Hegemony

Dans un univers troublé, l'avenir de la galaxie et de la race humaine vous appartient
 
WikimonyAccueilLisez les règles du jeu iciFAQS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Ministère de l'Intérieur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Héphaistos (Espé)
Administration
avatar

Nombre de messages : 1775
Date d'inscription : 18/06/2008

MessageSujet: Ministère de l'Intérieur   Mar 8 Mar - 1:23


Le ministère de l'intérieur est une bâtisse carré, imposante, mais néanmoins élégante placée en plein cœur de Seranon, sur les quais du fleuve Seran. Deux ponts de pierre enjambent le fleuve et mènent à une esplanade ou de belles marches de marbres montent vers le Bâtiment au toit vert. De nombreux étendards de la République volent au vent à proximité du bâtiment et quelques policiers en tenue de parade montent une garde vigilante. Haut de 4 étages, vaste comme un quartier entier de la ville, la bâtisse que l'on voit et que l'on montre aux touristes n'en est que l'accueil. Et l'on vous conduira bien souvent dans une berline à l'accueil, pour vous amener à votre destination, dans l'ensemble de barres, élégantes des rues ornées de chênes, souvent centenaires.

_________________
Équipe Administrative.

La fin de l'Espoir, c'est le commencement de la Mort
Charles de Gaulle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia Emendit-Chartraise
Débutant
avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: Ministère de l'Intérieur   Mar 8 Mar - 1:27

A travers la glace d’un Antigrav Julia regardait les bâtiments défiler. De temps en temps elle en reconnaissait un, le ministère des finances la marqua. Avec son design moderne, qui dominait un fleuve, les héliports toujours utilisés.. Seranon s’était relevée de la guerre. Enfin.. Serania. Pas forcément tout les territoires de la planète, malheureusement.

Le chauffeur indiqua au tout nouveau préfet qu’on arriverait dans une dizaine de minutes, et qu’il n’y aurait pas de protocole spécial si ce n’est de suivre l’homme qui l’attendrait devant la porte.

Elle indiqua qu’elle avait entendu et compris l’information et s’emmura dans ses pensées. Depuis tant d’années elle avait limitée à zéro les incertitudes, mais aujourd’hui le stress l’envahissait à nouveau, comme aucun oral n’avait réussit à le faire. Cette invitation ou plutôt, cette convocation l’avait désarçonnée. Elle s’attendait à tout sauf à ça. Rejoindre le ministère de l’intérieur ? Rapidement ? Mais pourquoi ? Ce n’était d’ailleurs pas lui, mais un parterre de plusieurs Ministères qui géraient les fonds qu’elle aurait probablement à utiliser du mieux que son âme le lui indiquerait.
Soudain, sans qu’elle ne put comprendre ce qui avait changé, elle reprit le contrôle. Une main dans le porte document, histoire de vérifier si tout était présent. La liste des élus locaux, oui, bien sur.. Celle des projets principaux. Education Santé Travail.. C’était facile à retenir. Un coup d’œil la rassura, il y avait bien son petit objet porte bonheur qui trainait au fond. Une poupée que lui avait offerte sa grand mère lors de son entrée en cycle secondaire.
Bonne vieille Julia, elle portait le même prénom que sa petite fille, mais n’avait jamais réussit à se faire à l’idée que la petite Julietta comme elle l’appelait, avait grandit. Sa main se posa, comme d’un réflexe supérieur, sur la magnifique bande qui barrait son corps. D’un bleu léger, bleu royal de France , elle portait, malgré sa finesse, presque sans effort, une croix, le symbole des préfets. Le S Lupin tronait au milieu.

C’était l’heure, elle le savait. La neuvième minute, son horloge interne le lui avait indiqué, avait vu s’écouler, s’écrouler, et se dissiper ses soixante parties qu’on appelle seconde. La dixième était déjà bien entamée. Chacune de ces partitions jouaient une oraison funeste avant d’être funèbre sur les nerfs de notre héroïne. Les battements de son corps n’étaient rien dans sa vie actuelle comparé aux battements immémoriaux et artificiels du temps.

La porte s’ouvrit. Comme prévu, un homme l’attendait, et après quelques phrases d’usage l’invita à la suivre. Non sans avoir proposé de porter son attaché case. Ce qui lui fut refusé, comme toujours. Julia n’était pas une faible femme,bien que son enveloppe corporelle soit petite. Et elle tenait à ce que cela soit su. Elle aurait préféré tirer sur son dos le Tyrannie désormais Liberté, plutôt que de satisfaire les pulsions machistes d’un de ces minables laquais dont l’uniforme aseptisé était expressif comparé à leur visage de plastique.
On arrivait enfin devant un bureau. La tête baissée, le laquais demanda congé. Julia attendit, contemplant cette tête basse, et essayant de deviner ce qu’il se passait dedans. Au bout de trois secondes elle se dit qu’il était trop peu intelligent pour penser à quelque chose, et le congédia. Elle tapa doucement à la porte, et le stress la reprit.

Ce fut terrible, une veritable boule. Elle sentait la sueur sur son front, le froid dans son dos, ses arguments qui l’abandonnaient, la fuyait. Toute ses compétences ô combien importantes étaient désormais du passé. Son savoir sur la SpaceTech, le brevet qu’elle comptait déposer rapidement qui pourrait être salutaire à Seranon.. Non , plus rien ne comptait.

Elle comprit que chaque pas qu’elle ferait vers le bureau qui lui faisait désormais face, chaque seconde qui passait, était un pas vers l’Histoire ;non pas seulement la sienne, mais celle de toute sa famille. Celle de la famille d’un Préfet de Seranon, fille d’immigrée mais patriote.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héphaistos (Espé)
Administration
avatar

Nombre de messages : 1775
Date d'inscription : 18/06/2008

MessageSujet: Re: Ministère de l'Intérieur   Mar 8 Mar - 18:36

HJ : le temps que les discussions politiciennes soient réglées à l'Assemblée, nous ferrons cette réunion, et tu débutera à la tête des opérations exposé sur la Chaine de la Louve.

Pour mémo : Seranon est un Etat Fédéral, les Gouverneurs Régionaux sont élus. Un préfet a des fonctions proches des préfets en France en temps normal, mais vu la situation, et le manque évident de personnel, il doit être multi-facettes.

Le Ministre Alan Manser en personne se trouvait dans le bureau. Assez jeune, fringuant, et bien habillé, il portait un complet noir orné de plusieurs signes distinctif de sa fonction. Autour de lui, son Directeur de Cabinet, son chargé de communication, plusieurs agents de la Police Fédérale, un responsable des GSS et un autre préfet en tenue attendait patiemment le début de la réunion.

L'autre préfet serra la main de Julia, il était tout aussi jeune qu'elle, et donnait l'impression de sortir de l'Académie. Il était visiblement autant intimidé que Julia par la situation, si ce n'est plus. L'un et l'autre étant un peu isolés, par rapport aux politiciens qui discutaient entre eux, et aux policiers à l'autre bout de la salle (visiblement plus âgés et plus expérimentés, et qui les regardaient avec méfiance), aussi le jeune homme engagea la conversation.
    [Thomas Galbreigh] Ravi de vous rencontrer Mademoiselle. Thomas Galbreigh, de l'Académie de Police de Lademon. Vous avez aussi été appelée pour faire partie des opérations en cours dans les anciens territoires Rebelles ?
Question un peu idiote, vu que Julia était debout à coté de lui. Mais c'était une manière de commencer la conversation. L'un et l'autre auraient probablement la Responsabilité d'une province chacun. Il était préférable qu'ils s'entendent bien, et se connaissent, vu l'imbrication géopolitique de ces deux provinces.

_________________
Équipe Administrative.

La fin de l'Espoir, c'est le commencement de la Mort
Charles de Gaulle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia Emendit-Chartraise
Débutant
avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: Ministère de l'Intérieur   Mar 8 Mar - 19:30

Voir quelqu’un d’aussi apeuré qu’elle eut un effet salvateur sur le moral de Julia. Les réflexes du vieux renard politique qu’elle n’était pas s’invitèrent dans son comportement. Ne regardant pas dans les yeux du jeune homme mais faisant mine de l’écouter, le regard légèrement baissé et pensif, elle attendit un peu pour répondre.
Puis, se saisissant d’un sourire neutre mais agréable elle fit mine d’hésiter, puis de répondre, sur un ton tout ce qu’il y a de plus neutre et naïf.


- [Julia Emendit-Chartraise]Et bien oui ! Tout comme vous, je suis une nouvelle diplômée – je le devine à votre âge – et on m’envoie faire mes preuves dans nos provinces maltraitées par les conflits, et les subventions de l’ex gouvernement. D’ailleurs, si ça ne vous gêne pas, j’ai quelques questions à vous poser. En aparté bien entendu.
Devant l’acquiescement de son collègue, et son regard interrogateur, elle voulut reprendre l’initiative, se saisit d’un verre et en offre un à son acolyte, puis, avant de le gouter lui lance.

- [Julia Emendit-Chartraise]Vous êtes promu de l’Ecole de Police, aussi vous devez être un peu comme chez vous ici . Mais ce n’est pas mon cas, j’ai surtout eu une formation plus .. Comment dire. Plus globale. Aussi j’ai du mal à comprendre l’utilité de ma présence ici. J’avais dans l’optique de reconstruire un pays détruit, et l’on m’invite au pays de la sécurité. Non pas que je sois contre la sécurité, attention… Mais je crains une immense perte de temps, si on doit passer aussi au Ministère de la Recherche et de l’Enseignement supérieur, à celui de la Jeunesse et les sports, celui de la Santé..
Elle avait fini son énumération sur un ton visiblement et ironiquement embarrassé, elle simulait le simple d’esprit qui ne sait plus ce qu’il dit en comptant sur ses doigts les Ministères cités. Ce qui eu pour effet immédiat de faire rire le jeune individu auquel elle s’adressait. Cet être portant aussi le ruban des préfets lui expliqua alors que le souhait du gouvernement était de séparer le grain de l’ivraie, de donner un avenir aux jeunes autres que celui du trafic, et des trafics en général..
Mais aussi, plus prosaïquement, d’empêcher n’importe quel quidam armé ou supposé l’être de s’arroger des fonds publics, qui n’étaient pas non plus abondants.


Devant le sérieux de la réponse, le protagoniste principal de ce post s’inclina. C’était clair et concis, un exposé objectif, et sans contestation possible. On apprenait pas n’importe quoi à l’académie . C’était plutôt rassurant au fond.

- [Julia Emendit-Chartraise]D’accord. Vous m’éclairez réellement merci ! Par contre, question plus
pragmatique, savez vous de quelles provinces nous allons hériter ? J’imagine bien que vous comme moi devront travailler main dans la main si nous avons été convoqués ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héphaistos (Espé)
Administration
avatar

Nombre de messages : 1775
Date d'inscription : 18/06/2008

MessageSujet: Re: Ministère de l'Intérieur   Mer 9 Mar - 22:59

Le jeune préfet hocha la tête. Avec un sourire il déclara :
    [T. Galbreigh] Il semble que vous héritiez de la province de Vinemii, et moi de celle d'Animei. Des montagnes à perte de vue et des hauts-plateaux qui constituent autant d'endroit ou il est facile de se cacher ...
Puis, il orienta la discussion sur les lignes du plan de relance, en estimant qu'il était largement insuffisant, au vu de la situation régionale. Le gouvernement n'en faisait décidément pas assez et les choses risquaient d'avantage d'empirer. Copiant en cela le discours des politiques de l'UCDI, il soutînt que la mise en place des normes sociales voulues par le front populaire risquait de freiner l'investissement et l'emploi plus qu'autre chose. Néanmoins, les deux préfets furent interrompus par le Préteur Savlian Mattus, responsable générale de la police régionale, leur supérieur direct, qui leur annonça :
    [S. Mattus] Madame, Monsieur, la Réunion peut commencer, tout le monde est là.
Alors que les uns et les autres s'installaient autour de la table, le Ministre prit la parole et projeta deux cartes des régions de Vinemii et Animei.
    [A. Manser] Bien mesdames, messieurs, pendant qu'à la Chambre ils discutent des coupes et des recoupes qu'ils vont faire dans un plan qui n'est déjà pas folichon, nous, nous avons un autre problème sur les bras : l'opération Cassius. Je pense qu'il s'agira d'un excellent point de départ pour nos deux nouveaux préfets que d'intervenir dans la région via les forces de l'opération Cassius. Mais je ne me fais pas d'illusion, elles seront largement insuffisantes à gérer le problème.

    Concrètement, comme vous le voyez sur cette carte, l'opération Cassius vise principalement les cartels de la drogue et les producteurs de Cocaïne. Un arrêté du tribunal de police a interdit l'entrée sur tout le territoire des provinces de Vinemii et d'Animeï de toute sorte de transport d'armes, de munitions ou d'autres véhicules de guerre. Mais nous affrontons de véritables armées privées dans certains cas. Les trafiquants d'armes équipent les cartels de la drogue. L'Embargo général sur les armes, appliqué dans les zones neutres, devraient étouffé les groupes de trafiquants. Ils ne sont pas aussi bien équipés et organisés que ne l'était la Rébellion à son époque, et devraient donc avoir beaucoup plus de mal à riposter à nos attaques, et à s'autonomiser. Notre but est véritablement de mettre le siège sur la région, au moins pour les domaines de l'armement.

    Nos effectifs restent peu nombreux, et les forces de police seront donc concentrée dans la bande de terre d'Aquapolis. Il est vital que cette dernière soit totalement nettoyée à la fin de cette opération. Pourquoi ? Parce que c'est le point de passage le plus rapide vers le Nord. Et donc vers la Mégalopole, depuis Cyrenia.

    Or, vous savez comme moi que Cyrenia est véritablement le cœur agro-alimentaire de Seranon. Nous craignons que les Cartels de la Drogue, et les trafiquants d'armes ne s'organisent suffisamment pour bloquer totalement le transit dans la région. Alors, certes, il est possible de prendre au large du continent pour nos navires, comme l'ont fait les Impériaux pendant la guerre civile. Mais c'est plus long et plus cher. Et dans la situation actuelle de Seranon, le consommateur n'aime pas le mot "Cher". Il a tendance à considérer que c'est "un peu trop bon pour sa ligne".

    Voila pour le point politique mesdames et messieurs. Des questions ?

cartes:
 

_________________
Équipe Administrative.

La fin de l'Espoir, c'est le commencement de la Mort
Charles de Gaulle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia Emendit-Chartraise
Débutant
avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: Ministère de l'Intérieur   Jeu 10 Mar - 0:16

- [Julia] J’ai une question !

L’audience se retourna vers la jeune femme, qui s’était un peu fait oublier, et avait écouté le ministre parler. Au fur et à mesure que les mots sortaient de la bouche de l’homme d’état, des maux s’alignaient sur les notes de la nouvelle Préfet de Vinemii. Elle voyait s’éloigner la reconstruction qu’elle souhaitait, pour des opérations de Contre Insurrection qui l’obligeaient à réagir, car elle avait l’impression de manquer de données clef.

- [Julia] En effet, vous nous donnez quelques missions précises, et je vous en remercie ; mais je manque de donner pour analyser le problème. En premier lieu, où sont situés le plus généralement les mafieux ? Zone montagneuse ? Ou dans les plaines ? Après, comment sont constitués nos effectifs, armes, nombre d’hommes.. Et à combien sont estimés les adversaires ?


Elle ne s’arrêtait pas, et débitait en lisant ses notes. Toujours précises et décisives dans le passé, elle leur vouait une vénération quasiment religieuse. Son esprit de synthèse, et la symbologie qu’elle utilisait depuis tellement longtemps rendaient ce brouillon pour n’importe qui d’une limpidité totale à ses yeux.


- [Julia] Si vous me permettez, je vais continuer. La population nous est-elle acquise et favorable, ou a-t-elle accepté la vie avec les mafieux ? Je déduis de vos paroles que nos adversaires sont disséminés, et dans diverses familles qui ne s’allient pas toujours. Mais nous devrons subir leurs assauts. Aussi, je propose que dans notre intérêt commun, monsieur Galbreigh puisse placer une antenne sur Nouvelle Pompei, pour que nous soyons en liaison permanente, et que je puisse me pencher sur l’autre bord de la bande de terre sans avoir à trop me préoccuper de mes arrières.


Voyant que les autres personnes ne réagissaient pas, et prenaient uniquement des notes, elle fut encouragée à continuer par les acquiescements vigoureux du policier qu’elle avait remarqué en rentrant. Ce qui, elle n’en dit pas un mot, la rassura assez, et l’incita à développer son propos plus profondément.

- [Julia] Avons-nous précisément les données démographiques des principales cités du lieu ? En bref, j’aimerais avoir toutes les données chiffrées des populations locales, mafieuses, policières et civiles. Quels seront nos plus gros équipements ? Blindés anti émeutes ? Je suis vraiment désolée d’être aussi interrogative, mais je vois quelle stratégie nous pourrions élaborer pour vous assurer rapidement la sécurité sur la bande de terre. Seulement je crains que selon les troupes impliquées cela ne soit pas possible.

Un signe de tête paternel du Ministre la rassura, elle avait parlé librement, et ne s’était pas sentie oppressée mais désormais elle se sentait fragile. Elle pouvait prendre une horrible rafale de reproches de la part de ses encadrants.. Elle espérait seulement qu’ils lui fourniraient les données requises. Le second Préfet fit observer qu’il avait des observations semblables, mais il avait plutôt l’air intéressé par le moment où l’on pourrait exploiter les fonds financiers, et s’ils pouvaient l’être pour mieux équiper la police, ou, si l’on pouvait espérer un renfort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héphaistos (Espé)
Administration
avatar

Nombre de messages : 1775
Date d'inscription : 18/06/2008

MessageSujet: Re: Ministère de l'Intérieur   Mer 16 Mar - 18:28

Le Ministre regarda avec bienveillance les deux préfets. Il était fréquent de confondre politique et stratégie à son plus jeune age. Cela viendrait avec le temps. Tout en s'installant à sa place il répondit :
    [A. Manser] C'est Monsieur le Préteur qui va répondre à vos questions avec la suite de cet exposé.
Alors, le Préteur se leva et vint s'installer devant l'holo-projecteur. Là, il commença son explication sur un ton sec et froid, comme cela avait fini par lui coller à la peau. Autrefois en charge d'Eryn, ou il avait joué un grand rôle dans l'éradication des derniers communistes de la Révolution Rouge, on venait de lui donner la Responsabilité de l'ensemble des ex-territoires Rebelles.
    [S. Mattus] Exact, Monsieur le Ministre s'est chargé de vous donner les principales implications politiques et géopolitiques de l'opération Cassius. Avant toute chose, il faut savoir que cette dernière n'est qu'un avant goût d'une opération de beaucoup plus grande ampleur, qui impliquera alors une dizaine de Légions de la République et toute les Forces de Police du pays. Mais pour l'heure, nous n'avons pas reçu l'aval de la chambre à ce sujet. Lancer une telle opération sans l'accord du Sénat serra une tache grave à la réputation des Forces de Police. Nous nous contentons donc d'une opération de moindre ampleur pour l'heure, qui vise principalement à préparer le terrain.

    Primo, vous devez savoir que vous allez vous battre dans un environnement généralement montagneux, vallonné et couvert par d'importantes forets, la population se concentrant sur les plaines littorales, dans des densités très élevées. Malgré ce qu'en disent les cartes, la Chaîne des Nouveaux Apennins traversent le Détroit d'Aquapolis de long en large et culmine à 672 mètres en sont plus haut point, à l'Est de Nouvelle Pompeï, pour une altitude moyenne de 450 mètres.

    Cette bande de terre, que nous visons, est à ce jour l'un des endroits les plus densément peuplés de Seranon, en dehors de la mégalopole. Sur les 750 millions d'habitants qui vivent dans cette province, 400 millions se trouvent dans cette région en particulier, dont 24 millions à Vinemii, 14 millions à Aquapolis, et
    16 millions pour chacune des villes de Nouvelles Pompei, Libirta et Smyrne. Ne parlons pas des multiples agglomération de plus d'un million d'habitants qui longent les côtes de part et d'autres de la Bande de Terre.

    Les effectifs de l'opération Cassius se chiffrent à 20 000 agents de police et 4000 militaires en tout et pour tout. Ils seront répartie en un groupe de 15 000 agents dans la Province de Vinemii, sous la responsabilité de Mademoiselle Emendit-Chartraise, appuyés par 3000 militaires, et un second groupe 5000 agents et 1000 militaires dans la province d'Animei, sous la responsabilité de Monsieur Galbreigh. Les objectifs de l'opération sont le démantèlement des cartels de la Drogue et du commerce d'arme qui se sont fait un nom dans la région.

Il baissa les yeux et fixa Julia :
    [S. Mattus] J'aimerai insister sur un point ici : nous n'avons pas les moyens de nous attaquer directement aux groupes de Vinemii pour le moment mademoiselle. Nous aurons besoin des fonds et de l'appui du Sénat dans cette tâche. Aussi, ne jouez pas avec le feu et restez concentrée sur la bande de terre d'Aquapolis et la ville d'Aquapolis elle-même.

    Nos agents de l'Intelligence Seranienne ont put localiser les principaux sites de production de munitions, et les champs de pavots et de Coca dans les montagnes d'Animei. Hélas, nous savons aussi que la Coca, est devenue, au fil du temps, un mode de vie pour les habitants de ces montagnes : cela fait plus de quatre vingt ans qu'ils la cultivent et ils la consomment à à peu près toute les sauces : tisanes, Thés, Infusions, et plus généralement mâchée tel quel. Je dois ici vous rappeler monsieur Galbreigh qu'en dépit de ce que certain en pensent, cela fait cent ans que Seranon a retiré la Coca de sa liste noire des plantes considérées comme des stupéfiants à l'État Naturel. Attention à ce sur quoi vous allez tirer dans ces montagnes. Il s'agit de tirer sur des chimistes, pas des paysans.

Galbreigh baissa la tête. Il devait probablement s'être déjà imaginé qu'il suffirait de bruler les champs de Coca pour régler la question des trafiquants.
    [S. Mattus] Nous avons ensuite découvert que les circuit de distribution passent sur la côte pour rejoindre cette fameuse bande de terre ou vous allez entrer en action mademoiselle Emendit-Chartraise. Vous devrez éradiquer et localiser les principaux points de distribution, ou la Cocaïne est acheminée. Et pour cela vous devrez envisager de superviser des infiltrations de Gang.

    Second point qui va répondre à votre seconde question : la population en elle-même ne nous est pas toujours favorable : dans la plupart des cas ils sont méfiants vis-à-vis des Forces de Police, car elles sont jugées corrompues et inefficaces. Dans d'autres cas, ils se sont constitués en milices urbaines, assez mal équipées, et qui font régner leurs propres lois dans les différents quartiers des villes. Cela reste une exception, et ces milices sont généralement soutenues par le peuple, et en guerre permanente avec les Mafieux. Dans le dernier cas, la population est rackettée, poursuivie lorsqu'elle se soulève et plus généralement employée de gré ou de force par les cartels de la Drogue. Ceux qui les soutiennent réellement sont ceux qu'ils paient bien pour leur travail.

    Concernant l'équipement, vous devrez vous attendre à affronter des adversaires équipés, dans la majeure partie des cas, d'armes légères et d'armes de poing et dans certaines situations, d'armes lourdes. Je vous conseille de vous appuyer sur les GSS et l'Armée dans ce genre de situation. Ils ont l'habitude des opérations contre-terroristes, et à terme, il se pourrait bien que les choses y ressemblent.

Savlian Mattus reprit son souffle et avant de s'assoir, déclara une dernière fois :
    [S. Mattus] Pour conclure, j'aimerai vous rappeler une chose Mademoiselle Emendit-Chartraise, Monsieur Galbreigh. Même si dans certaines situations cela pouvait commencer à y ressembler, c'est une opération de police que vous menez, pas une guerre. Votre objectif est d'arrêter les criminels et les délinquants. Pas de provoquer un bain de sang. Nous ne voulons pas que les choses ressemblent aux évènements de Kamensk ou d'Opale il y a quelques siècles. Est-ce clair ?

_________________
Équipe Administrative.

La fin de l'Espoir, c'est le commencement de la Mort
Charles de Gaulle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ministère de l'Intérieur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ministère de l'Intérieur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Règlement intérieur de l'Université d'Artois
» réglement intérieur
» La Campagne de l'Ennemi intérieur Warhammer V2 ou V3
» mon petit jardin d'intérieur
» Slack en intérieur ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hegemony :: Seranon :: Serania-
Sauter vers: