Hegemony

Dans un univers troublé, l'avenir de la galaxie et de la race humaine vous appartient
 
WikimonyAccueilLisez les règles du jeu iciFAQS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 L'Ombre de la vérité [Albert Blake]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Sam 7 Mai - 17:50

Ce que j'avais trouvé dans l'une des poches de l'homme me provoqua une vive surprise. Une plaque en titane avec les insignes du FSD ... Cet homme était un agent du FSD, autrement dit un de mes collègues ! Quelque chose était extrêmement bizarre dans cette affaire et j'avais la sensation qu'on me cachait certaines informations. Les SSJ devaient manigancer quelque chose et j'ignorais quoi ... Mais je devais le découvrir. Pourquoi avoir tué Summers alors qu'il n'était qu'un suspect dans une autre affaire ? Quelle était la mission de cet homme ? Savait-il que j'étais un agent du FSD moi aussi ? Etait-ce pour cela qu'il avait tenté de m'abattre ? Tant de questions mais aucune réponse ... Pour l'heure, je devais m'occuper des flics. Ceux-ci étaient arrivés et avaient regardé ma plaque, concluant donc que j'étais un agent du FSD. L'un d'entre eux me demandait ce qui s'était passé. J'hésitais un instant à révéler la vérité ou à la masquer. Si je révélais que cet homme était un agent du FSD, mon enquête serait suspendue et je devrais coopérer avec le FID, un autre département des SSJ, afin d'élucider l'affaire ... Le FID faisait peut-être également partie de cette mission dont j'ignorais tout et à laquelle j'étais pourtant indirectement lié, ayant provoqué la mort de celui qui devait la mener à bien. Néanmoins, je n'avais aucune raison de poursuivre mon enquête maintenant que Summers était mort. Même si le FID me mentait lors de l'enquête, je n'aurais qu'à pousser mes investigations personnelles et à démêler le vrai du faux. Une autre énigme à résoudre, en somme. Bon sang, il ne s'était même pas écoulé deux heures depuis le début de la mission et je nageais déjà dans la confusion la plus totale. Pour me calmer, j'allumai une cigarette, inspirai une bouffée puis me tournai vers le policier m'ayant interpelé.

"Ce qu'il s'est passé, hein ... Je n'ai rien à vous cacher et je tiens à obtenir votre parfaite collaboration, alors voici : je suis Albert Blake, un agent du FSD actuellement en mission. Je travaillais pour déterminer si un cadre de la FoxWeapons Industries était oui ou non un espion. Je l'ai donc pris en filature pour finalement arriver aux promenades au bord de la Pearl River, près du tramway. Celui que je suivais semblait attendre quelqu'un et je m'arrangeais du mieux que je pouvais pour ne pas me faire repérer ... C'est alors que cet homme dont vous avez le cadavre devant vous est arrivé, a inoculé une sorte de poison paralysant sur le cadre et l'a poussé par-dessus la rambarde, le faisant atterrir dans la Pearl River. Envoyez-y une équipe pour le repêcher, vous le trouverez certainement noyé. Son nom est Valentin Summers et il reste peut-être encore une trace du poison dans le sang. Bon, donc ... Suite à ces évènements, j'ai poursuivi l'homme en le suivant dans le tramway et lorsqu'il en est sorti pour finalement arriver ici. Il avait remarqué ma présence et essayait de me semer en passant par ces ruelles. Il a soudain fait volte-face pour m'abattre mais mes réflexes ont été plus rapides que les siens et je lui ai tiré dans la jambe. Il est tombé à terre et en entendant vos sirènes s'est tiré une balle dans la tête. J'ai trouvé ceci dans sa poche,
dis-je en tendant sa plaque du FSD. Cet homme était également un autre agent du FSD et j'ignore quelle était sa mission. J'aimerais demander votre parfaite coopération pour déterminer ses antécédents et régler cette affaire."

Je tirai une autre bouffée de ma cigarette, attendant la réaction des policiers, afin de voir si ces flics étaient bons à quelque chose. J'ignorais si j'avais fait le bon choix, ils seraient peut-être capables de m'embarquer et de dire que toute l'histoire que j'avais inventée était fausse, tandis que ç'aurait été moi l'assassin de Summers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Mar 10 Mai - 4:14

Le policier écouta son histoire et demanda à un de ses collègues d'aller avec une équipe à l'endroit indiquer par Blake pour trouver le corps de Summers. Il réussit à confirmer l'histoire de Blake grâce à quelques témoins qui avait vu l'agent du FSD tiré dans le airs, ainsi que Blake qui le poursuivait. Sans compter que le FSD confirma qu'Albert Blake était effectivement en mission, mais qu'ils étaient plutôt surpris de la tournure des évènements, surtout concernant cet agent du FSD qui était suposé se trouver en mission de surveillance dans le District de Maurela Lake, dans le sud de la ville. Le policier annonça à Blake que l'enquête serait tranféré au FID et que les deux corps, celui de l'agent du FSD et celui de Summers, si ils le retrouvaient, serait envoyé à la morgu, dans les sous-sol du bâtiment du FID dans le District de la Vieille-Ville. Au même moment, deux voitures du FID arrivèrent sur les lieux, des agents se dispersèrent et l'un d'eux demanda à Blake de le suivre, tout en lui remettant son arme. Celle-ci avait servit à blessé l'agent du FSD, il était normal que Blake lui remette pour pouvoir vérifier sur la blessure à la jambe correspond vraiment à l'arme de Blake. Notamment en vérifiant le nombre de balles tiré, mais aussi le type de balle utilisé etc. L'agent du FID lui demande de bien vouloir embarquer dans le véhicule du FID pour un interrogatoire. Apparemment, Blake était le seul témoin direct de l'incident.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Jeu 12 Mai - 0:44

J'appris ensuite que l'homme que je poursuivais, cet agent du FSD, était censé être en mission à Maurela Lake et qu'il n'avait rien à faire aux promenades de la Pearl River à assassiner Valentin Summers. Cela signifiait donc que l'homme agissait soit en solitaire, soit que ses commanditaires n'étaient pas le FSD et les SSJ. Du moins, pas officiellement. Étant donné le suicide de l'agent, j'avais tendance à pencher pour la seconde option. Il n'avait certainement pas voulu qu'on puisse remonter à ses commanditaires et s'était donc tué, soit par loyauté ou par crainte de ce que ceux-ci auraient pu lui faire s'il s'en était sorti après les avoir balancé, du moins c'était ainsi que je supposais les choses.

La suite me plût bien moins. L'enquête avait été transférée au FID et on m'informait que le corps de l'agent et éventuellement celui de Summers se retrouveraient à la morgue dans les sous-sols du siège du FID, dans le District de la Vieille-Ville. Je devrais sûrement y faire un tour plus tard afin d'apprendre quelques informations, notamment si Summers était retrouvé sur le poison utilisé, qui aurait pu le fabriquer et s'il s'agissait d'un équipement fourni par le FSD ou non ...

Conséquence logique de la remise de l'enquête au FID, des agents arrivèrent sur place en voiture. C'étaient d'une certaine manière mes collègues, mais je ne le ressentais pas ainsi. Je n'avais pas noué de liens avec ceux que je côtoyais, préférant passer mon temps libre à chercher à accomplir ma vengeance. Peut-être que tout ce bordel était lié à l'Ombre Pourpre ... Enfin, les agents me demandèrent que je leur remette mon arme et que je les suive. Je fis une grimace. Ils voulaient vérifier mon histoire, car ce genre de département qui travaillait à débusquer les criminels voyaient ceux qu'ils traquaient partout. Même chez leurs collègues. Enfin, je n'avais pas le choix. Je lui remis mon pistolet Tz, songeant qu'ils fouilleraient l'arme et vérifieraient mes déclarations. Dommage pour eux, j'avais dit la vérité, ils perdaient leur temps.

Un autre agent me fit signe de monter dans une voiture et crût bon de préciser que c'était pour un interrogatoire. Je détestais les interrogatoires. Non, je les haïssais. J'avais l'impression de me retrouver face à ces espions que j'interrogeais secrètement lors de mes investigations officielles afin d'obtenir des informations sur les SSJ et l'Ombre Pourpre. J'espérais par ailleurs que je pourrais fumer et qu'on aurait pas à me fouiller. Ils ne devaient pas trouver mon calepin de recherches, mais je pensai avoir pris les précautions nécessaires pour qu'il ne soit pas découvert et s'il venait à l'être j'avais encore de quoi expliquer ce qu'il était censé réellement être : un simple carnet utilisé pour retracer les informations des enquêtes du FSD et non pas le fruit d'investigations secrètes poussées pour dénicher de rares informations et documents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Dim 15 Mai - 0:18

La salle d'interrogatoire ou fût mener Blake après avoir été mené au siège Opaliens du FID était une salle d'interrogatoire comme toute les autres. Une salle sobre, avec une table métallique et deux chaises métalliques. Les murs étaient vides et une seule lumière à néont éclairait la pièce. Toutefois, il n'y avait plus de miroirs comme l'on avait au 21ème siècle pour observer les personnes interrogées. Maintenant, un des murs semblaient tout à fait normal, mais en réalité derrière l'on pouvait voir tout se qui se déroulait dans la pièce. Le mur, composé de nanites, projetait l'image d'un mur normal, mais en réalité ce n'était qu'une simple parois de verre blindés. L'agent du FID qui allait interroger Blake était l'un de ceux qu'il avait rencontrer sur la scène de l'incident. Celui-ci semblait décontracté.

-Bon, pour commencer monsieur Blake., j'aimerais que vous m'expliquiez en détail l'enquête dont vous avez été chargé. Ensuite, j'aimerais que vous m'exposiez votre version des faits pour voir si celle-ci concorde avec les quelques témoins que nous avons pu trouvé.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Dim 15 Mai - 3:36

On m'avait ensuite amené dans ma salle d'interrogatoire. L'observant, j'avais l'impression d'être dans la même situation qu'un criminel qu'on essayait de passer à la casserole. La salle était petite et sobre, une table trônait au milieu et une vulgaire lampe pendait au plafond. Mon expérience dans les services d'espionnage m'avait appris que des personnes surveillaient les interrogatoires derrière l'un des murs de la pièce camouflé par un procédé complexe, qui faisait d'une paroi de verre un mur à mes yeux. Mon regard dériva vaguement sur chacun des murs afin de déterminer duquel il s'agissait, mais l'illusion était parfaite et je ne parvenais pas à le déterminer, un examen plus poussé aurait été nécessaire et je n'en avais ni le temps, ni l'envie, ni les moyens. L'avancée technologique avait donc permis à l'humanité de créer des moyens fourbes utilisant le sentiment de sécurité qu'auraient les personnes interrogées pour leur permettre de parler sans qu'elles se sentent observées alors qu'elles l'étaient. Quelle fourberie ...

Un agent du FID me fit signe de m'asseoir à l'une des deux chaises bordant la table située au centre de la salle. Je l'observais rapidement. Il me semblait l'avoir déjà vu sur la scène où les évènements avec l'autre agent du FSD s'était déroulé, mais ces agents étaient tous pareils et je les méprisais. Des pions manipulés par les Services Secrets Jadéens, réduits à interroger leurs collègues afin d'éliminer les dissidents et persuadés d'aider leur nation, parfaitement risible et pathétique ... Je pris un air grave qui ne laissait rien transparaître de ma méprise envers l'agent du FID, censé refléter ce que quelqu'un de "normal" devait ressentir face à la situation dans laquelle je me trouvais. Cependant, je n'étais pas quelqu'un de "normal" ainsi que les SSJ devaient l'entendre et j'étais persuadé des mauvaises intentions de mes supérieurs et dans une moindre mesure des SSJ tout entiers. L'agent troubla mes réflexions par les mots suivants :


-Bon, pour commencer monsieur Blake, j'aimerais que vous m'expliquiez en détails l'enquête dont vous avez été chargé. Ensuite, j'aimerais que vous m'exposiez votre version des faits pour voir si celle-ci concorde avec les quelques témoins que nous avons pu trouver.

Je ne pus m'empêcher d'émettre un soupir intérieur. J'avais déjà donné ma version des faits aux flics et les informations concernant l'enquête dont j'avais été chargé étaient aisément trouvables en demandant à mon commanditaire et à partir de là en allant voir le Directeur de la FoxWeapons Industries. Est-ce qu'"ils" cherchaient à me faire perdre du temps en me forçant à participer à des interrogatoires stupides tandis qu'"ils" menaient des opérations mystérieuses et prenaient des décisions concernant leur agent dont j'avais indirectement causé la mort ... et me concernant ? Si c'était le cas, j'étais bien parti pour perdre énormément de temps à cause de ces agents incapables. Enfin, je m'attelais à la tache et lui répondit :

- Oui, bien entendu. Il y a quelques heures, j'ai reçu un notepad holographique du Directeur des SSJ qui me chargeait d'une mission concernant un homme appelé Valentin Summers âgé de 38 ans et travaillant en tant que cadre pour la FoxWeapons Industries, qui est, comme vous vous en doutez et comme son nom l'indique, une entreprise d'armement jadéenne dont le siège est situé sur Opale. Je me suis donc rendu au Siège de l'entreprise afin d'y rencontrer le directeur. Ses présomptions se basaient sur le fait que Summers se comportait étrangement selon ses collègues, notamment en effectuant des appels qui n'avaient à priori rien de professionnel. Dans le même temps, une effraction a été commise dans les bureaux des archives de l'entreprise et des informations n'ayant pas d'importance majeure ont été dérobées. Il n'y a rien de plus l'incriminant mais apparemment il avait l'habitude de dîner avec une femme. Vous pourriez peut-être essayer de retrouver de qui il s'agit et me transmettre l'information.

Ensuite, tandis que je discutais avec le directeur de l'affaire, l'intéressé est soudainement apparu, en sueur et visiblement très pressé, et a pris un ascenseur magnétique. Je suis rapidement descendu par les escaliers, assez rapidement pour voir Summers quitter le siège de l'entreprise et je l'ai pris en filature. Il s'est rendu à l'intérieur d'un tramway menant aux "Promenades de la Pearl River" et je l'y ai suivi. Là-bas, il semblait attendre quelqu'un et je me suis arrangé pour qu'il ne me voie pas l'observer. J'ai ensuite vu un homme habillé comme un businessman s'approcher de Summers et lui inoculer un poison paralysant avant de le pousser par-dessus la barrière dans la rivière. L'homme a ensuite couru vers le tramway pour partir vers la 42ème avenue. Il a ensuite repris sa course et je l'ai poursuivi car il semblait avoir remarqué ma présence alors qu'aucun élément n'aurait pu véritablement me trahir, j'y avais veillé. Un flot de passagers a bloqué le passage de l'homme et il a sorti un pistolet Tz à balles, curieusement le même modèle que le mien, et a tiré en l'air afin de disperser la foule. Là, je l'ai suivi à travers une ruelle et je suis parvenu à lui tirer dans le genou au moment où il faisait volte-face pour m'abattre. Il est tombé à terre et lorsqu'il a entendu les sirènes de la police, il s'est tiré une balle dans la tête. J'ai fouillé dans sa poche et trouvé sa carte qui m'a appris qu'il travaillait au FSD mais je n'ai pas eu l'occasion de retenir son nom. Quel était-il, je vous prie ? J'aimerais me renseigner un peu à son sujet, vous voyez ... J'ai provoqué sa mort et j'aimerais savoir pourquoi ceci est arrivé ... J'aimerais également présenter mes condoléances à sa famille, s'il en a.


Cette dernière partie était bien entendu un mensonge. Je souhaitais donner l'impression d'un homme respectueux et assez chétif afin de susciter son respect et sa pitié afin qu'il accepte de me donner les informations dont j'avais besoin. Je devais découvrir qui était la femme avec laquelle Summers dînait et le nom de cet agent du FSD. Je perdais mon temps face à cet interrogatoire, alors autant que j'obtienne des informations et que je réfléchisse à la suite de mes actions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Lun 23 Mai - 0:31

HRP: Je suis un monste...j'ai pas répondu depuis plus d'une semaine! je vais aller me faire fouttez par Syllas! Je ne mérite pas mon titre de MJ du mois d'Avril...HRP.

-L'Affaire est plutôt étrange. Nous avons effectivement trouvé le corps de Summers. Or, à première vu, il est mort de noyade. L'autopsie pourra confirmer si il à été effectivement paralysé par un poison. Concernant l'agent du FSD, nous n'avons aucune explication. Le Directeur du FSD à Opale nous èa confirmé la mission dudit agent, ainsi que la vôtre. Apparemment, il n'avait aucune raison d'être là. Le tout à été confirmé par les caméras de surveillance des tramway et du siège Opalien de la FoxWeapin Industries. Donc, pour l'instant, nous ne voyons aucune raison de vous retenir pour le moment. Toutefois, vous devrez rester à la disposition des enquêteurs du FID si ceux-ci ont des questions sur l'enquête. Votre arme de service vous sera rendu à la sortie du bâtiment.

Il resta silencieux un moment.

-Votre Directeur recevra personellement l'avancement de l'enquête, c'est donc à lui que vous devrez parler pour connaître les avancements de l'enquête. Je crois que c'est tout, vous pouvez disposez et bonne soirée.

Il était 20h43 lorsque l'interrogatoire fût terminé.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syllas
Administration
avatar

Nombre de messages : 2045
Localisation (en RP) : Dans les tabernacles de la double puissance temporelle et spirituelle
Date d'inscription : 09/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits: Plus qu'il n'y a de grains de sable au bord de l'océan

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Lun 23 Mai - 0:35

[HRP]Vient par ici...^^

Pas grave, on est en mai^^[HRP]

_________________
Amiral Nikolaï Syllas d'Acre
Maître du jeu -
Union des Territoires Eloignés, Alttoria, Vands, Nomades, département Admintech (entre autres)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Lun 23 Mai - 1:10

HRP : Pas grave pour le délai d'attente, c'est pas la première fois que tu mets quelques jours à répondre même si cette fois c'était plutôt long. Tu peux encore te rattraper et devenir le MJ du mois de juin.

Je venais d'entendre les réponses de l'agent. Il ne semblait pas soupçonneux à mon égard et à priori les éléments que l'équipe du FID avait retrouvé corroboraient ma version des faits, je ne risquais donc pas d'être accusé afin que mes agissements cessent de gêner le commanditaire de toute cette nébuleuse affaire. Peut-être que celui-ci n'avait aucun véritable lien avec les SSJ, finalement ... Quoi qu'il en soit, l'agent ne m'avait pas renseigné au sujet de la femme de Summers ou du nom de ce type du FSD dont j'avais causé la mort. J'allais donc devoir les trouver moi-même. Rendre visite au Directeur du FSD serait certainement une bonne idée afin d'obtenir des informations, même si celui-ci était impliqué dans cette affaire de manière louche.

Souhaitant avec hypocrisie une bonne soirée à l'agent et sortant de la salle en adressant un regard vers les murs qui n'étaient en réalité qu'une façade vitrée, je me dirigeai vers la sortie du bâtiment afin de récupérer mon arme. Après l'avoir récupéré et l'avoir sommairement inspecté, tout en allumant une cigarette en tirant une bouffée dessus, je décidai de retourner là où tout avait commencé, environ quatre heures plus tôt. Je marchais vers les bureaux du FSD, dans le district de Milicent Hill. Tout en marchant, mes pensées dérivaient vers cette affaire et je réfléchissais aux diverses possibilités qu'il pouvait exister à partir du très faible nombre d'éléments dont je disposais pour mener mon enquête. Le Directeur devait m'en donner davantage. Son bureau devait être encore ouvert à cette heure, et je me devais de connaître le nom de cette femme que Summers fréquentait, là où elle vivait et il en allait de même pour l'agent du FSD. Il devait y avoir un lien entre tous ces éléments, et la principale question qui flottait alors dans mon esprit était : Pour quelle raison Summers a-t-il été éliminé et que faisait cet agent si il n'accomplissait pas sa mission officielle ?


Dernière édition par Albert Blake le Ven 17 Juin - 18:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Lun 23 Mai - 2:04

Le soleil c'était couché depuis déjà plusieurs dizaines de minutes et les bureaux du FSD à Milicent Hill étaient presque vide. La plupart du personnel finissait avant 20h et généralement, les bureaux fermaient partiellement vers 23h. En effet, le personnel avait la possibilité de rester toute la nuit dans les bureaux puisqu'il y avait la présence constante du personel de sécurité. Des salles de repoas étaient même disponible pour les agents prévoyant rester pour travailler sur des enquêtes difficiles ou rédiger des rapports faramineux en retard. Généralement, tout le personel faisait des heures supplémentaires...c'était indéniable, surtout que le Gouvernement donnait un salaire pour les heures supplémentaires depuis 2747, une initiative du Président Rumulus Hallenberg qui croyait fermement que ceci permettrait une meilleure efficacité du FSD, mais aussi pour félicité le personnel qui travaillait toujours aussi dur au nom de la République. Bref, dans tout les cas, celà avait permit une augmentation des heures supplémentaire, une augmentation des salaires et de l'efficacité du FSD. Toutefois, ceux qui avaient de la famille avaient quelques petits problèmes pour gérer leur vie familiale. C'est pourquoi, les heures supplémentaires restaient un choix que tout membre du personnel pouvait décidé ou non d'ajouter.

Bref, vers 21h14, il restait au moins le quart du personnel habituel et le Directeur en faisait partie. Le Directeur Issama Makiadi était un homme noir et dont la famille était originaire de la dernière vague d'immigration Terrienne sur Jadis. La Fédération Solaire Unie avait crut bon de transiter 20 millions de colons de zones pauvres d'Afrique, d'Amérique du Sud et du Moyen-Orient pour tenter d'affaiblir la société Jadéenne (qui détenait déjè des aspirations d'indépendance) en contrôlant des populations facilement influençable. Mais la société Jadéenne à immédiatement prit en charge ces populations dites pauvre, en leur donnant de nombreux avantages sociaux leur permettant une ascenssion sociale rapide et avantageuse. Malgré les pressions Terrienne, ainsi que les coupures, il s'avéra que ces immigrants s'intégrèrent facilement à la société Jadéenne et s'opposèrent aussi à l'Impérialisme Terrien lors de l'Indépendance Jadéenne en 2556. Bref, les Makiadi étaient l'une de ces familles Africaines venu sur Jadis et ayant milité fermement pour l'Indépendance, ils c'étaient forgé une très bonne réputation dans le milieu de la justice, notamment grâce à leur cabinet d'avocat de Fort-Farraday spécialisé dans le Droit Économique. Il reste que les Makiadi ne sont pas tous dans le milieu judiciaire, certains étaient médecins, policiers ou bien simple professeur. Il fallait préciser que c'était une famille nombreuse. Bref, Issama Makiadi était un homme plutôt discrèt, particulièrement méthodique, mais aussi horriblement soucieux du bon fonctionnement de la machinerie du FSD. Il détestait que la machine ne soit pas assez bien huilé ou b ien qu'un grain de sable vienne dérangé le bon fonctionnement du mécanisme. Justement, un grain de sable venait de s'introduire dans le mécanisme qu'il tentait d'entretenir parfaitement depuis ses 7 ans de loyaux services à la tête de la Division Opalienne du FSD, la mort d'un agent. Une mort étrange, une affaire étrange, sans compter que le FID avait en charge l'enquête. Il était sûr que le FID se délectaient actuellement de mener une enquête au sain du FSD...il faut dire que généralement...c'était le FSD qui faisait enquête au sein du FID. Depuis l'affaire Jutenberg en 2750, le FID et le FSD se livrait à une véritable révalité démesuré et complètement inutile.



_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Lun 23 Mai - 19:02

La nuit tombait et j'écrasai ma cigarette sur le sol tandis que je m'apprêtais à entrer dans les bureaux du FSD. Ils étaient presque déserts à cause de l'heure tardive et je me dirigeai vers les ascenseurs magnétiques situés à côté des escaliers. Appuyant machinalement sur le bouton afin de monter au plus haut étage, là où se trouvait le Directeur du FSD -car étrangement les Directeurs et ce genre de personnes considéraient qu'il était normal qu'en plus de gagner un salaire outrageusement plus élevé que celui de leurs employés, ils devaient être au-dessus d'eux dans la simple organisation architecturale des bâtiments-.

Tandis que l'ascenseur montait à une vitesse prodigieuse vers le sommet de l'édifice, je réfléchissais rapidement sur la situation. J'avais bien entendu déjà rencontré le Directeur lorsque je suis entré parmi les SSJ et j'avais abondamment recherché des informations sur sa personne qui pouvaient le lier à mon frère et à l'Ombre Pourpre, mais je n'avais pu déceler rien d'inhabituel. Sa famille faisait partie des dernières vagues de colons venus sur Jadis et était originellement une famille pauvre d'Afrique qui avait pu remarquablement rapidement grimper dans l'échelle sociale. Cet homme était du genre à consacrer son âme à son travail et il vouait également une certaine rancœur plutôt tenace au FID, ainsi que les quelques rares discussions que j'ai eu l'occasion d'avoir avec lui me l'ont prouvé et je suppose que le Directeur du FID ressentait la même chose à l'égard du FSD, bien que je n'aie jamais eu l'occasion de le rencontrer. Bref, le Directeur du FSD ne semblait pas être le profil-type du haut dirigeant corrompu qui commanditait des assassinats et fomentait une conspiration internationale, mais c'est justement ce qui me forçait à me méfier de lui. Son passé était trop propre, même pour un homme du gouvernement ... Non, surtout pour un homme du gouvernement. Mais pour le moment, je me devais de prendre pour argent comptant les informations qu'il pouvait m'apporter et de considérer que la personnalité qu'il affichait n'était pas qu'un vulgaire masque. Étais-je devenu paranoïaque ?

Quoi qu'il en soit, je ne saurais la réponse qu'après avoir découvert le fin mot de l'enquête ... si je la finissais. L'ascenseur était arrivé depuis quelques minutes déjà et je me trouvais face à une porte d'ébène incrustée d'ivoire qui donnait un air bien plus imposant à la simple entrée du bureau du Directeur que celui qu'avaient les portes des bureaux des simples agents. Je toquai sommairement de ma main droite, le gant recouvrant ma main étouffant légèrement les échos du son que produisait le choc. La voix de Makiadi se fit entendre à travers la porte et trahissait les préoccupations qu'il devait ressentir face à cette affaire qui devait déstabiliser toute sa perfectionniste organisation dont il prenait tant soin. J'entrai donc et me retrouvai face à Issama Makiadi, le directeur du FSD, mon supérieur et celui qu'on aurait pu familièrement appeler mon patron. Il me regarda et je pus voir à travers son regard qu'il savait exactement qui j'étais et qu'il devait présentement me maudire d'avoir apporté tant d'ennuis dans sa si parfaite vie. Tsk, qu'il en soit ainsi, Makiadi. Tout ce que tu peux présentement ressentir ne vaut rien par rapport à ce que j'ai pu ressentir lorsque mon propre frère a tué ma femme sous mes yeux, et c'est toi ou l'un de tes semblables qui a commandité ce meurtre. Voilà quelles étaient mes pensées, mais je ne pouvais bien entendu les dire à haute voix.

A la place, je m'approchais de son bureau, tout aussi richement décoré que la porte et tout aussi luxueux, et tendis ma main vers la sienne, ce qui résulta en une poignée de main, supposée refléter la convivialité et l'amitié mais n'était qu'une simple formalité dont nous aurions sans doute pu nous passer et qui ne reflétait rien. Je reculai alors et ne prit pas la peine de m'asseoir. Stoïque face à lui, j'entrepris d'obtenir les informations que j'étais venu récolter :


- Bonsoir, Monsieur le Directeur ... Vous êtes sûrement au courant de l'affaire et je m'excuse des soucis que je dois présentement vous causer mais j'aimerais reprendre mon enquête et la continuer en cherchant de nouvelles pistes. J'ignore si Valentin Summers était effectivement un espion ou non, mais je suppose que cela n'a plus aucune importance. Je tiens plutôt à chercher à comprendre ce qui lie Summers à cet agent du FSD dont j'ai causé la mort et ce qu'il faisait ici. Notez que Summers semblait attendre quelqu'un avant que cet agent ne cause sa mort ... Par ailleurs, j'imagine que vous avez des informations sur cet agent ? Quelles sont-elles ? Pouvez-vous me renseigner davantage en me donnant les informations dont vous disposez ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Mar 24 Mai - 1:54

Le Directeur Makiadi resta silencieux un moment, puis il se toussota légèrement avant de parler.

-Se n'est pas vraiment de votre faute. Se n'est pas vous qui n'étais pas à l'endroit ou l'on croyait ou vous étiez. Au moins, vous, vous étiez en train de mener votre mission à bien. Le Directeur National du FSD m'a appelé tout à l'heure pour des explications que je n'ai pu lui apporter. Quoi qu'il en soit, tout le mystère repose sur cet agent mort. Sans compter que la femme de l'agent à disparut...rendant encore plus la situation suspecte. Je ne sais pas agent Blake si je devrais vous donner d'enquêter sur cette affaire. Un mission non-officiel pourrait être envisageable, nous en faisons beaucoup lorsque celà concerne des enquêtes sur notre propre personnel, des politiques et même des militaires.

Un clignotant vert s'alluma sur le projecteur holographique et Makiadi l'alluma. Le Directeur passa une dizaine de minute à lire le rapport devant lui, puis il retourna à Blake.

-C'est l'autopsie du corps de Summers, apparemment, il est mort par noyade. Vous aviez dit qu'il avait été empoisonné? Pourtant...l'autopsie de mentionne aucun empoissonement, ni marque qui pourrait laisser croire à une injection léthale. C'est à croire que Summers c'est seulement suicidé.


_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Mar 24 Mai - 20:00

Les informations que Makiadi m'apportait ne faisaient qu'épaissir le mystère et rajouter des questions dans mon esprit. La femme de l'agent avait disparu ... L'agent avait donc une femme ? Il me fallait connaître leurs noms, dont Makiadi n'avait pas fait mention, afin d'enquêter plus profondément là-dessus. Il mit ensuite en cause le fait que je mène l'enquête officielle, ce qui m'exaspéra étant donné que j'étais le plus qualifié pour la mener. A la place, il me proposa indirectement de mener une de ces missions non-officielles que menaient parfois les agents des SSJ. Ma foi, je n'y voyais aucun inconvénient, tant que je pouvais obtenir des informations précises et utiles, ce que je n'avais pas encore vraiment fait depuis le début de toute cette histoire il y a quelques heures.

Une diode verte s'alluma et une projection holographique apparut sur le bureau. Un rapport, du même aspect que celui que j'avais reçu pour me notifier de l'affaire concernant Valentin Summers. Après quelques minutes de lecture où un silence plein de mystère planait dans la salle, Makiadi coupa l'hologramme et se tourna vers moi. Cela ne me disait rien de bon.

Ce que le directeur dit alors provoqua une certaine incompréhension chez moi. On avait retrouvé le cadavre de Summers, mais aucune trace du poison. Pourtant il était indéniable que la scène que j'avais vu avec mon agent anonyme plantant une sorte de seringue dont le liquide qu'elle contenait avait provoqué un éclat suffisamment brillant pour capter mon attention. Qui plus est, la réaction de Summers ne laissait pas place au doute. "Ils" avaient dû prévoir que le corps serait retrouvé et avaient prévu le coup. Forcément.


- Monsieur, je vous assure que Summers n'est pas mort d'une simple noyade. J'ai vu cet agent, comme je vous vois présentement, planter une sorte de seringue dans le corps de Summers et il s'en est suivi la paralysie de ce dernier. J'ai vu l'agent brusquement pousser notre ancien suspect par-dessus la rambarde. Je pense que tout ceci n'est qu'un coup monté. Le fait que le corps de Summers serait retrouvé avait été prévu par l'agent ou quelqu'un d'autre d'externe aux SSJ l'employant ... Et donc, j'en conclue que le poison n'a qu'un effet temporaire et a alors dû se diluer dans le sang, d'où le fait qu'on ne retrouve aucune trace. La thèse du suicide n'est que ce qu'"ils" veulent vous faire croire. Je pense que si nous trouvons de quel poison il s'agit et ses probables origines, nous aurons quelques pistes à explorer et c'est ce qu'"ils" voulaient éviter. Demandez à vos labos d'établir la liste des poisons paralysants se diluant rapidement dans le sang qu'il est possible de se procurer sur Opale, sur Jadis et dans tout le secteur Cassiopeia si les deux dernières recherches échouent. Nous pourrions trouver qui sont les fournisseurs et remonter jusqu'aux commanditaires de ce qui semble désormais être un agent double.

Maintenant, pourriez-vous m'en dire davantage concernant l'agent et sa femme disparue ? Quelque chose de notable, de spécifique ? Cet agent a-t-il toujours agi conformément aux ordres ? Des signes montrant une certaine dissidence ? Si oui, depuis quand ? Quant à la mission non-officielle, j'accepterai de la mener.


J'espérais que Makiadi réponde enfin à mes questions qu'il semblait ne cesser d'éviter depuis avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Ven 27 Mai - 7:16

Makiadi réfléchit quelques minutes avant de répondre à Blake.

-Il faut dire que je vous fait plus confiance à vous qu'au FID. Si se que vous dites est vrai, il ne sont pas foutu de faire une autopsie qui à du bon sang. Et puis cette affaire commence vraiment à m'énerver. Pour vous répondre, l'agent en question se nomme Benoit Duvallier, comme vous l'aviez sûrement vu sur sa plaque. Il avait un dossier impécable, ses missions étaient toutes remplit avec succès, une discipline hors-pair, un mari aimant à se qu'il paraît. Trop parfait à mon avis, mais diablement efficace...comme je les aime. Nous avons lancé un avis de personne disparut concernant sa femme. Apparemment, selon ses voisins, ils ne l'ont pas vu quitté la demeure des Duvallier. C'est comme si elle avait disparut comme ça, comme par magie. Je trouve celà particulièrement louche, et c'est pour ça qu'une enquête non-officiel devra être effectué. Puisque vous aviez été affecté à l'affaire Summers, je ne vous aucun inconvénient pour que vous preniez la tête de cette enquête-ci. Toutefois, vous savez comment fonctionne la procédure lors de mission non-officielle? Vous devez faire vos rapports directement à moi et à personne d'autre, sans compter que vos collègues n'auront aucune informations sur votre enquête en cours. Pas même le FID.




Au même moment, quelque part à Opale.

Les trois hommes surveillaient les écrans holographique devant eux. Un quatrième se trouvait derrière et semblait superviser le tout. Dans l'un des écrans, l'on pouvait voir le bureau de Makiadi, ainsi que l'agent Blake, dans un autre écran il y avait le bureau du Directeur du FID à Opale, et ainsi de suite. Les images de la demeure d'un juge de la Cour Suprême, du bureau d'un Commissaire de police ou la façade de l'Ambassade de l'UTE. En fait, les zones sur surveillance semblait être toute la capitale.

-L'Affaire Summers à quelque peu dérapé dit le quatrième homme. Comme prévu, l'autopsie à été falsifié, mais la mort de notre homme est un contretemps fâcheux.

-Makiadi à chargé ce Blake de l'enquête non-officielle. Il faudra brouiller les pistes, dit le premier homme.

-Ou lui en donner des fausse, dit le deuxième homme.

-Il faudra surveiller cette affaire de prêt, celà ne concerne plus la sécurité de la République, mais bien les activités du Bureau, dit le quatrième homme.

-Si il advenait que ce Blake découvre notre existence, nous aurons d'autre choix que de l'éléminer, dit le premier homme.

-Ainsi que Makiadi, ajouta le troisième homme.

Ils retournèrent à leurs observations des écrans holographiques. Le quatrième homme alla faire son rapport à son supérieur. Si la skituation le requérait, Makiadi allait malheureusement décéder dans un fâcheux accident. Pour se qui de ce Blake, l'on devait premièrement receuillir des informations sur celui-ci. Chose qui ne devrait prendre que quelques heures.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Ven 27 Mai - 13:36

Duvallier. Benoît Duvallier. C'était lui, l'homme dont j'avais causé la mort, cet agent du FSD qui agissait supposément en réalité pour les intérêts de mystérieux commanditaires. Si Makiadi n'était pas de mèche, ça signifiait qu'il risquait de subir les conséquences de mes actes ... Mais s'il était réellement impliqué, ne risquait-il pas alors de me tendre un piège ? Quoi qu'il en soit, je n'avais d'autre choix que d'explorer les pistes qu'il m'offrait. La femme de Duvallier avait disparu, apparemment sans quitter sa demeure. Quelque chose ne tournait effectivement pas rond, et remonter jusqu'à la source de cette anomalie devrait m'aider à y voir plus clair dans cette affaire.

- Je suis au courant au sujet de la procédure, ne vous inquiétez pas. Je pense effectivement qu'il sera dans notre intérêt que mes rapports ne soient communiqués qu'à vous. Nous ignorons en effet encore l'ampleur de toute cette histoire et qui est derrière tout cela, aussi devrions-nous redoubler de prudence.

Quant à l'enquête, pourriez-vous m'indiquer où se trouve la demeure des Duvallier ? Aussi, depuis quand est-elle portée disparue selon les informations que l'on détient ? Et également une autre chose : le directeur du siège opalien de la FoxWeapons Industries m'avait parlé d'une femme que Summers fréquentait et avec laquelle il était habitué à dîner. Nous ne savons toujours pas pourquoi il a été tué et peut-être que cette femme détient des informations qui sauraient nous aider. Savez-vous quelque chose à son sujet ou pourriez-vous contacter le directeur pour qu'il nous renseigne ? Je pense que nous ne devrions négliger aucune piste, surtout si mon enquête chez les Duvallier se révélait ne mener à rien.


En attendant sa réponse, je réfléchissais sur ce nouveau mystère. Comment une femme pouvait-elle disparaître sans sortir de sa demeure ? Et pourquoi avait-elle disparu ? Avait-elle un lien avec les agissements de son mari ou soupçonnait-elle quelque chose ? Curieusement, je ne pouvais m'empêcher de penser à une certaine similarité avec ma propre histoire ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Dim 29 Mai - 7:29

Makiadi ouvrit un écran holographique et fouilla sa banque de données pour chercher l'adresse de l'agent du FSD. Dès qu'il le trouva et le transfera sur un notepad portatif, en tranferant en même temps les informations de service de l'agent, l'autopsie du FID, les informations sur Summers, ainsi que le rapport du FID concernant la disparition de la femme de Duvallier. Après quelques minutes de réflexions, Makiadi transfera aussi les informations de la suposé mission que Duvallier devait remplir.

-Le FID doit sûrement avoir déjà investit l'appartement de Duvallier, leur demeure se trouve dans le District de Westwood au Nord d'Opale, une banlieu de la classe moyenne. Le bâtiment contient trois autres appartements de la même taille et le tout se trouve à proximité de la station 56 de magnétrain de banlieu. Le FID ne sait pas depuis quand la femme de Duvallier à disparu, mais selon ses voisins, ils l'ont aperçut vers 17h lorsqu'elle à sortit le chat. Après, plus rien.

Makiadi transfera les informations concernant la femme de Duvallier dans le notepad.

-Concernant la femme mystérieuse, j'en toucherais un mot au FID. Mais je ne vous garantit rien. Je vous enverrais ces informations quand je les détiendrais. Vous pouvez disposer, il est déjà très tard et ma femme va me tuer si je n'arrive pas à 22h.

Makiadi tendis le notepad à Blake.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Dim 29 Mai - 14:54

Je pris le notepad entre mes mains, le rangea dans l'une des poches de mon imperméable et tendit ma main droite au Directeur.

- Bien sûr, je ne vais pas vous retenir plus longtemps, monsieur le directeur. Je vous remercie pour ces informations, elles seront sans doute d'une importance capitale. Rentrez donc chez vous, je me charge de la suite.

Sortant du bureau de Makiadi, je réfléchissais. Pour m'avoir donné tant d'informations sur ce notepad, cet homme ne devait pas être mauvais et ne devait pas être impliqué dans cette affaire. Du moins, sauf si le notepad était rempli de fausses informations destinées à brouiller les pistes et à me faire perdre mon temps. Je verrai bien en le lisant ... Pour le moment, se rendre à la demeure des Duvallier semblait ma priorité et je consulterai le notepad une fois sur place.

Entrant dans l'ascenseur magnétique, je continuais à réfléchir sur cette enquête. Ils habitaient dans le District de Westwood, au nord d'Opale. La femme de Benoît Duvallier aurait disparu après 17h, mais elle n'était pas sortie de chez elle. Le FID avait déjà inspecté la maison et ils n'avaient à priori rien trouvé. Si c'étaient les mêmes types que ceux qui ont effectué l'autopsie, ce n'était pas étonnant. Erreur volontaire ou équipe incompétente ? Et si ce n'était pas Makiadi, mais le Directeur du FID qui était directement impliqué dans l'affaire ? Quelque chose me dépassait, une sorte de conspiration dont je ne savais pas encore précisément si elle était interne aux SSJ ou externe, mais il semblerait que des liens lient tous ces éléments. Liens que je devais découvrir. Il y avait également cette femme que Summers fréquentait, mais Makiadi ne savait rien à son sujet, pour le moment.

L'ascenseur était arrivé au rez-de-chaussée, et je sortais des bureaux du FSD. Allumant une cigarette, je me mis en direction du district de Westwood. Je consulterai le notepad une fois sur place. Il se faisait tard et je devais encore mener mon enquête chez les Duvallier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Lun 30 Mai - 11:54

Il aurait été plus sage de rentrer pour enquêter le lendemain. Un agent du FID était sur place pour surveiller les lieux et boucler la zone. La précédure habituelle lors des débuts d'enquête, au cas ou les enquêteurs viendraient de nouveaux sur les lieux. Les informations sur le notepad étaient particulièrement nombreuses et il faudrait quelques heures pour les analyser en détails. Mais se n'était pas le problème le plus urgent. Si le FID apprenait que le FSD menait sa propre enquête, il pourrait demander des explications à Makiadi et une mise à pied temporaire de Blake...réduisant ainsi une grande partie de ses possibilités en tant qu'agent du FSD. Le fait que Blake soit étroitement lié à l'enquête servirait de prétexte et Makiadi ne pourrait rien faire, malgré ses bras long. Peut-être que le Directeur National du FSD pourrait faire quelque chose, mais les faits étaient en faveur du FID. C'est pourquoi pénétrer dans l'appartement des Duvallier devait se fairre avec discrétion et sans alerté l'agent du FID à l'extérieur du bâtiment. La sortie de secours du bâtiment pourrait être utile, ou bien l'immeuble adjacent plus élevé d'un étage et assez près pour sauté sur le toit. Les possibilités étaient multiples.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Lun 30 Mai - 17:52

Arrivé sur place, force était de constater qu'un agent du FID se tenait à l'entrée de la demeure des Duvallier. Forcément, dans ce genre d'enquêtes, c'était l'une des manières d'agir du FID. Je devais donc pénétrer dans la maison sans me faire repérer, au risque de rencontrer de lourds obstacles lors de mes futurs agissements et de me retrouver les mains liées. Je ne pouvais passer par l'entrée habituelle ... Il me restait plusieurs alternatives : passer par l'issue de secours qu'il me restait encore à découvrir ; rebrousser chemin et attendre le lendemain ou encore l'option qui attira le plus mon attention : l'immeuble adjacent à la maison, plus élevé que celle-ci et qui me permettrait ainsi de sauter sur le toit de la demeure des Duvallier.

Digne d'un de ces films d'espionnage populaires qui mettaient souvent en scène des espions des SSJ face aux terroristes menaçant la République ou des États en conflit avec Jadis. Ce n'était pas un spectacle ou un divertissement, c'était une putain de propagande de la part du gouvernement jadéen. Les méthodes de manipulation en utilisant le subconscient étaient de plus en plus sophistiquées et subtiles, et il ne serait pas surprenant de voir que le septième art servait désormais d'outil de propagande. Selon d'anciens livres d'histoire datant de nombreux siècles que j'avais vaguement étudié lorsque je menais encore mes études, des choses similaires s'étaient déjà produites. L'humanité n'aurait-elle fait qu'empirer au fil des siècles ? Que réservaient donc les siècles à venir ? Un âge de ténèbres mené par une infâme oligarchie maintenant la race humaine toute entière sous sa coupe, assassinant les dissidents ? Ne vivions-nous pas déjà de si sombres heures ? Était-ce pour une raison similaire que ma femme avait été tuée par mon propre frère, sous mes yeux ? Dans mon esprit, c'était absolument le cas. Et c'était précisément pourquoi je menais cette mission, bien loin de la raison officielle et de mon engagement à protéger la République de ses ennemis, internes ou externes. En réalité, j'étais indifférent à tout soi-disant ennemi de Jadis car je la haïssais profondément. J'éliminerai tous ceux impliqués dans la mort de ma femme, pour me venger, pour purifier un tant soit peu la République. Pour le moment, ce but passerait par l'accomplissement de ma nébuleuse mission actuelle.

Mettant fin à mes divagations, j'observais l'immeuble plus en détails. Il était plus précisément plus haut d'un étage que la maison, et mon entraînement militaire intensif devait toujours être effectif. Je devais donc être encore suffisamment agile malgré mon âge pour atterrir sur le toit. Ce qui m'inquiétait, c'était le bruit de mon atterrissage qui attiserait sûrement l'attention de ce foutu gêneur du FID. Je devais détourner son attention avant de sauter du toit. Quoi qu'il en soit, je me mis discrètement en marche vers l'entrée de l'immeuble. Entrer me fut aisé ; la porte avait été mal fermée par inadvertance. Montant rapidement le long des escaliers et ne prêtant guère attention à la décoration sobre parfaitement identique le long de chacun des étages, je parvins au sommet et grimpa le long d'une petite échelle menant vers un plafond assez bas dans lequel se trouvait une trappe que je retirai nonchalamment avant de la poser sur le sol. L'accès au toit n'était même pas protégé, preuve de la négligence des services de sécurité et des propriétaires de l'immeuble qui étaient plus soucieux d'enfermer des centaines de personnes dans des locaux pitoyables, exigus et mornes, que de la sécurité de ses occupants.

Je contemplai désormais la demeure des Duvallier et vis l'agent du FID à quelques mètres de la maison ; il ne faisait pas attention et continuait son rôle de gardien avec vigilance. La distance entre le toit et la demeure était minime et un grand bond devrait me permettre d'atterrir sur le toit qui abritait il n'y a pas si longtemps encore les Duvallier. Profitant de son inadvertance, je me mis à courir promptement sur le toit avant de faire un saut magistral en direction de la maison des Duvallier. Si l'agent du FID se rendait compte de quelque chose, il me serait toujours possible de l'assommer ou même de l'envoyer ad patres, même si je préférais ne pas avoir de cadavre à cacher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Mar 31 Mai - 12:38

HRP: Je précise que se n'est pas une maison, mais un bâtiment avec plusieurs appartements spacieux HRP

Au même moment, un magnétrain pénétra dans la station à proximité émettant un léger sifflement qui semblait avoir été suffisant pour que l'agent du FID ne remarque le léger bruit de Blake lorsqu'il toucha le toit du bâtiment. Le fait qu'il ait plié ses genoux à l'impact lui permit de diminuer grandement le bruit de sa chute. Le toit étant plat, le tout avait été particulièrement facile. Une porte d'accès menait à un escalier qui descendait au dernier étage. Le bâtiment faisait trois étages. Il y avait deux appartements par étage et celui des Duvallier se trouvaient au deuxième. Un ascenseur magnétique se trouvait au centre du bâtiment et il avait accès à tout les étages et au sous-sol, mais il ne menait pas au toit. Apparement, l'agent du FID pour ne pas déranger les autres occupants de l'immeuble avait préféré tenir la garde devant l'entré principale. Une chose qui avantageais Blake. Et puis, lorsqu'il serait à l'intérieur, il pourrait faire autant de bruit qu'il désirait puisque les appartements étaient généralement insonorisés.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Mar 31 Mai - 23:36

HRP : Oh, d'accord, mea culpa. Je voyais ça comme une grande maison moi.

Par chance, le sifflement d'un magnétrain vibra dans l'air tandis que j'atterris sur le toit de l'immeuble où vivaient les Duvallier, couvrant le bruit provoqué. L'agent du FID n'avait rien remarqué. Je n'aurais donc pas à m'inquiéter de ce gêneur lors du reste de mes investigations, en espérant qu'il se contente de surveiller l'extérieur de la demeure. Traversant l'imposante surface que formait le toit plat, j'ouvris une porte et descendis le long d'un escalier. Je me trouvais donc au dernier étage. A partir de maintenant, grâce aux progrès de la technologie en insonorisation, je me trouvais libre d'agir sans alerter l'agent, du moins si ce bâtiment était de meilleure qualité que son voisin que j'avais vaguement parcouru.

Il me fallait maintenant savoir où se trouvait l'appartement des Duvallier. La consultation du notepad portatif de Makiadi m'apprit qu'ils vivaient au deuxième étage et que l'immeuble faisait 4 étages. Il me fallait donc encore descendre deux étages. Marchant discrètement pour ne pas réveiller ou attiser la curiosité de ceux qui occupaient encore le bâtiment, je me dirigeai vers l'ascenseur magnétique et le mit en marche.

Quelques instants plus tard, je me trouvai au deuxième étage. Après quelques pas, je me retrouvai devant l'entrée de l'appartement des Duvallier. Quelque chose s'était produit dans l'une des pièces derrière cette porte, et je devais découvrir ce dont il s'agit. Bien entendu, et j'aurais dû m'y attendre, la porte était close. Regrettant de ne pas être mieux équipé et les conséquences qu'auraient mes actes sur la viligance et les soupçons du FID, je décochai un violent coup de pied en visant la serrure. Je devais briser cette serrure par tous les moyens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Ven 3 Juin - 14:43

La porte fit un ''klong!'' métallique et s'écrasa sur le mur droit de hall d'entré. Apparemment la sécurité avait été enlevé, la porte ayant été seulement verouillé. Les sécurité étaient des verouillages supplémentaiere qui s'encrastaient dans l'encadrement de la porte, empêchant toute personne ne la défoncer aussi facilement. Mais apparemment, le FID n'avait pas jugé utile de les mettres. Le hall d'entré de l'appartement des Makiadi Duvalliers était sombre et lugubre. Selon les informations, l'appartement comportait septs pièces. Une cuisine, une salle à Dîner, une salle commune, deux chambres, une salle de bain et un bureau, sûrement celui de Duvallier. Il aurait été imprudent d'ouvrir les lumières, puisque l'agent à l'extérieur pouvait parfaitement les voirs, c'est pourquoi, Blake devait faire ses investigations dans l'obscurité.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens


Dernière édition par Rumulus le Sam 4 Juin - 0:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Sam 4 Juin - 0:03

HRP : Tu voulais dire "Duvallier" je pense au lieu de "Makiadi".
EDIT Rumulus: Oui xD Faut dire qu'en tant que MJ...je gère tellement de personnage que je peux me mélanger parfois ^^.

J'avais réussi à ouvrir la porte et je fus moi-même surpris de la simplicité avec laquelle ça avait été possible. La refermant en m'assurant bien que personne n'avait réagi au bruit provoqué par mon vigoureux coup de pied, j'entrai dans la demeure des Duvallier. D'après le notepad, il y avait ici sept pièces. Celle qui me parut la plus propice à une inspection fut le bureau de Duvallier. Je doutai sincèrement que cet agent si doué eut laissé des indices d'importance derrière lui, mais ça valait le coup de chercher. Je devais également découvrir ce qui était arrivé à sa femme. Après une inspection du bureau, je songeai que je devrais aller visiter les chambres. Je recherchais principalement en réalité des informations sur Duvallier et ses commanditaires plutôt que sur sa femme, même si celle-ci pouvait peut-être se révéler importante ... si elle était toujours en vie. Après avoir inspecté le bureau et les chambres, je devrais aller voir la salle de bain et la cuisine. Pour le moment, je me dirigeai vers le bureau dans la pénombre, en espérant pouvoir trouver quelque chose au travers de l'obscurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Dim 5 Juin - 16:37

Le bureau de Duvallier était une pièce assez petite comportant un bureau principal de verre munit d'une surface interactive et de nombreux terminaux holographique. Il y avait aussi un énorme écran holographique sur l'un des murs, ainsi qu'un incinérateur dans le coin de droit de la pièce. Dès que Blake s'approcha, un petit hologramme s'afficha proche de l'incinérateur...affichant le chiffre ''1''. C'était les habituels affiches que le FID et la police utilisait pour marquer des éléments d'une scène de crime...si crime il avait bien entendu. Les hologrammes se désactivaient lorsqu'il n'y avait personne à proximité et il se réactivait à l'arrivé d'un individu. C'est pourquoi, deux autres hologrammes surgirent de l'obscurité en affichant les chiffres 2 et 3. Le chiffre 1 désignait l'incinérateur, lee chiffre 2 le terminal informatique et le chiffre 3 un notepad laissé sur le bureau de verre de Duvallier. L'incinérateur contenait de nombreux éléments informatiques provenant du terminal informatique. Apparemment, on avait incinéré les puces de mémoires du terminal informatique. Ainsi, le terminal ne pouvait plus fournir d'information...puisqu'il n'y en avait plus à l'intérieur. Concernant le notepad...apparemment, les données qui s'y trouvait avait toutes été effacé. Après inspection`, la cuisine, la salle à manger et la salle de bain n'avait rien de particulier. Tout comme la chambre d'ami. Seul la chambre des maître détenait un petit hologramme affichant le chiffre 4. Il était tout près d'une plante verte et dont le contenu avait été renversé sur le sol.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Lun 6 Juin - 20:49

Ma visite de la demeure des Duvallier se révéla être particulièrement incongrue. Il n'y avait en effet en tout et pour tout que 4 éléments intéressants dans tout l'appartement, marqués par les affiches holographiques propres au FID, signe que l'endroit avait déjà été entièrement inspecté. Et hélas, il semblerait que le FID n'en sache pas davantage que moi. Les quatre éléments dignes d'intérêt de cette affaire étaient un incinérateur, un terminal informatique, un notepad et ... une plante verte renversée sur le sol. C'était à s'en douter, mais toutes les preuves et les indices qu'ils renfermaient avaient été effacés. Le terminal informatique ne contenait plus aucune trace des données qu'il avait auparavant car son matériel avait été saboté, ainsi qu'en témoignait la présence des puces de mémoire dans l'incinérateur. Le notepad était lui aussi vide, ce qui montrait que ses informations avaient été elles aussi effacées délibérément. Quelqu'un essayait de brouiller les pistes et de m'empêcher de remonter à la source. Étaient-ce les commanditaires de Duvallier ou sa femme ? Où était-elle partie et que lui était-il arrivé ? Les éléments dont je disposais ne semblaient toujours pas pouvoir répondre à ces questions. Seule une chose pouvait à la rigueur m'apporter un semblant d'indice : la plante verte renversée dans la chambre des Duvallier. J'ignorais cependant si je devais attribuer ce fait à une fuite précipitée de la femme après qu'elle ait effacé tout indice la concernant, elle et son mari, ou si les commanditaires de Benoît Duvallier n'avaient pas plutôt jugé nécessaire de faire disparaître Mme Duvallier. Malgré mon sang froid, de telles pensées me donnèrent de légers frissons le long de l'échine. La disparition de cette femme était-elle due à un assassinat ?

Quoi qu'il en soit, je jugeai que la demeure n'avait plus rien d'intéressant à m'offrir. Sortant de l'appartement et refermant la porte qui avait su témoigner de ma force physique, je repris l'ascenseur magnétique vers le dernier étage et quelques minutes plus tard je me retrouvai à nouveau sur le toit. Cette fois, il serait impossible de faire l'opération inverse en sautant sur l'autre toit : la différence de hauteur aurait causé un échec d'autant plus retentissant que ma chute m'aurait sûrement brisé le cou. Me penchant vaguement vers le côté de l'entrée, je vis que le garde était toujours à sa place, à l'entrée des appartements. Je me mis alors à tenter de descendre à l'arrière du bâtiment, en prenant pour appui quelques renfoncements créés par une légère érosion et le passage du temps.

J'atterris discrètement sur le sol et j'espérai que le garde ne l'avait pas remarqué. Alors, avec toute l'agilité et la rapidité d'un agent du FSD approchant la cinquantaine, je passai dans l'ombre de l'entrée du bâtiment voisin à celui qui abritait la demeure des Duvallier. Ma fuite s'était déroulée comme prévu et rien ne laissait supposer, à part peut-être l'état de la porte d'entrée de l'appartement des Duvallier, que j'étais passé par là. Et quoi qu'il en soit, il aurait été impossible de deviner que c'était moi. Du moins, c'était l'impression que j'en avais. Il se faisait particulièrement tard ainsi que je le remarquai en observant la nuit étoilée qui semblait veiller telle une gardienne sur Jadis. Allumant une cigarette, je me dirigeai vers chez moi, avec l'intention de trouver le sommeil. Cette journée avait certainement été la plus éprouvante de toute ma carrière, ce qui marquait peut-être le début de quelque chose. Cette affaire me semblait complexe. Très complexe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Jeu 9 Juin - 23:13

Blake quitta les lieux sans savoir qu'un homme sur le toit d'un immeuble le surveillait depuis le début. Celui-ci sortit son comlink et appela son patron pour lui faire son rapport. Celui-ci lui donna des ordres et l'homme quitta l'immeuble pour disparaître dans la nuit. La nuit fût plutôt calme pour Blake, Makiadi aurait sûrement des informations pour lui lorsqu'il rentrerait au bureau demain.


HJ: Dans des cas comme ça...j'ai pas grand chose à faire xD HJ

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Ombre de la vérité [Albert Blake]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère [PV Miyuki Tatsuki]
» Le Londres de l'Ombre - se repérer
» Perte des points en dextérité après Up
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Présentation Mike Blake

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hegemony :: Jadis :: Opale-
Sauter vers: