Hegemony

Dans un univers troublé, l'avenir de la galaxie et de la race humaine vous appartient
 
WikimonyAccueilLisez les règles du jeu iciFAQS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 L'Ombre de la vérité [Albert Blake]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Dim 17 Juil - 7:27

Makiadi écouta attentivement Blake pendant qu'il sirotait son cappuccino. Lorsque Blake eut enfin terminé, le Directeur déposa sa boisson sur la table et poussa un léger soupir.

-Albert, ne soyez pas trop pessimiste sur notre société. Le siècle dernier à été particulièrement éprouvant pour la république, surtout lors de l’Age des ténèbres ou les Années Troublées comme l’appel les historiens. Une époque ou la population restait cloîtré dans leurs foyers, puisque des agents du FID et des policiers étaient abattu en pleine rue par des hommes de mains des familles Mafieuses. Une époque ou des terroristes faisaient explosé des bombes sur Sephonos et à Valencia. Ou les naturalistes ont lancé des attaques meurtrières qui ont causé la mort de centaines de milliers de civils. Une époque ou tout comme l’UTE, Jadis était au prise à une profonde période d’anarchie, de décadence et de chaos. J’ai moi aussi lu mes livres d’histoire au collège, je me rappel bien de ces passages des motos de la mort tirant des salves du fusils automatique dans un parc pour enfant, de ces attentats naturalistes au gaz mortelle biodégradable en plein milieu d’une ville. Cette époque est profondément ancrée dans l’imaginaire collectif de tout Jadéen et je doute que personne sur cette planète ne lève un seul petit doigt pour éviter que de tels évènements ne puissent se reproduire. Malgré votre opinion, Blake, il y a toujours des hommes au sein du gouvernement, de nos institutions qui détiennent encore des idéaux et des principes honorables et qui feront tout pour tenter de préserver la moindre parcelle de démocratie, de liberté et de dignité qui reste en cette République.

Il avait dit ceci d’un ton calme et serein. Il prit une gorgée de son cappuccino avant de continuer.

-Enquêtez sur le FID. Le FSD à toute les juridictions et les droits d’enquêtez sur n’importe quel membre du FID, même son directeur. Ils n’auront aucun choix de vous laissez libre accès à tout leurs locaux, tout leurs employés et toutes leurs archives. J’enverrais une requête pour transférez le corps de Summers à notre propre médecin-légiste pour effectuer notre propre autopsie. La raison de cette enquête sera des soupçons d’influence extérieures sur certains individus du FID ayant put mener à une modification ou une falsification d’enquêtes. Sans compter que je peux aisément mettre la carte de la sécurité nationale. Seul la Cour Suprême à le pouvoir d’empêcher ce type d’enquête. Mais celle-ci est la protectrice de la sacro-sainte constitution de la République et nous avons tout les droits de notre côté.

Il afficha un air pensif.

-Concernant la possible surveillance, je reste plutôt sceptique. Chaque matin, 2 heures avant l’ouverture de l’immeuble, une équipe vient généralement vérifier la sécurité de tous les locaux du bâtiment. Ils vérifient la présence de micros ou de caméras cachées. Il est impossible que des mouchards puissent avoir été installé…à moins que…

Makiadi fronça les sourcils.

-Faites se que je vous aie dit et informez moi des avancements de votre enquête. De mon côté je vais faire jouer mes relations pour essayer de dégoter des informations sur tout ce foutoir.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Dim 17 Juil - 18:51

J'avais écouté le directeur du FSD. Malgré son opinion concernant notre société contemporaine que je ne partageais pas vraiment -en effet, les hommes encore fidèles à leurs idéaux au sein des gouvernements me semblaient tout particulièrement rares-, force est de constater qu'il avait en quelques points raison : nous ne vivions pas des périodes d'attentats et de meurtres à chaque rue, du moins pas avec une telle violence qu'il y avait quelques années encore. On privilégiait désormais les assassinats froids et prémédités au nom de la protection d'obscurs projets militaires, semblerait-il.

La suite de la conversation me surprit. Makiadi me demandait d'enquêter sur le FID. Si la perspective était tout particulièrement intéressante étant donné le lien tout particulier qui semblait unir le FID aux commanditaires de cette affaire : l'autopsie falsifiée de Summers, la pression sur Makiadi pour qu'il me mette en congé qui avait échouée ; force était de constater cependant que je ne savais pas exactement par où commencer une telle enquête. Des membres du FID étaient liés à l'affaire Summers, c'était évident. Mais qui, exactement ? Les directeurs n'étaient pas toujours ceux qui tiraient les ficelles, en témoigne la trahison de Benoît Duvallier, un simple agent du FSD et le fait que les types de la FoxWeapons Industries liés à cette affaire pour leurs sombres projets ne soient pas les plus hauts placés, le directeur ignorant tout de cette histoire. Il ne serait donc pas surprenant que le directeur du FID n'ait rien à voir avec tout ceci. En revanche, les médecins-légistes du FID qui ont falsifié l'autopsie de Summers pour rapporter de fausses informations semblaient impliqués, bien que j'ignore à quel degré. Mais c'était une piste à ne pas négliger.

La visite à la FoxWeapons Industries pouvait attendre : il me fallait déjà déterminer qui étaient les traîtres présents au FID et espérer pouvoir remonter à la source afin de comprendre toute cette histoire dans son intégralité. Et il semblerait que la source elle-même remonterait à quelques employés de la FoxWeapons Industries aux desseins mystérieux.

Concernant mon histoire d'espionnage via des mouchards, le directeur ne semblait pas réellement convaincu, bien que la fin de la conversation m'ait indiqué qu'il nourrisse désormais des soupçons envers cette "équipe de détection" qui pourrait faire partie des parjures. Bon sang, jusqu'où s'étendait cette affaire et combien de traîtres y avait-il ?


- Bien sûr, Monsieur Makiadi. J'ai déjà quelques idées de pistes concernant le FID et j'espère pouvoir trouver les renégats au sein de leur unité. Il est indéniable que le FID est profondément impliqué dans cette affaire et je dois découvrir quelles sont les personnes qui cherchent à nous mettre des bâtons dans les roues.

Quant à vous, faîtes attention à vous. Si mes soupçons sont vérifiés, nous ne sommes plus réellement en sécurité. Faîtes le nécessaire concernant cette "équipe de détection", il se pourrait très bien qu'il s'agisse de traîtres eux aussi. Je vous souhaite une bonne journée.


Et sur ces mots, je bus mon café d'une traite et partis d'un pas décidé vers les locaux du FID. Un coup d’œil à mon hololink m'indiqua qu'il était midi. Encore 1h30 avant le rendez-vous avec cet avocat. Je devais avoir le temps de mettre la main sur quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Jeu 21 Juil - 8:40

Makiadi prit une gorgée de son cappucinno en regardant Blake s'éloigner au loin. Il activa le terminal holographique pour choisir quelque chose à manger. Pendant qu'il attendait, il sortit son petit terminal hololink pour appeler quelques-uns de ses relations. Un ami au Secrétariat de la Défense, un Sénateur Démocrate, deux fonctionnaires au Secrétariat des Finances et du Trésor. Ceux-ci allait tenter de dénicher des informations sur la FoxWeapon Industries. Notamment au niveau d'irrégularités au niveau du fisc ou de commandes militaire de la Défense. Tout pouvait servir. Il appela aussi son homologue du FSD à Valencia pour qu'il dépêche quelques agents pour enquêter au Siège Sociale de l'entreprise mère à Valencia et sur la famille Fox, ceux qui détenait l'entreprise, d'ou le nom de celle-ci. Peut-être que la filiale de la FoxWeapon à Opale effectuait des magouilles à leur insu. Après avoir terminé ses appels, il reçut enfin se qu'il avait commandé et il s'apprêtait à manger lorsqu'un homme prit une place devant lui. Makiadi leva la tête et regarda l'homme d'un regard plutôt énigmatique. L'homme se présenta et une discution débuta entre Makiadi et l'inconnu. Le visage du Directeur changea rapidement et au bout de dix minutes, les deux hommes quittère le café et prirent un tramway vers une destination inconnu. Makiadi n'avait même pas touché son repas. Pour Blake, les bureaux Opaliens du FID se trouvaient dans le centre-ville, dans un immeuble de verre et de métal qui s'élançait vers le ciel. Tout l'immeuble était occupé par le FID, soit prêt de 70.000 personnes qui occupaient cet immeuble. Des agents, mais aussi des civils qui s'occupaient de l'administration en s'assurant que toute la machinerie soit bien huilé. Le cosmopolisme du FID était plus impressionant que le FSD, un plus petit département des SSJ, mais il reste que chaque département avait son rôle et son utilité.



_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Lun 25 Juil - 4:21

HRP : Je savais que ça allait arriver à ce moment, mais j'imaginais quelque chose de plus brutal.

Je me trouvais dans les bureaux du FID, me frayant un chemin au milieu des agents qui entraient et sortaient des locaux comme une armée d'étranges fourmis. D'après les informations que j'avais recueilli, près de 70 000 personnes se trouvaient dans ce bâtiment. C'était moins que les effectifs des bureaux opaliens du FSD, mais je ne recherchais qu'une personne ou une poignée d'entre eux parmi ces dizaines de milliers. La tâche avait de quoi rebuter. Néanmoins, comme tout département des SSJ, le FID devait être suffisamment organisé et divisé en sous-parties pour que je puisse m'y retrouver. Je devais trouver le ou les médecins-légistes ayant falsifié l'autopsie de Summers. Pour ce faire, j'entrepris de demander cette information à la femme qui s'occupait de l'accueil, après lui avoir montré ma plaque d'agent du FSD, sans toutefois lui expliquer plus en détail ce que je faisais ici. Je ne savais pas à quel point j'étais surveillé ou qui était lié aux commanditaires de cette affaire, aussi devais-je me tenir sur mes gardes en espérant que le FID n'avait pas reçu d'ordre spécial concernant un agent du FSD du nom d'Albert Blake.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Sam 30 Juil - 8:56

La réceptioniste en question était un holograme diffusant l'image d'une femme aux traits parfaits, au visage souriant et aimable. L'hologramme était contrôlé par l'intelligence artificielle du bâtiment. Généralement, chaque bâtiment gouvernementaux détenait une intelligence artificielle propre indépendante qui s'occupait de gérer toutes les composantes de la structures dudit bâtiment. Allant de la ventilation, au contrôle des portes automatiques. Sans compter la sécurité exprimé par les deux panneaux fin et argenté à l'entré, ainsi que les nombreuses caméras de sécurité dans l'immeuble. Le bâtiment du FSD détenait lui-aussi un hologramme réceptioniste. Bref, l'hologramme ne regarda même pas la plaque de Blake, mais uniquement son visage en souriant.

-Je sais parfaitement que vous êtes du FSD, les détecteurs de l'entré ont enregistré votre plaque et votre arme de service agent Blake. Je vous souhaite la bienvenu au siège opalien du FID. La morgue du bâtiment se trouve dans les sous-sols au niveau A. Voici une puce d'accès pour les visiteurs de type D.

L'instant suivant, une fente apparut sur le comptoir de la réception et une puce en sortit.

-La puce d'accès pour les visiteurs de type D ne sont alloué que pour les visiteurs spéciaux. Selon le protocole, les agents du FSD sont automatiquement admisible pour l'obtention de cette puce d'accès dans le cadre d'une enquête en cours bien entendu. Tout comme les Sénateurs du Sénat, les Juges de la Cour Suprême, les Secrétaires et le Président. Il vous sera possible, avec cette puce, d'avoir accès à toute les zones du bâtiment. Lorsque votre visite sera terminé, vous devrez ramener cette puce à la réception avant de quitter l'immeuble. Si celle-ci sort du périmètre du bâtiment, elle devient alors automatiquement inutilisable et refusé par les systèmes de sécurité. Bien, les ascenseurs magnétiques sont à votre droite, passez une bonne journée agent Blake.

Elle afficha un sourire radieux.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens


Dernière édition par Rhum le Dim 31 Juil - 6:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Dim 31 Juil - 3:24

J'avais écouté les informations prodiguées par l'hologramme avec une sorte de maussade lassitude. Afin d'accéder à la morgue, il me faudrait utiliser une puce d'accès spéciale pour les agents de ma condition. L'utilisation de telles méthodes et le fait que l'intelligence artificielle ait su immédiatement qui j'étais et quelle était ma fonction me mit mal à l'aise. Néanmoins, le fait de ne voir aucune mesure prise à mon encontre me rassura également, car cela signifiait qu'aucun membre chargé par les commanditaires si influents de toute cette affaire de m'éliminer ne risquait d'apparaître, du moins je le supposais.

Sur ces réflexions mêlant réconfort et angoisse, je pris la-dite puce et me dirigeai vers les ascenseurs magnétiques pour me rendre au niveau A, là où se trouvait la morgue. Le niveau A semblait être le niveau dédié aux expertises médicales liées aux affaires du FID, une sorte de zone réservée à la médecine légale et aux diverses analyses de tissus et de sang. Frayant mon chemin à travers plusieurs couloirs en évitant les divers médecins, je parvins finalement à trouver l'un des derniers lieux ayant connu le passage du défunt Valentin Summers.

Un homme, probablement un médecin lui aussi, sortit par la porte de la morgue et se retrouva face à moi. J'entrepris alors de lui demander des informations concernant les médecins légistes ayant effectué l'autopsie d'un certain Valentin Summers, décédé récemment et remis à la morgue du FID.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Dim 31 Juil - 6:52

Le médecin en question s'appelait Niels Vaubermann selon le petit hologramme qui affichait son nom à la gauche de sa poitrine. Celui-ci avait de cheveux chatain-blond, yeux brun noisette, des traits fin et délicats. De petites taille, très jeune, presque frêle, on pourrait croire à un étudiant fraichement sortit des classes. Celui-ci leva la tête lorsque Blake s'adressa à lui.

-Vous savez très bien qu'on reçoit des pauvres bougres chaque jour. Leurs noms se ressemblent tous à force de les voir passer pendant des années. Et puis si c'est pour une de vos enquêtes criminels, vous devrez attendre le rapport du médecin-légiste. Une autopsie prend du temps, surtout si le corps est en mauvaise état. Vous autre les agents du FID, vous êtes d'une impatience....

Niels semblait prendre Blake pour un agent du FID. En fait, c'était plutôt normal, Blake n'ayant pas montré sa plaque et puisque les agents du FID avaient toutes les autorisations pour venir dans les sous-sols, la logique associait immédiatement Blake au FID. Les médecins-légistes tenaient sûrement à jour une base de données avec tout leurs rapports, les noms des macchabées qu'ils autopsiaient et l'inventaire de ceux-ci.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Lun 1 Aoû - 4:22

Le médecin devant moi semblait se tromper sur ma fonction et me prendre pour un agent du FID. J'hésitai à corriger le malentendu ou à lui dire la vérité, mais la prudence, mêlée à une pointe de paranoïa qui m'habitait depuis l'entrée dans les locaux du FID, m'incita à ne rien dire.

- Pardonnez mon impétuosité, docteur, je suis conscient de l'ampleur de votre travail et je le respecte infiniment. Je mène une enquête de la plus haute importance et elle implique un agent du FSD. L'autopsie a déjà été effectuée et j'aimerais en discuter avec le médecin-légiste l'ayant effectuée. Je suis relativement nouveau ici, avez-vous une base de données contenant les rapports d'autopsie avec les noms de ceux les ayant effectuées et pourriez-vous m'en autoriser l'accès ?

Techniquement, tout était parfaitement vrai, je n'avais pas menti. Peu m'importait ce que pensait ce médecin et je devais faire de mon mieux pour rester discret et ne pas éveiller la méfiance des médecins-légistes et surtout de celui qui avait mené l'autopsie, car tout indiquait que cette personne était de mèche avec les commanditaires de toute cette affaire. Révéler mon identité et mes véritables intentions risquait de compromettre mon enquête ... et peut-être ma vie, bien que je doute qu'on tente de me tuer dans les locaux du FID. Rien n'excluait la possibilité qu'on essaie de m'éliminer une fois que j'en serai sorti, cependant. J'ignorais jusqu'où s'étendaient les capacités d'espionnage de mes ennemis - oui, ils étaient désormais des ennemis devant être arrêtés à tout prix - et je ne parvenais pas à faire disparaître cette maudite sensation d'être constamment surveillé que je ressentais depuis que j'avais compris que Makiadi avait été mis sur écoute, comme si une présence néfaste s'évertuait à me poursuivre depuis un certain temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Mer 3 Aoû - 3:36

Le docteur resta un moment à juché Blake de son regard de médecin légiste.

-Ah ces nouveaux. Ont leur dit jamais rien. Bien sûr que nous avons une base de données et puis généralement, vous y avez accès en tant qu'agent du FID. Bordel il vous ont rien dit lors de votre formation? Ou bien vous vous souvenez même plus du stage d'acceuil lorsque l'on vous expliquait toute la machine du FID ici même dans ce bâtiment. Au fait, vous avez l'air plutôt vieux pour un nouveau?

Comme si il n'attendait aucune réponse, le médecin-légiste fit signe à Blake de le suivre.

-Peu importe, je vais vous faire visitez l'endroit tant qu'on y ait. Celà vous évitera de faire perdre leur temps à certains médecin-légiste qui ont beaucoup de boulots sur les bras. Bon, les sous-sols sont divisé en deux parties, l'une pour la morgue, l'autre pour les pièces à convictions. La morgue est composé d'une grande sale massive, avec de nombreuses salles de congélation. Le terminal informatique se trouve dans cette salle.

Il désigna un petit bureau à la droite de la morgue.

-C'est le bureau du médecin-légiste en chef, je lui dirais que vous serais là à consulter les données...ahh...non c'est vrai, il n'est pas rentré aujourd'hui. Je crois qu'il était malade...peu importe vous me direz quand vous aurez finit, j'ai septs corps d'enfants d'un charnier a autopsier moi...bordel ou va ce monde...

Il avait dit la dernière phrase dans un soupir avant de disparaître derrière la porte de la morgue.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Ven 12 Aoû - 18:07

Je suivais les indications du médecin qui me semblait décidément peu suspicieux et crédule, à mon avantage. S'il ne semblait pas être l'un de mes ennemis, la prudence m'incitait à dissimuler mon identité depuis qu'une sorte de claustrophobie mêlée de paranoïa s'était insinuée dans mon esprit. Après tout, j'ignorais toujours jusqu'à quel point le FID était mêlé à ces puissants adversaires que je recherchais. Il était tout à fait possible que seuls quelques médecins-légistes aient été contraints de falsifier l'autopsie de Summers et que le reste du FID était parfaitement honnête. L'inverse était également possible, et cette possibilité me glaça l'échine.

Mes frissons d'angoisse s'estompèrent lorsque le médecin m'indiqua que le médecin-légiste en chef était absent, aujourd'hui. Ce type était certainement au courant de l'autopsie falsifiée et, s'il était aussi corrompu que je le présumais, il se montrerait bien plus suspicieux que son morne et las subalterne. Le fait qu'il ne soit pas là m'assurait de ne pas être repéré immédiatement et de pouvoir mener mes recherches dans un calme relatif.

Le médecin disparut derrière la porte de la morgue et je m'y rendais à mon tour afin d'accéder au terminal informatique. Une fois face à la base de données de la morgue du FID, j'entrepris de rechercher des informations sur l'autopsie de Valentin Summers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Mer 17 Aoû - 21:58

Il fût plutôt facile de trouver l'autopsie de Valentin Summers, puisque les fichiers de la base de données étaient évidemment classé par ordre alphabétique. Le rapport était plutôt imposant et détaillé, comme tout les rapports des médecins-légistes. Toutefois, comme Albert s'y attendait, le médecin-légiste ne faisait aucune mention du poison. La conclusion de celui-ci était la mort par noyade, soit un simple et banale suicide. Celui qui avait fait l'autopsie était justement le médecin-légiste en chef, un dénommé Hatsuharu Matsumoto et il l'avait effectué sans assistant, exepté ses robots d'assistances évidemment. L'autopsie n'avait rien de spécial, une description physique de Valentin, un rapport médical était rattaché au dossier. Un rapport complet et bien fait, rien ne laissait croire à une fausse autopsie. Peut-être que le médecin-légiste n'avait véritablement détecté aucun poison? c'était tout à fait possible, il y avait de nombreux poisons qui ne laissent aucune traçe 15 minutes après l'injection. Ils étaient toutefois difficile à se procurer ce genre de poison pour un monsieur ou madame tout le monde, il fallait détenir de bonnes relations dans des milieux peu recommandable pour s'en procurer.

Le seul truc étrange qui se trouvait sur le rapport d'autopsie était dans la rubrique ''autres'' en dessous de ''description physique de la victime''. C'était quatre numéro, suivit d'une lettre, d'un tiret et de deux lettres, soit: 8456O-TY. L'inscription était suivit d'un commentaire banale ''Semble avoir eut une opération superficielle à la hanche droite''. Si l'on se fiait au numéro de classification de l'autopsie de Summers qui était le 8512T-NN, les chiffres et lettres inscrit là était un autre dossiers d'autopsie.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Jeu 18 Aoû - 0:05

Après avoir trouvé le rapport et l'avoir lu, il semblait qu'au final l'autopsie n'ait pas été falsifiée et qu'au final le médecin-légiste en chef ayant effectué l'autopsie n'avait effectivement pas découvert la moindre trace de poison et qu'il était donc honnête et hors de tout soupçon. Mais lors d'une rapide relecture finale du rapport, juste avant d'abandonner cette piste, quelque chose retint mon attention.

Dans le rapport figuraient deux matricules différents : 8512T-NN et 8456O-TY. Le premier semblait être le véritable matricule de Summers, mais qu'en était-il du second ? Il s'agissait indéniablement de la preuve que le rapport avait été modifié ou falsifié, mais était-ce vraiment par celui qui l'avait écrit ou par une tierce personne s'étant introduite dans la base de données ? Quoi qu'il en soit, les deux matricules étaient bien trop différents pour qu'il soit possible de considérer cela comme une faute de frappe. C'était bel et bien volontaire, et c'était ce que je cherchais.

Il me fallait maintenant rechercher dans la base de données des informations sur l'individu ayant le matricule 8456O-TY, simplement pour voir s'il s'agissait d'un matricule choisi au hasard ou s'il avait une quelconque signification dans le cadre de mon enquête. Informer Makiadi s'imposait également : il y avait là la preuve que ce qu'il avait dû prendre pour de folles allégations n'était pas un pur délire de mon esprit mais une conspiration qui semblait nous dépasser ... pour le moment. Je sentais que j'approchais un peu plus du but, j'avais fait un pas en avant sur le sentier de la vérité. Il me fallait maintenant continuer à avancer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Sam 20 Aoû - 4:28

Le document 8456O-TY était un autre rapport d'autopsie, celui d'un squelette d'un homme d'environ une trentaine d'années retrouvé il y a septs mois dans le district de Valpareiso, dans le Sud de la Cité. L'autopsie n'avait rien de vraiment spécial, l'homme était mort d'empoissonement au plomb et il avait une fracture à l'humérus droit. Rien ne semblait indiqué un quelconque lien avec l'affaire de Blake. Le seul truc qui sortait de la banalité était des fautes de frappe. Il y en avait un peu trop en fait. La chose, à première vu banale, attira le regard de l'agent du FSD. Si il regroupait lesdites fautes de frappes, qui étaient habituellement des lettres perdu à l'intérieur d'un texte, celà donnait ceci:

''V: nelekdoc: nelast: 678G-90''

Cette fois-ci, se n'était pas un numéro de classification d'une autopsie, mais un fichiers à l'intérieur d'un certain disque dur, le disque duc ''V''.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Sam 20 Aoû - 6:16

La lecture du rapport d'autopsie de "8456O-TY" me révéla des informations, mais pas de la manière dont je l'imaginais. L'homme autopsié ne semblait en aucun cas lié à cette affaire, mis à part la mention d'un empoisonnement, mais c'était bien trop maigre pour révéler quoi que ce soit, la mort datait de bien trop longtemps pour être liée à Summers, Duvallier ou qui que ce soit. Une chose était néanmoins particulière : une abondance de fautes de frappe, au point que chaque ligne du rapport en contenait au moins une. C'était plutôt commun, la chose m'arrivait même parfois à moi-même lors de rapports écrits à la hâte sur des enquêtes se basant sur des meurtres banals, si l'on pouvait qualifier un homicide de banal.

Néanmoins, ces fautes de frappe m'attirèrent étrangement. Peut-être était-ce une sorte d'acharnement car je n'avais pas d'autre piste valable et que je voulais à tout prix trouver quelque chose dans ce rapport afin de me pouvoir continuer l'enquête, bloqué comme j'étais au cœur des locaux du FID sans autre choix valable que me rendre à la Fox Weapons Industries et rechercher les parjures. Cependant, je n'eus pas à quitter les locaux du FID sans y avoir trouvé quelque chose. En effet, il me vint à l'esprit d'aligner chaque faute de frappe, pensant que cela composerait une sorte de message, comme si toute cette affaire était un putain de jeu de pistes et que chacune de mes actions avait été calculée, comme le fait que je me retrouverai à fureter ces dossiers. J'ignore toujours si c'est le cas ou non, mais le message que j'obtins alors était plutôt abstrait mais pas dénué d'intérêt pour autant. Je m'étais saisi de mon calepin et de mon stylo, qui se révélaient enfin utiles, pour y noter chaque faute dans un ordre linéaire, comme si je reconstituais un anagramme, prêt à intervertir lettres et chiffres afin d'y trouver un sens.

''V: nelekdoc: nelast: 678G-90''

Voilà ce que j'obtins. Si cela n'avait rien d'un message ainsi qu'on l'entend habituellement, mon utilisation fréquente d'interfaces informatiques dans le cadre de mon travail et de mes recherches personnelles me fit comprendre qu'il s'agissait d'un fichier classé dans un répertoire sur le disque dur V:.

Si je ne m'étais pas trompé, cela devrait faire avancer l'enquête, au moins un minimum. Je retournai au niveau le plus bas de l'architecture informatique de la base de données afin d'explorer ce disque dur V: et d'y voir ce que je pourrai y trouver d'intéressant. La sensation que ces indices avaient été laissés à ma disposition volontairement ne disparut pas de mon esprit. Mais par qui, alors ? Un allié ou ... un ennemi ? Pour quelles raisons ? Personne ne pouvait avoir fait des fautes de frappe qui créaient un chemin jusqu'à un fichier utile pour une enquête qui aurait lieu des mois plus tard et n'ayant rien à voir avec le rapport d'autopsie auxquelles elles appartenaient ... Et qui avait interchangé les matricules à un certain point du rapport ? Tant de questions se rajoutaient sans cesse alors que j'en avais suffisamment auxquelles je ne pouvais trouver de réponse un tant soit peu satisfaisante. Si ce n'était pas l'enquête la plus complexe menée par un agent du FSD ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Sam 20 Aoû - 7:08

V: nelekdoc: nelast: 678G-90



L'écriture était illisible, celà ressemblait à une sorte de code. Sans ordinateur de décodage sous la main l'on ne pouvait les décoder. Il y avait près d'un cinquantaine de fichiers rattaché à celui-ci, tous compressé et ayant tous été écrit dans ce même code, c'était assez mystérieux, mais aussi plutôt frustrant. Il devait à tout prix copié ces dossiers et les faire décoder au FSD. Celui-ci détenait un département exlusivement consacré à l'informatique, notamment les codes informatiques. Aujourd'hui, les codes informatiques devenaient de plus en plus compliqué et les hackers devenaient de plus en plus audacieux, obligeant le FSD à créer un département spécialement consacré à celà.Pendant qu'il consultait les documents, le médecin-légiste qu'il avait rencontré tout à l'heure pénétra dans la pièce et s'arrêta en voyant Blake assit devant le terminal.

-Vous êtes encore là? Ça vous prend fichtrement longtemps pour consulter une seule autopsie. Au fait, vous êtes de quel département?

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Sam 20 Aoû - 14:00

Une suite de lettres écrites dans un alphabet qui ne ressemblait à un mélange de plusieurs langues connues pour la complexité visuelle de leurs symboles, comme du grec ancien et des pictogrammes chinois mêlés à des kanji, se déroula devant mes yeux alors que j'ouvrai le fichier.

C'était crypté, et sacrément bien avec ça. Seul le département informatique du FSD saurait décoder ça, ce genre de choses n'étaient pas du ressort d'un ancien soldat reconverti en agent du FSD qui n'avait eu que de rares initiations à l'informatique, cette discipline toujours plus complexe et ne cessant d'évoluer. Cette pensée traversa mon esprit tandis que j'avais branché mon hololink pour effectuer la copie des données et le transfert si lent fit vagabonder mon esprit. J'eus soudain l'impression étonnante d'appartenir au passé et de ne pas être en accord avec mon époque.

Cette impression disparut aussi brièvement qu'elle était apparue car Niels Vaubermann, le médecin-légiste si peu suspicieux rencontré auparavant, venait d'entrer dans la salle et m'observait avec méfiance. Une méfiance que ses propos soulignèrent encore davantage, ce qui me valut un léger sursaut car l'écran aux caractères étranges m'attirait de manière indéfectible. Ce type n'était donc pas aussi perdu qu'il le paraissait à première vue. Le maudissant intérieurement, bouillant d'un mélange de haine et de colère que je tentais de tempérer, j'entrepris de me calmer et de lui répondre en inventant rapidement quelque chose. Les types comme lui m'inspiraient du mépris. Avait-il la moindre putain d'idée de l'importance et de l'ampleur de toute cette affaire ? J'étais certain qu'il aurait reconsidéré ses propos s'il avait été au courant de tout.

Puis une pensée traversa mon esprit tandis que je fixai les yeux de Vaubermann, teintés par la méfiance et la suspicion. Peut-être que des intrus s'étaient déjà infiltrés et qu'il se faisait un devoir d'empêcher cela de se reproduire ... A moins que tout ceci soit une comédie ? Qu'il s'agisse d'un de mes adversaires et qu'il me fasse la courtoisie de ne pas m'assassiner sans plus d'égards car il était effroyablement sadique, le genre de personnes qui se liaient d'amitié avec des cibles qu'elles assassinaient des semaines plus tard ... ? Mais cela paraissait plutôt invraisemblable. Il devait plutôt s'agir d'un médecin-légiste un peu zélé, oui ...


- Ah, je ne m'attendais pas à vous revoir, parvins-je à dire en esquissant un sourire et en parvenant à me dominer pour ne pas regarder le moniteur de la base de données. Je comprends vos soupçons, docteur, après tout, ces temps sont si durs ... On ne peut faire confiance à personne, n'est-ce pas ?

Et la méfiance me pousse à ne pas vous faire confiance, Vaubermann, m'abstins-je d'ajouter. Quant à mon identité, j'entrepris de rechercher dans mes souvenirs le nom d'un agent du FID renégat qui était en réalité au service d'Erikea, dont les services d'espionnage n'étaient pas comparables à ceux de la République Jadéenne. C'était un fait, pas de la propagande ou le fruit d'un patriotisme exacerbé. Le jeu de l'agent-double en question avait été découvert quelques mois après son apparition, à cause d'une erreur stupide qu'il avait commise et avait révélé son appartenance aux services de renseignement érikéens. J'avais dû le retrouver et mettre fin à ses jours car il était supposément un espion pour Erikea, mais il était encore plus que cela ... il semblait sur le point de commettre un attentat à Opale, un acte qui paraîtrait avoir été commis par un anarchiste mais en réalité au profit d'Erikéa, qui pourrait tirer profit d'un affaiblissement de Jadis. Je l'avais poursuivi à travers les locaux déserts du FID jusque sur les toits et je n'oublierai jamais ce regard dans ses yeux, un regard ... semblable au mien. "Jadis est corrompue, ne le voyez-vous donc pas ? A quel point êtes-vous aveugles, vous autres, agents des SSJ ? Vous êtes les chiens d'un gouvernement décadent basé sur le mensonge et la manipulation, qui n'a aucun scrupule à assassiner des citoyens !" avaient été ses derniers mots car il s'était ensuite jeté dans le vide, sous mes yeux. Je n'avais pas eu le temps de l'interroger. Il s'était suicidé, devant moi, alors que je nourrissais des sentiments semblables aux siens et que je n'avais pu le lui dire. Il s'appelait Duke Heim. Il était peu probable qu'un médecin-légiste comme Niels Vaubermann ait pu entendre parler de lui, pour ne pas dire que c'était tout à fait impossible.

- Je suis Duke Heim, je travaille au Département de la Province de Jade et je travaille sur une affaire d'une éminente importance qui permettra sans doute de remonter jusqu'au sommet de la pègre opalienne. Ce Valentin Summers dont je vous ai parlé, c'était le fils d'un des parrains, assassiné vraisemblablement par un gang ennemi qui se complaît dans le terrorisme et le piratage informatique ... C'est pour cela que la lecture du rapport d'autopsie prend autant de temps. Je crains que votre base de données n'ait été piratée et que ce rapport n'ait été modifié afin que je ne puisse remonter jusqu'aux terroristes. Ils ont l'habitude de signer chacun de leurs méfaits d'un code crypté, qui une fois décodé a tout d'un oracle sibyllin et indique vaguement le lieu du prochain méfait. Je suis en mission secrète sous les ordres du Directeur du FID car il semble que le prochain attentat aura lieu au Parlement lui-même. Je ne devrais pas vous dire ça, monsieur Vaubermann, mais je ne pense pas que vous soyez un ennemi de notre République alors autant satisfaire votre curiosité. Maintenant, laissez-moi télécharger le reste des données de ce code, il en va de la sécurité nationale et si vous compromettez mon enquête il y a des chances pour que la prochaine fois que vous arriviez ici ce soit pour autopsier des centaines de cadavres d'hommes politiques s'étant trouvés au Parlement au mauvais moment plutôt que de pauvres enfants malchanceux tandis que notre nation sombrera dans le chaos et que nous subirons les assauts de pirates alors que le nom de Jadis ira rejoindre d'anciens livres d'histoire ... Et faîtes attention à votre sécurité informatique, à l'avenir.

Je n'étais pas peu fier de mes mensonges, qui devaient sonner au final suffisamment crédibles pour que ce Vaubermann me fiche la paix. J'aurais dû me reconvertir dans l'écriture de romans noirs, pensais-je avec amusement. Un regard vers le moniteur de la base de données m'indiqua que le transfert des données avait été achevé et que le code mystérieux avait été copié sur mon hololink. Il me restait à donner ces données au département informatique du FSD afin de comprendre de quoi il retournait.

NB : Si jamais l'histoire avec Erikea ne convient pas et que c'est contradictoire au background, je peux légèrement la modifier afin que ça ne soit plus contradictoire. C'était simplement qu'Erikea me semble être la seule autre puissance avec des services secrets compétents donc ça rendait plus crédible l'histoire du double-jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Mer 24 Aoû - 21:30

Le docteur Vaubermann resta silencieux un moment, puis émit un grognement signifiant certainement qu'il avait compris. Il afficha le visage le plus dédaigneux et hautain qu'il soit pour un jeune médecin-légiste tout droit sortie de son doctorat, avant de quitter la pièce, laissant derrière lui un aura de méprise. L'on trouvait toujours à chaque coin de rue, un jeune prétencieux, dont les chevilles avaient gonflé de manière inquiétante lors de l'obtention de leur Doctorat. Apparmement, le Docteur Vaubermann en faisait partie. Généralement, la plupart changeait avec le temps, et leurs chevilles arboraient des tailles normales, mais certains de changeaient pas, croyant toujours que leur profession et leur personne était la chose la plus importante du monde, même de l'univers. Bref, les documents codés furent téléchargé au bout de 5 minutes. Aucune mesure de sécurité n'avait été enclenché, sûrement grâce à sa puce d'accès qui lui permettait de voir et de télécharger se qu'il voulait dans le bâtiment du FID. Selon le terminal informatique, il était 13h04.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Jeu 25 Aoû - 0:01

Un dernier coup d’œil au moniteur avant de partir m'indiqua qu'il était 13h04. Il me restait donc 26 minutes avant de rejoindre l'avocat d'Alexandra à ce café dont il m'avait parlé, dans le quartier de la Vieille Ville si mes souvenirs étaient exacts. Il me fallait réécouter le message une fois l'étrange code désormais copié dans mon hololink remis au département informatique du FSD, pour être sûr de l'emplacement où trouver l'homme de loi dont j'ignorais tout des motivations.

Par souci de rapidité, après avoir remis ma puce d'accès à l'I.A. servant d'hôtesse d'accueil, je me dirigeai vers les magnétrains du centre-ville pour me rendre au district de Milicent Hill, où se trouvaient les locaux du FSD. Une fois à l'intérieur de l'un d'entre eux, il me vint à l'idée de contacter Makiadi, car il avait peut-être obtenu des informations dont il souhaitait me faire part sans avoir eu l'occasion de me contacter, trop occupé par ses autres affaires de bureaucrate ... Néanmoins, Makiadi ne décrocha pas, sans doute son hololink était-il éteint, ce qui m'inspira une sorte de mauvais pressentiment qui semblait souligner mes inquiétudes au sujet du fait qu'il était sous écoute ou espionné ... et potentiellement moi aussi. Personne ne semblait suspect dans ce magnétrain, cependant, mais ma rencontre avec Benoît Duvallier déguisé en simple homme d'affaires et qui n'avait pas clairement démontré qu'il savait bel et bien que je le poursuivais jusqu'à ce que le magnétrain s'arrête me rappela de ne pas tenir compte des apparences. Chaque personne dans ce train pouvait avoir été embauchée pour me suivre et rapporter mes moindres faits et gestes, mais cette paranoïa ne m'aidait pas le moins du monde.

Finalement, le train s'arrêta et je pus apercevoir les locaux du FSD dans mon champ de vision. Une courte marche au cours de laquelle j'entamai une autre cigarette, la première depuis une ou deux heures, me mena finalement à l'intérieur du bâtiment de verre et d'acier, moins fréquenté que les locaux du FID mais pas désert pour autant. Je parvins ensuite à me frayer un chemin jusqu'au département informatique qui s'étalait sur plusieurs étages. Il me fallut quelques minutes pour trouver le bureau d'une de mes connaissances, un agent du département informatique du FSD, plutôt doué, ayant la trentaine avec lequel j'avais déjà travaillé au cours de précédentes affaires et dont le nom m'échappait toujours, Jack Philips ainsi qu'il me semblait. Après avoir entrouvert la porte du bureau, j'entrepris de lui demander ses services de décryptage et lui tendis mon hololink. D'après ses dires, le décryptage du code risquait de prendre quelques heures, ce qui me laissait l'opportunité de rencontrer John Simons, dont j'avais réécouté le message avant de laisser l'hololink à Jack. Après l'avoir remercié, je sortis des locaux du FSD pour me rendre au café-terrasse Le Solstice, sur l'avenue Farraday, dans le quartier de la Vieille-Ville, en prenant un magnétrain. J'ignorais l'heure exacte, n'ayant plus mon hololink, mais à priori j'étais dans les temps lorsque je sortis du magnétrain et cherchais ce café, Le Solstice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Mar 30 Aoû - 2:48

Grâce aux trains magnétique, Blake gagna beaucoup de temps, malgré tout il arriva au café solstice vers 13h38. Le café s'étalait sur deux étage et la terasse se trouvait sur le toit, dans un petit jardin coquet luxuriant spécialement aménagé pour être agréable. Une petite brise s'était levé et l'on pouvait admirer la vue de la vieille-ville qui s'étalait jusqu'a la Mer Alésienne. Le café se trouvait au sommet de la colinne de Mayard. Celle-ci, faisait partie d'une série de onze colinne qui séparait le centre-ville de la vieille-ville. Celle-ci s'étalait sur le flancs desdites colinnes, formant parfois de longue, mais légère pente qui permettait de détenir une vu imprenable sur l'ensemble lorsque l'on se trouvait au sommet de l'une de ces collines. D'ailleurs, le Sénat de la République se trouvait sur la collinne voisine, la colline Républicaine. Blake repéra Johns Simons sur la terasse du toit, celui-ci sirotait un café, ainsi qu'un morçeau de tarte. L'hologramme affichant le menu, provenant du terminal sur chacune des tables, était visible. Lorsque Blake s'approcha, Simons se leva et lui tendit la main.

-Monsieur Blake, heureux de vous revoir. Je suis navré de ce contretemps concernant cette erreure testamentaire, mais il était nécessaire, même capitale, que nous règlerions celà le plus rapidement possible.

Simons se comportait comme si il connaissait Blake depuis longtemps. Or, le sourrire de Simons n'était qu'un façade. L'on pouvait voir que les yeux de Simons disait autre chose. De l'inquiétude et de la prudence. Le message était clair ''Attention, nous sommes écouté''.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Mer 31 Aoû - 0:10

J'étais maintenant assis face à l'avocat et il était désormais évident qu'il savait être espionné et qu'il ne pouvait parler que par métaphores détournées. Espionné par qui ? Les mêmes types que ceux de l'affaire Summers que je soupçonnais de me surveiller ainsi que Makiadi ? Pour quelles raisons ? J'ignorais ce qu'il savait sur cette affaire et ce qui l'avait amené à me contacter, car c'était un homme de loi, pas un détective privé, loin de là. Il me fallait donc découvrir ce dont il retournait, tâche ardue s'il en est une compte tenu de la situation ...

- Le plaisir est pour moi, John. Cela faisait un certain temps que l'on ne s'était plus vus. Ce que vous me dîtes au sujet de mon testament m'inquiète et je suis effectivement d'avis que nous réglions cette affaire au plus vite. Dîtes-moi donc, que s'est-il passé exactement pour qu'une telle erreur se produise et quelle est-elle ? Il me semblait avoir pourtant correctement rédigé mon testament ...

Tout en prononçant ces mots, je le fixai dans les yeux. Je pouvais voir de l'inquiétude mêlée à la prudence de ceux qui ont eu affaire à de nombreuses situations difficiles. John Simons était quelqu'un de très calculateur qui mesurait chacune de ses actions, tempérait chacune de ses paroles, ce qui lui avait bâti une solide réputation d'avocat sur Opale grâce à ses qualités pour défendre ses clients et les conseiller au mieux ... et avait donc amené ma femme à le choisir. Étant donné la situation des années après, elle avait fait le bon choix. Tout en attendant la réponse de l'avocat, pour faire bonne mesure, je commandai un café noir, du même acabit que le précédent que j'avais bu lors de la discussion avec Makiadi. Je n'avais pas faim, trop captivé que j'étais par cette affaire. Comprendre le sens caché des mots de l'avocat s'avérerait complexe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Mer 31 Aoû - 22:39

John s'assit en face de Blake, dos au reste de la terasse. En effet, leur table se trouvait proche de la sortie, mais dans un coin, proche de la végétation du jardin. La terasse étant l'endroit le plus élevé de la vieille ville dû à la colline, personne ne pouvait les observer d'un quelconque bâtiment. Même les grands immeubles du centre-ville, au loin, était bloqué par la végétation de la terasse. Un palmier (Opale est dans un région climatique comparable au climat méditéranéen) déployait ses feuilles au dessus de la table, rendant l'observation satellite ardu. L'avocat avait choisit la table parfaite. Il voulait certainement éviter d'être observé, c'est pourquoi il faisait dos au reste de la terasse. Il avait prévu que Blake prenne le siège devant lui, ainsi, celui-ci pouvait avoir une vue d'ensemble de toute la terasse. Donc, si il se savait écouté, mais il ne voulait pas être observé, celà voulait certainement dire qu'il allait parler véritablement des erreurs testamentaire, mais que l'avocat allait lui donner ou lui montrer quelque chose.

-Oui, c'est plutôt fâcheux que de telles erreurs puissent se produire. Nous ne pensons que cette erreur se soit produite par vous, mais à cause d'une corruption du fichier contenant votre testament. Le fichier à certainement été endommagé, pour un raison obscure que nos informaticiens explique de la manière la plus compliqué possible pour faire croire qu'ils savent ce qui c'est produit et ne pas avoir l'air d'être ignorant.

John sourit.

-Bref, nous sommes généralement capable de réparer ces fichiers corrompu et de sauver la majorité des données. Mais des erreurs peuvent s'introduire par la suite, se qui nous amène a organiser des rencontres avec chacun des clients pour régler ces fâcheux problèmes. Surtout que en tant que firme d'avocats, mais aussi de notaires, ces problèmes peuvent toucher n'importe quel documents tels que les contrats de mariages, des document relatives à une affaire en cours.... Bref, voici votre testament...

John sortit de son veston un holopad. Apparemment, celui-ci était d'une gamme plutôt élevé, certainement bien sécurisé. Il le tendit à Blake. Dès qu'il eut l'holopad dans les mains. Blake put lire le message qui apparaissait sur l'écran holographique.

Citation :
''Alexandra m'a chargé, si elle venait à mourir, de vous remettre des fichiers extrêmement confidentiels trois ans après sa mort. Or, votre disparition m'a compliqué la tâche. Il m'a fallut 17 ans pour vous retrouver, mais peut importe. Lesdits fichiers se trouvent dans cet holopad. Ils sont nombreux, extrêmement nombreux et ils sont classé top secret. J'ai longtemps hésité à remettre aux autorités compétentes ces documents, mais je me suis toujours ravisé, pour respecter la volonté d'Alexandra. Mais puisque maintenant vous faites partie du FSD, je crois qu'il n'a pas mieux que vous qu'elle pouvait remettre ces documents. Ne les liser pas tout de suite, faites comme si vous aviez détecté l'erreur sur votre testament et effectuer une correction imaginaire. J'utiliserais un deuxième holopad pour feindre l'enregistrement du nouveau testament corrigé. Généralement, les documents importants tels que les testaments se retrouvent sur des holopad sécurisé, très difficile à pirater, ils sont donc en sûreté.''

John souriait toujours, mais ce sourire était en contradiction avec ses yeux qui affichait la gravité et l'inquiétude.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Lun 5 Sep - 0:17

HRP : Pour une fois, à moi de mettre quelques jours à répondre. :-)

J'avais écouté les propos de l'avocat, qui faisait toujours de cette conversation un simulacre de discussion au sujet d'un testament erroné, me demandant comment comprendre ce qu'il voulait véritablement me dire, lorsqu'il me tendit un holopad, qui passait auprès de ceux qui épiaient la conversation sans en avoir d'image -je pus remarquer la présence d'un palmier qui bloquait toute observation aérienne lorsque j'écoutai Simons- pour mon testament mais se révéla être tout sauf cela.

Citation :
''Alexandra m'a chargé, si elle venait à mourir, de vous remettre des fichiers extrêmement confidentiels trois ans après sa mort. Or, votre disparition m'a compliqué la tâche. Il m'a fallut 17 ans pour vous retrouver, mais peut importe. Lesdits fichiers se trouvent dans cet holopad. Ils sont nombreux, extrêmement nombreux et ils sont classé top secret. J'ai longtemps hésité à remettre aux autorités compétentes ces documents, mais je me suis toujours ravisé, pour respecter la volonté d'Alexandra. Mais puisque maintenant vous faites partie du FSD, je crois qu'il n'a pas mieux que vous qu'elle pouvait remettre ces documents. Ne les lisez pas tout de suite, faites comme si vous aviez détecté l'erreur sur votre testament et effectuer une correction imaginaire. J'utiliserais un deuxième holopad pour feindre l'enregistrement du nouveau testament corrigé. Généralement, les documents importants tels que les testaments se retrouvent sur des holopad sécurisé, très difficile à pirater, ils sont donc en sûreté.''


Ce message s'afficha sur l'écran et j'en fus stupéfait pendant quelques secondes, avant que des années passées à mesurer chacune de mes actions et à masquer mes véritables émotions me fassent reprendre une attitude neutre, bien que j'étais véritablement bouleversé et avide d'en savoir plus, de savoir comment l'homme de loi m'avait retrouvé, de savoir quels étaient ces fichiers et ce que ma défunte femme voulait que je sache ... Et pourquoi trois ans après sa mort pour que je découvre ces fichiers ? Ces questions devaient attendre, et j'entrepris d'agir comme il le convenait s'il s'était agi de mon testament erroné et que j'avais repéré l'erreur et tentai désormais de la corriger.


- Ah, voilà, John. Je pense avoir corrigé l'erreur et je crois que mon testament est désormais correct. Je ne peux m'empêcher de vous remercier du fond du cœur de m'avoir informé de cette erreur, je tiens à ce que mes dernières volontés soient respectées et en tant qu'agent des SSJ je risque constamment ma vie, donc autant que tout soit prêt en cas de malheur, n'est-ce pas ? Il est donc bon que nous ayons réglé ce problème.

Prononçant ces mots, je soutins son regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Dim 11 Sep - 1:42

L'avocat sortit un deuxième holopad et pendant plus de 5 minutes les deux hommes discutèrent du testaments. L'avocat montra le résultat finale de celui-ci à Blake et celui-ci confirma la nouvelle version. En fait, dans la réalité, de nouveaux messages apparaissait sur l'holopad que Simons lui avait donné.

Citation :
''Alexandra m'a spécifié personellement que je ne devais pas lire les documents qu'elle m'avait confié pour évité que je sois beaucoup trop impliqué dans l'affaire. Elle m'a spécifiquement dit que celle-ci était extrêmement dangereuse et j'ai respecté ses souhaits. De plus, elle m'a dit que je devais vous donnez ces documents 3 ans après sa mort. Elle m'a expliquer que celà permettrait à ne pas vous impliquer dans l'affaire et à vous éloigner de ses ravisseurs. Or, vous aviez changé d'identité et de vie, se qui m'a rendu la tâche difficile. J'ai réussit à vous trouvé il y a deux semaines, lorsque je vous ait aperçut vaguement devant l'hotel Salander dans le centre-ville. Ne vous inquiétez pas, personne ne sait votre véritable identité et j'ai pris mes propres précautions. Sachez seulement qu'Alexandra vous a aussi laissé plusieurs autres choses, notamment des biens immobiliés et quelques comptes bancaire mystérieux qui sont resté, par mes soins, endormit.''

Simons regarda Blake quelques moments avant de parler.

-Toute les informations sur votre testament se trouvent dans cet holopad. Je crois que j'en ait terminé, si vous le voulez bien, j'ai d'autres rendez-vous prévu avec d'autres clients. C'est un plaisir de faire affaire avec vous Monsieur Blake.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Blake
Adepte
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 10/04/2011

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Ven 16 Sep - 1:52

HRP : Désolé de répondre une fois encore avec un certain retard, la reprise des cours et Battlestar Galactica m'ont pas mal occupé ces derniers temps.

Tout en lisant le message, je confirmai en hochant de la tête que la soi-disante correction du testament était correcte, tandis qu'en réalité je lisais la suite du si intriguant message que j'avais lu sur l'autre holopad. La mention de trois années précisément après sa mort m'intriguait et je ne comprenais toujours pas pourquoi un tel délai ... d'autant plus que cela faisait désormais dix-sept années grâce à mon changement d'identité pour infiltrer les SSJ. Néanmoins, malgré les apparences, je sentais que je me rapprochais de mon but : découvrir pourquoi ma femme avait été assassinée et qui en étaient les commanditaires.

Il est inutile de préciser que je voulais également retrouver l'agent de l'Ombre Pourpre ayant effectué sa macabre tâche : mon propre frère jumeau dont j'avais jusqu'à ce jour ignoré l'existence. Je ne savais toujours pas si c'était pour renouer des liens avec lui après toutes ces années sans que l'un d'entre nous n'ait soupçonné l'existence de l'autre ou pour me venger. Qu'il serait ironique je commette désormais un fratricide ... Il n'était cependant même pas certain que je le retrouve. Dix-sept ans s'étaient écoulés. Il aurait pu ... partir entre temps. Mourir. Déménager. Tuer d'autres personnes dans des conditions mystérieuses et sous les yeux de leurs proches. Peut-être avait-il grimpé en échelon au sein de sa hiérarchie. Bon sang, il s'agissait de mon frère jumeau et j'ignorais tout de lui ! Son nom, son caractère, son passé ... Nous étions les deux personnes les plus proches au monde d'un point de vue biologique mais tout semblait nous opposer, tels les deux côtés d'une même pièce. Le plus effroyable était sûrement que je risquais de devoir l'affronter. En supposant qu'il soit toujours membre, si ce n'est davantage, du département de l'Ombre Pourpre, il était certainement lié à cette affaire. C'était là une des pensées les plus horribles qui soient, mais à ce moment j'étais persuadé que j'allais finir par devoir tuer mon propre frère, pour mener ma vengeance à son terme.

Lire de telles informations concernant la volonté d'Alexandra et revoir John Simons après tant d'années, tout cela fit ressurgir en mon esprit ces blessures du passé. Ces maudites interrogations sur les motivations de Jadis, de mon frère et sur ce qui avait mené à la mort d'Alexandra. Mais cette énigme, ce puzzle, tout cela allait enfin prendre sens ! Il me fallait simplement accéder aux informations que ma femme voulait me faire partager et alors sans doute l'affaire prendrait-elle un autre tournant. Un bond en avant dans ma poursuite de la vérité.

La fin du message parlait de biens immobiliers et de comptes bancaires, ce qui ne m'intéressait guère. J'avais perdu tout goût à vivre une vie aisée où les meubles les plus technologiques et les plus chers se pavanaient comme s'ils étaient les clefs du bonheur. Cette aisance faisait partie de mon ancienne vie. Celle que je partageais avec Alexandra, il y a désormais tant d'années. A l'heure actuelle, ma vie était plutôt un modèle de stoïcisme dont la dureté et la simplicité servaient à affûter mon esprit et mes réflexes et je suis convaincu que c'est cette rigueur qui m'a permis de survivre en tant qu'agent du FSD et de rester en forme malgré mon approche de la vieillesse. Je me demandais ce qu'il en était concernant mon frère, par ailleurs ...

Enfin, quoi qu'il en soit, je gardai le second holopad contenant les précieuses informations qu'Alexandra souhaitait me transmettre et salua l'avocat, remerciant les dieux qu'il soit parvenu à remonter jusqu'à moi et à me transmettre, quels qu'ils soient. Après m'être éloigné en observant discrètement les alentours, j'entrepris de prendre un magnétrain afin de rentrer à mon appartement. L'intuition qui m'avait indiquée que Makiadi était sous surveillance me disait également que mon bureau devait désormais l'être. J'ignorais ce qu'il en était de ma modeste demeure, mais cela me semblait le lieu le plus propice pour lire les messages de l'holopad.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1394
Age : 26
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   Mer 21 Sep - 5:08

HJ: Je te laisse le soin de décrire ton appartement...le quartier, la liberté de mouvement et d'actions dans ton chez toi ^^ HJ.

Quelques part à New-Westminster, dans la Province du Winchestershire, à des milliers de km d'Opale.

Le Manoir devait faire au moins 400 ans. Son architecture était un mélange de style victoriens, moderne et classique. L'on pouvait facilement différencié des ailes récentes à celle des plus anciennes. Il faut dire que certains styles architecturaux revenait à la mode, certains étaient même réinventé. Comme c'était le cas pour l'architecture classique républicaine qui caractérisait la majeurs partie des bâtiments fédérale de la République. Bref, le Manoir se divisait en quatre sections. Le Manoir central, ou se trouvait le hall, bibliothèque, salle de réception, salon et salle à dîner. Il y avait l'aile droite, composé des chambres des maîtres et de la famille, ainsi que de salles de repos et un petit gym. L'aile gauche était principalement composé des chambres des invités et de leurs quartiers. Il y avait aussi un bâtiment en retrait, de deux étages, d'un style plus sobre mais similaire. C'était le bâtiment des domestiques, ainsi que les entrepôts contenant les droides d'entretient et autres instruments ou droide remplissant des tâches différentes. Bref, le Manoir se trouvait sur un domaine plustôt vaste plusieurs hectares, aux abord d'un petit lac bordé d'une route secondaire menant tout droit vers New-Westminster dont les lumières faisait rougir le ciel et fuir lees étoiles. La nuit était fraîche, un jardinier tentait de ranger une plateforme antigrav souillé de terre fraîche. Un puissant éclairage illuminait les façades du Manoir, dévoilant un certains jeux d'ombres plutôt terrifiant provenant des peupliers planté à l'avant. Un chemin de pierre taillé au laser et bordée d'arbre endormis reliait le portail au manoir. Une guérite se trouvait à l'entré et deux gardes à l'oeil avertis surveillait la circulation sur la route secondaire et les alentours. Ils ressemblaient à des gardes bien normaux, mais leurs semie-automatique à impulsion énergétique caché sous leurs uniforme faisaient plâner le doute sur ce Manoir supposément tranquille, abritant une riche famille comme on en trouvait beaucoup sur Jadis.

Dans le Manoir, un Majordome au visage impassible déposa un plateau de cristal devant un homme assis sur un fauteuil douillet. Celui-ci regardait d'un air pensif le joli feu de cheminé qui crépitait sur l'écran holographique devant lui. Il ne fit pas attention lorsque le majordome servit le thé et sortit de la pièce en silence, aussi rapidement qu'il était venu. L'homme regarda la tasse argenté fumante devant lui, avant de la prendre et la porter à ses lèvres. Il la retira immédiatement, sse rendant compte de la trop grande chaleur du thé. Il déposa la tasse devant lui et porta son regard vers l'horloge holographique au dessu d'une copie bien réussit de Rembrandt. Chose courante, puisque la majorité des tableaux originaux des grands maîtres se trouvaient dispersé dans des grands musées nationaux à Christiansa, Seranon et Kryptonn. Il reste qu'une plus du tière se trouvaient sur Terre en 2620, une perte tragique lorsque le contact avec la FSU fût coupé. Tout ces chef d'oeuvre dont l'assurance de leur intégrité était incertaine. Bref, il était presque 22h. Se qui voulait dire qu'il était presque 15h à Opale. L'homme émit un léger grognement. Les affaires a Opale avaitt prit un chemin inattendu. Généralement, les contretemps étaient réglé rapidement, mais maintenant celui-ci était beaucoup trop gros pour qu'il disparaisse. Des têtes allaient tombé à Opale, c'était certains, ses subordonnés n'auraient jamais laissé un tel contretemps arriver, c'était impardonable.

L'homme renversa la tasse de thé de sa main droite qui se déversa sur le tapis Ecazan qui devait valoir dans les 15.000 crédits. Il se leva de son fauteuil et rejoignit le bar ou se dressait une forêt de bouteilles diverses. Il s'empara d'un verre, de quelques glaçons et il se versa un peu de Brandy pour ensuite le boire d'un seul trait. Il s'en reversa un autre pour ensuite s'emparer du petit terminal portatif qu'il avait laissé sur la table basse. Il activa une commande et le feu de cheminé fût remplacé par le visage sérieux et parfait d'une journaliste de la GNN. L'homme regarda s'un air indifférent les nouvelles en provenance de Bavandar concernant la crise toujours en cours entre Vands et Aunadar depuis l'attentat contre le président Benkei. La journaliste laissa place à une salle de conférence de presse avec le drapeau de la République et les insignes présidentielle derrière. Le Président Hallenberg se trouvait devant une foule de journaliste. Tout près de lui se trouvait le Premier-Secrétaire Carter, l'Amiral Walmerson et le Général Tomayer.


Citation :
''...sur Bavandar est plus qu'inquiétant et la République ne peut ignorer la situation dramatique des relations Vandso-Aunadariotes suite au dramatique attentat perpétré contre le Président Benkei. C'est pourquoi, le Sénat et moi-même avons décidé de maintenir en place la force de 60.000 soldats Jadéens à la frontière Vandso-Aunadariote pour préserver la paix sur Bavandar. De plus, la 5ème flotte Jadéenne sera mobilisé et prête à intervenir pour maintenir la paix ou pour protéger nos 60.000 soldats présent sur la planète. Je rasure tout les Jadéens que la diplomatie de la république est en marche pour tenter de calmer le jeux. Nous avons déjà contacté les autorités Bavannoise pour une éventuel médiation et nous sommes...''

L'homme prit une gorgée de son Brandy en regardant avec intérêt le visage dur et sévère du Président Hallenberg. C'était son cinquième mandat? Il était au pouvoir depuis 2740, exepté entre 2748 et 2752 dû à son accident qui l'avait mit sur cette chaise gravitationelle et qui lui avait fait perdre son fils unique. Selon sa femme, Rose Hallenberg, cet évènement l'avait grandement transformé. Bien entendu, le tout avait mené à une vague de simpathie de la population et certaines mauvaises langues avaient attribué sa victoire présidentielle de 2752 a la mort de son fils et de sa condition physique limité. C'était lamentable se disait l'homme. Le seul obstacle qui restait sur son chemin était un fichu handicapé. Heureusement que la machinerie était en marche, exepté les quelques grains de sables menaçant de bloquer le mécanisme en entier. Surtout ledit grain avec ce Summers et ce Duvallier. Heureusement que l'élémination du deuxième grain de sable était prévu depuis longtemps. Son regard se porta de nouveau sur le visage du Président de la République.

-Je me demande, monsieur le Président, quel serait votre réaction si vous saviez que votre cinquième mandat sera le dernier? dit-il dans un murmure.

L'homme sourit. Non d'un sourire radieux, mais d'un sourire cruel et carnassier. Un sourire qui annonçait la mort.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Ombre de la vérité [Albert Blake]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Ombre de la vérité [Albert Blake]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» La lumière montre l'ombre et la vérité le mystère [PV Miyuki Tatsuki]
» Le Londres de l'Ombre - se repérer
» Perte des points en dextérité après Up
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Présentation Mike Blake

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hegemony :: Jadis :: Opale-
Sauter vers: