir de cet pièce, c'est un guet apens.

-Faux, ils vont vous tirer comme des lapins répondit dans un murmure une personne présente sous une autre table. Regardez ce qu'ils ont fait à ces deux femmes, ce sont des monstres, des fous, mais des monstres.

-Il faudra faire diversion, et je ne compte pas être seul, même si j'y passe ce n'est pas grave,j'ai vécu une vie dont je suis fier. J'ai deux beaux enfants, et je vais bientôt être grand père, mais il faut que certains sortent, pour qu'on les force à se séparer. De toute façon, nous sommes des morts en puissance. Alors si vous êtes passif face à ça, ce n'est pas mon cas. Sachez le bien.

-C'est vrai répondit Amian, il faudrait les séparer. Et il nous faudrait une diversion, vous avez des idées ? La distance est assez conséquente, si rien ne nous donne cette seconde pour prendre l'initiative on est mort. Etre actif est une bonne idée, mais ne soyons pas suicidaire. Ils ont l'air relativement professionnel . Mais ce ne sont pas des tireurs d'élites.


-Tu comptes quand même pas aller courir avec eux persifla Camille. On a une valeur, ils vont négocier puis nous libérer. Il faut juste accepter le rôle d'être la marchandise. Rien d'autres. Pas de héros. Et puis, de toute façon, y a que dans les films que ça marche les diversions.

-Moi aussi je veux venir avec vous. Et plus nous serons, plus nous aurons de chance non?

C'était un tout jeune homme, qui n'avait probablement pas eu le temps de connaître une femme. Un serveur vu sa tenue et son expression neutre. Il respirait la douceur et l'amabilité, à ses yeux bleu répondaient des cheveux d'ors, relativement long. Probablement un de ses pauvres issus de planètes sans nom, qui étaient venus travailler ici dans l'espoir d'une meilleure situation. Il aurait du le regretter, pourtant il était le premier à venir risquer sa vie. Et à le faire avec un sourire fade mais réel.
L'homme plus âgé fit une moue en regardant son nouvel acolyte, il semblait juger la personne trop jeune pour risquer sa peau et le regardait comme un père. On sentait qu'il se retenait d'exprimer son désaccord. Ses paumettes rouges entouraient aussi des yeux bleu, surmontés de cheveux gris blanc. Ses lèvres, fines, se frustraient en leur centre. Amian repris la parole.

-Ecoutez, il va falloir faire passer la consigne à l'autre table, de balancer des verres ou d'autres trucs bruyant dans la direction opposée, entre les deux abrutis dont le blessé,et les deux gardes qui restent. La porte la plus à droite n'est couverte que par un homme, et il est relativement isolé. Il faut qu'il tourne la tête. Une seconde de trop, et on pourra sortir.


En effet, la table de nos héros étaient situées à l'opposée des cabines présidentielles, et à main gauche immédiate pour quelqu'un qui rentrait par la porte la plus centrale. C'était tout d'abord par flemme que Camille s'était installée là, et aussi pour avoir la possibilité d'embrasser du regard toute la salle sans avoir à se retourner. Vieux réflexe de tricheur au poker. Vieux réflexe de vendeur. Drôle d'analogie. Pas tellement paradoxale cependant. Officiellement c'était pour dénicher le client potentiel, officieusement, pour ne pas se faire tirer dans le dos.

Et officieusement, ça allait être mis en pratique. L'ordre,plutôt que l'idée, était passé d'une table l'autre, plus ou moins discrètement, les frémissements avaient apparemment étaient ressentis par les divers preneur d'otages. Et les deux excités avaient préférés rester en position, regardant la verrière avec circonspection.

-Bon, très bien, apparemment ça s'organise. Ce n'est pas une bonne idée de courir tous dans la même direction , vous deux- Amian parlait au jeune et au futur grand père - vous allez courir vers la deuxième porte, elle est certes plus lointaine que celle de droite, mais personne ne regarde dans cette direction. N'y allez qu'après que les verres soient jettés mais lancez vous avant qu'ils atterrissent. Car une fois le bruit fait, ils seront aux aguets. Et ne nous rateront pas.


Quelques poignée de main viriles de sincérité. La promesse d'Amian de partir dans l'autre sens, vers la porte la plus proche, immédiatement après eux, pour diriger vers lui les potentiels tirs du garde le plus proche. De la sincérité plein les yeux, de l'honneur du courage, mais aussi de la tristesse et un peu de résignation, d'amertume. Camille montrait cette légère faiblesse aussi, bien que toute sa fierté le cachait instinctivement . Amian serrait aussi vigoureusement ses mains qu'il le pouvait et regardait dans les yeux ses deux futurs partenaires. Chacun prit un couteau "au cas où".

La pièce vibrait encore de l'agitation du forfait commis, la peur d'une vitre qui éclate et livre ce beau peuple au non moins beau peuple mortel du vide espace rodait toujours. Le silence se refaisait peu à peu. Soudain un homme d'un âge respectable se lança, il pris un verre, puis un autre, les plaça prêt de son corps, et enfin les lança de toute sa force dans les directions opposées. Instantanément, les deux hommes se précipitèrent vers la seconde porte, la partie semblait gagnée, les terroristes n'avaient pas immédiatement compris la manoeuvre, et les deux hommes avaient parcourus un tiers de la victoire. Aussi deux autres hommes se levèrent et coururent dans la même direction. Venant d'autres tables. Amian, au lieu de partir immédiatement comme promis, attendit froidement les premiers coups de feu.

Ce fut l'hallali, la curée, les trois terroristes en état tiraient sur les fuyards, qui étaient passés d'héros en puissance, à ex vivant en puissance. Soudain Amian saisit fermement la main de Camille et s'enfuit en courant dans la direction prévue, tout le monde lui tournait évidemment le dos, regardant le premier des courageux fuyards par terre, agonisant, puis le jeune homme le rejoignant au sol; le sang perlant sur son pur uniforme de blanc. Le caucasien n'avait pas eu de mal à franchir la distance, Camille ne comprenait pas , il était à cinq mètres de la porte, son opposant commença à se retourner, mais Amian était déjà sur lui, et d'un formidable coup de poing du gauche, lui fit perdre l'équilibre, tomber ridiculement sur les fesses. Un regard vers la gauche, et le jeune orateur vit que le vieil homme était appuyé sur la porte, couché contre, le dos troué, le regard vide.. Ils n'avaient pas réussit. Evidemment.
Lui franchit la porte, ne prit pas la peine de regarder autour de lui, franchit le couloir et s'engouffra dans l'escalier, il savait qu'il jouait le tout pour le tout. Mais il avait aussi sciemment sacrifié les deux individus. Il savait qu'ils n'y arriveraient pas, mais il savait aussi que sans une vraie diversion, il n'arriverait jamais à la porte la plus proche, qui en plus donnait sur les escaliers. Il ne ressentait pour le moment pas la moindre culpabilité, trop occupé qu'il était à suivre ses réflexes de survie.



Heureusement, la cage d'escalier était vide. Jusqu'à ce que quelqu'un d'autre y entre brusquement.


Dernière édition par Amian Ae Saster le Sam 19 Fév - 16:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamal Singh
Maître du jeu
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 26
Localisation (en RP) : LSSS Sirus'Pride
Date d'inscription : 14/04/2009

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Sam 19 Fév - 7:27

Kamal Singh se cacha sous la table en compagnie de Christopher et l’access qui y avait aussi trouvé refuge. Le chaos ambiant, la fuite du Klan, et de plusieurs autres otages incite Kamal à réagir, cela était une opportunité à saisir. Il s’adressa à ses deux compagnons de fortune.

[Kamal Singh] : La pagaille nous donne une opportunité de s’enfuir, la porte la plus proche n’est plus gardé et les gardes sont trop occupé par les autres otages, sans compter que la mousse et les jets les déstabilisent. Je passerais devant, mademoiselle, vous irez en même temps que moi en utilisant mon corps comme protection, si je suis touché vous aurez une chance d’atteindre la porte. Et vous jeune homme, vous suivrez de près en arrière. Vous êtes apparemment plus jeune que moi, raison de plus pour que je suis le premier. En me prenant pour cible, vous aurez tout deux plus de chance d’atteindre la porte…bordel je me répète…

L’anxiété faisait trembler légèrement sa voix et Christopher savait maintenant que le scientifique ne savait pas vraiment que la mademoiselle qui l’accompagnait n’était en fait pas humaine.

_________________
''De toute les formes de vie que j'ai eut la chance d'étudier, seule l'espèce humaine m'a donner l'impression d'une grande déception'' Dr.Singh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcus Tellico
Initié
avatar

Nombre de messages : 125
Date d'inscription : 02/12/2010

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Sam 19 Fév - 12:03

La situation était entrain de tourner au vinaigre, Marcus était rester très calme, jusqu'à maintenant et c'était retenu de parler afin de chercher un plan. Mais maintenant que les terroristes était entrain de paniqué, il avait une sacré opportunité. Discrètement il sorti son pistolet de la malette en plomb qui l'accompagnait toujours. Cherchant à voir les terroristes de son refuge entre sa table et ce qui était encore il y a quelque instant sa chaise.

Alors que Amian était parti, il le suivi discrètement, il fut assez impressionnez par sa manière de mettre hors d'état de nuire le garde, Marcus en profita pour s'assurer que le garde ne se relèverais pas de sitôt en lui balançant la crosse de son arme dans la tempe du garde qui tentait maladroitement de se réveiller. Alors qu'il atteignait la porte, il entendit encore quelque verres qui s'écrasait sur le sol, les deux gardes restant devait être sur le qui vive. Le temps de la fuite devait bientôt être fini. Marcus continuait de suivre Amian. Son jeune compagnon s'était engouffré dans la cage d'escalier, Marcus le suivit afin de rejoindre rapidement sa chambre, où les chances de survies devait être bien plus grande qu'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christophe Ashworth
Initié
avatar

Nombre de messages : 210
Date d'inscription : 29/01/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Sam 19 Fév - 18:35



La défense repose sur un effectif surabondant,
L’attaque sur un effectif insuffisant.



Christophe avait calmement regardé ce qui c’était déroullé tout autour de lui, il n’était ni un combattant, ni un soldat ni un stratège, mais il était un vendeur d’armes, et selon lui on ne pouvait pas vraiment concevoir de nouveaux types d’armes si on avait pas quelques bases dans le domaine de la stratégie militaire. Aussi si il ne se prenait pas pour un expert, il avait remarqué des détails qui avaient leurs importances et était en train d’en discuter avec Aschen quand Kamal fit part de son plan à la limite du suicidaire…

Christophe haussa un sourcil quand à l’idée de l’homme : outre du risque démeusuré de son plan, ce dernier semblait tout ignorer de l’atout qu’était Aschen et de la balance des forces qui venait de s’opérer dans la pièce…


« Arrêter ça tout de suite, Mr. Singh : votre plan est non seulement trop risqué, mais en plus, vous négligez et ignorer plusieurs détails importants, je n’ai pas le temps de vous expliquer mais ne bougez pas et vous verrez bien ce que je veux dire…
- Aschen ?
- Oui chef ! Code DTD à 100% opérationnel, ainsi que l’ensemble des systèmes ! ♥
- Dans ce cas, c’est parti…


Avec un grand sourire, la jeune femme sortit de dessous la table alors que dehors c’était la panique la plus totale, les deux gardes restant ne sachant même plus où donner de la tête avec tout le bordel qu’il se passait dehors, tirant à tout vas sur les fuyards de toute part. Fonçant vers le tas de cadavres des derniers hommes à avoir été abattu au début, sans doute membres d’une force de sécurité du navire, et donc armés. L’homme sur la rambarde restait cependant un problème dans son élan, d’autant que ce dernier l’avait remarqué, commençant à bouger son arme vers elle…

Faisant une roulade en avant pour éviter le premier projectile, la jeune femme plongea la main dans sa manche, récupérant le couteau qu’elle y avait caché. Se réceptionnant en position de chevalier servant, l’androïde profita de sa cinétique pour tourner sur elle-même en se relevant, projetant le couteau droit sur le visage de l’individu en haut de la rambarde, basculant en avant alors qu’elle reprenait sa course dans un chaos encore amplifié par cet acte sanglant.

Arrivant au niveau du tas de cadavre, la jeune femme se laissa tomber à terre, sur le dos, glissant sur la poudre de carbone là où d’autres avaient du mal à s’en dépêtré. Un cadavre amortit sa chute alors que sa main se posait sur le holster de ce dernier où l’on trouvait son arme. Il ne devait rester plus qu’un individu capable de se battre pensa-t-elle alors que l’arme se pointait droit devant elle, cherchant des yeux l’individu, l’arme pointé devant elle. Ce dernier ne semblait pas l’avoir remarqué, trop occupé à essayer de surveiller seul toute une salle, venant peut-être même juste de constater la mort de son ancien camarade.

Se relevant sur un genou, Aschen tenait en main un HK28, une arme somme toute relativement fiable malgré sa relative simplicité. Vérifiant le chargeur, elle put constater qu’au moins ce mort ne le portait pas que pour décorer, lui empruntant : elle doutait qu’il en eut encore besoin à présent. S’écartant un peu de la pile de cadavre, le dos courbé, la jeune femme préférait éviter d’avoir recourt à l’arme alors qu’elle se mettait à contourner l’individu paniqué qui ne l’avait toujours pas remarqué. S’approchant de lui par derrière, cette dernière le frappa violement à la tempe du revers de l’arme, le séchant sur place alors qu’il s’écroulait dans les bras du cadavre…


« Bonne nuit !!!

Pendant ce temps là, Christophe sortit de sous la table, un certains air blasé sur le visage alors qu’une personne de plus avait trouvé la mort dans cette sinistre prise d’otages. Portant son regard aux alentours il constata la tension ambiante et sembla la jauger un instant, se tournant vers sa tasse de thé saupoudré par les extincteurs…

« Bon Dieu, je déteste le thé à la poudre de carbone…
- Vous voulez que je vous en prépare un autre cheeeeeeeef ? ♥
- Merci Aschen, mais sa ira, va plutôt voir si il y a des survivants parmi les preneurs d’otages dans la salle… Au fait, beau travail.
- Yahou ! A vos ordre m’sieur !


Soupirant, Christophe scruta une dernière fois la salle du regard, ajoutant à l’attentions des individus qui étaient restés ici alors que Aschen réunissait les trois survivant des terroristes, contenant un blessé incapacité par le Klan et deux inconscient, dans un coin de la pièce, ayant assommé le blesser qui « braillait » un peu trop dans un élan de joie mal placée…

« Bien, écoutez moi tous : comme vous le savez, les terroristes ont pris le contrôle de ce vaisseau, si vous pensez que fuir de cette pièce est la solution, faites le, mais demandez vous ceci : fuir pour aller où ? Ici nous avons de quoi nous défendre : des protections sommaires et des armes. Il n’est nulle part où ils ne puissent vous trouver, aussi, j’aimerais que ceux qui comme moi pensent que défendre cette zone pour protéger la majorité et sachent se servir d’une arme se servent : entre les individus d’interpol et les 5 armes étranges des terroristes, il y a un peu de choix.
- Je peux par ailleurs vous dire que le capitaine du vaisseaux à réussit à émettre un message de détresses à l’attentions des diverses forces en présences ! Cela devient un contre-la-montre !!!
- Si nous nous divisons nous sommes morts, et je doute que le système anti-incendie reste actif encore bien longtemps ou que les naturalistes n’envoient pas bientôt quelques uns voir ce qu’il se passe ici. Je suggère donc que nous nous barricadions et que ceux qui savent se servir d’une arme se prépare à s’en servir… Et qu’on me ligote et surveille les trois survivants aussi.


Christophe ne pouvait décider pour les passagers encore présent de ce qu’ils allaient faire, et c’est cela qui allait décider si ils avaient une chance ou non de s’en sortir indemne. Cependant, courir aux hasards des couloirs n’était que pure folie alors que tout était pris dans une sorte d’engrenage démoniaque. Ils avaient selon lui plus de chance de survivre si ils étaient tous ensemble que séparément… Cependant, il comptait bien mettre toute les chances de son coté, saisissant l’un des communicateurs basse fréquence à ondes courtes avant de s’adresser à Aschen…

« Trouves moi leurs fréquences de communications je te prie, il est peu probables qu’ils utilisent un hypercom au sein de ce navire, utilise tes propres scanners ou interroge l’in de nos nouveaux « invités », ce que tu veux, je m’en fiche, mais il nous faut cette fréquence de communication !
- C’est comme si c’était fait chef !


Se tournant vers Kamal, il ajouta avec un air un peu dépité :

« Vous resterez bien avec nous le temps que les délégués responsables à la fête arrive Mr. Singh ?


Dernière édition par Christophe Ashworth le Lun 21 Fév - 1:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcus Claudius Calvus
Débutant
avatar

Nombre de messages : 47
Age : 1380
Localisation (en RP) : Serania
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   Dim 20 Fév - 20:47

Marcus fut brutalement interrompu dans une discussion sur la pertinence d’une diversification des activités économiques de la ville de Sérania et de la nécessité pour cette dernière (ville et region) d’investir davantage dans Seranon et l’extérieur, afin de demeurer l’unique pont (financier) entre Seranon et le reste de l’univers lorsqu’une bande de sauvages armés jusqu’aux dents investirent le bar et, après avoir tapé deux ou trois personnes, emmenèrent tout le monde dans la salle de bal. Cadavres des gardes de sécurité, plus grand chose à attendre des forces à l’intérieur...

Marcus fut plus ou moins balancé dans un coin sans autre forme de procès, et le maire de Sérania n’en demanda guère plus. Marcus jeta un rapide coup d’oeil et aperçu le Klan se faire remettre à sa place mais s’en sortir en vie. Des naturalistes. Marcus se mit a réfléchir tout en observant autour de lui. Les gens étaient terrorisés et il y avait de quoi ! Les naturalistes n’avaient pas l’habitude de plaisanter et négocier avec eux était ardu. L’ancien directement des renseignements généraux séraniens passa en revue les Etats susceptibles d’intervenir efficacement dans le cadre d’une prise d’otages sur un astronef, Jadis en faisait partie mais dans tous les cas, ce genre d’opérations étaient difficiles.

Le déclenchement du système anti-incendie mit les nerfs de Marcus à rude épreuve, alors qu’une mousse s’amoncelait sur son crâne chauve, formant un demi bonnet phrygien qu’il envoya valdinguer aussi vite que possible. Les naturalistes étaient nerveux, très nerveux, et les gens ici agissaient de la manière la plus stupide qui soit. Calvus frémit lorsqu’un tir partit vers la baie vitrée, le système d’incendie fit bien les choses, heureusement. Les choses allèrent vite, très vite, trop vite. Une bande de désespérés lancèrent des verres tandis que le klan lança deux projectiles qui firent leur effet, la maîtresse d’un des jadéens vendeurs de canons révéla un potentiel de soldat d’élite par sa vitesse de déplacement et par la précision de ses coups. Marcus se lança et traversa la salle en prenant soin de ne pas se mettre en évidence dans la cohue, bousculant parfois pour atteindre son objectif : une arme dont il connaissait le fonctionnement. L’ancien militaire trouva grâce sur le cadavre d’un des agents d’interpol. Un HK-28 réglementaire et un chargeur supplémentaire. Marcus mit le chargeur dans sa poche et serra son arme afin de se rassurer. Cela fait, il constata que quelqu’un tentait de prendre le contrôle des opérations. Cela allait être difficile. Peu de ces gens étaient habitués à obéir et s’ils l’avaient fait dans le temps, ils en avaient perdu l’habitude, tous. Le Klan avait disparu et une partie des otages s’étaient égaillés. Cela pourrait être un avantage.

Marcus s’approcha lentement, sachant pertinemment que la maitraisse-garde du corps l’avait repéré.

-À mon humble avis monsieur ce contre-la-montre pourrait présenter un problème pour nous. S’ils n’ont plus le temps, il est possible que les naturalistes quittent le bord tout en dépressurisant tout ou alors cherchent à nous tuer et non nous reprendre en vie...

Je crois qu’au contraire nous devrions quitter cet endroit. L’ennemi serait certes handicapé par la vitre, là,
dit-il en pointant la baie panoramique de son pistolet. Mais nous nous défendons dos à l’espace, notre retranchement est ridicule par rapport à la puissance de leurs armes et nous sommes dans un salle déplafonnée sur deux niveaux, ils n’ont même pas besoin de descendre d’un étage pour nous canarder. Ça fait beaucoup d’angles et d’azimut pour bien peu d’armes et pour des ex-otages non entraînés intensivement au tir... Le fait que nous ayons des prisonniers ne nous apporte pas grand chose si ce n’est un coup dans le dos, si la cause le justifie, à savoir l’élimination des Morts que nous sommes, ils n’hésiteront pas à les sacrifier.

Nous devrions peut-être tenter de gagner le niveau deux. Il s’y trouve une infirmerie, des réserves de scaphandre et une armurerie. Il est à parier que cette zone soit surveillée mais si nous nous déplaçons vite, ils pourraient croire que nous tentons de gagner les nacelles de survie plutôt que de rester à bord. En tous cas rester ici ne me parait pas prudent du tout. De plus ceux qui sont déjà sortis sont condamnés, ils pourraient par contre amener les naturalistes à se disperser pendant un bref laps de temps.


Marcus chassa encore un peu de mousse de son crâne nu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Sirius][Event] [Jour 2] Une journée qui avait si bien commencé...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» event: jour du bonheur! /!\ reporter le 15 avril!!! /!\
» [event jour] Te revoir serait un doux supplice [JunHong Yoon/Bonnie Flinfletcher]
» Event N°2 • Journée portes ouvertes à l'université
» [event jour] Je te retrouverais, dussais-je en mourir [Julie Dasilva/Tom James]
» Monter son stuff soi même

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hegemony :: Archives :: Archives-
Sauter vers: