Hegemony

Dans un univers troublé, l'avenir de la galaxie et de la race humaine vous appartient
 
WikimonyAccueilLisez les règles du jeu iciFAQS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Premiers pas à Opale.

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1396
Age : 27
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: Premiers pas à Opale.   Jeu 24 Mar - 16:41

Richard Bowell resta silencieux un moment, assimilant les informations que lui donnait James. Ils corroboraient généralement avec les dires de l'Agent Brook ainsi que le déroulement des évènements.

-L'explosion en tant que tel n'a pas fait de victime. Les deux seuls cadavres retrouvé dans les environs du hangar 21 étaient le coéquipier de l'Agent Brook et un technicien égorgé. La majorité des victimes est attribué à la fusillade dans les terminaux des voyageurs. Une dizaine d'agent du FID sont malheureusement décédé et beaucoup de civils sont morts par balle ou piétiné par des mouvements de foules. De plus, laisser un moteur hyperdrive en marche dans un hangar sans surveillance est considéré comme de la négligence. Alors, je doute que nous allons vous imputer l'entière responsabilité des évènements qui se sont déroulé dans l'Astroport.

Bowell fit une pause et il continua.

-Et puisque vous êtes disposer à collaborer, votre situation actuel va se ''simplifier'' si je puis utiliser ce mot. Il faut dire que la mort d'une dizaine d'agent rend les SSJ particulièrement irritable. Nous n'avions jamais perdu autant d'agent en si peu de temps depuis le siècle dernier.
Or, au vu des témoignages et des faits, une grande responsabilité des évènements est attribuée à cet individu décidé à vous tué. Notre première priorité est de découvrir son identité et de le mettre devant la justice ou si cela se révèle impossible, de le retrouver décédé dans un ''malheureux accident'' quelconque.


Il avait dit les derniers mots avec un sourire en coin.

-Concernant votre état, vous vous doutez que vous intéressé grandement les SSJ. Pas dans un but militaire, mais dans un but instructif. Les capacités militaires Erikean étant changeante ces derniers temps, nous sommes particulièrement intéressé par leurs innovations militaire. Ce genre d'expérimentation n'est que trop peu apprécié par mes services. D'ailleurs, les Jadéens sont généralement peu enthousiaste lorsque cela concerne la cyborgologie et les droides.

En disant sa dernière phrase, il regarda le bras mécanique de James.

-Concernant vos transplantations. Je reste étonné de votre apparente stabilité psychologique. N'avez-vous pas perçu des moments de conflits dans votre esprits ou tout simplement de longues absences sans savoir se que vous aviez fait les dernières heures? Je crois qu'il serait judicieux que vous rencontriez un psychologue pour évaluer votre stabilité psychologique...

-Je doute que nous ayons assez de temps pour ce genre de formalité monsieur le Directeur.

Bowell tressaillit légèrement en entendant la voix qui ne provenait de nul de part. Au fond de la pièce, dans l’ombre, un homme apparut subitement s’avançant vers le lit en profitant de la faible lumière pour masquer son visage. Personne n’avait entendu l’homme entré, ni combien de temps il se trouvait là. Même James ne l’avait pas vu.

-J’espère que vous avez une bonne raison d’être ici Monsieur K, dit le directeur des SSJ.

-La situation de ce jeune homme m’intéresse beaucoup monsieur le directeur. Il va s’en dire que les Erikeans développent actuellement un nouveau type d’assassin, chose plutôt gênante pour nos services. Je voudrais savoir monsieur Smith, qu’avez-vous ressentit lorsque monsieur le Directeur c’est adressé à vous tout à l’heure?

Apparemment, Monsieur K avait remarqué la seconde d’absence de James tout à l’heure lorsque Richard Bowell c’était présenté. Cela voulait dire qu’il se trouvait là avant l’arrivé du Directeur. Depuis combien de temps se trouvait-il ici? Plusieurs heures? Plusieurs jours? L’idée que cet homme l’observait depuis trois jours était particulièrement angoissante.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Smith
Initié
avatar

Nombre de messages : 487
Age : 26
Localisation (en RP) : Au fin fond de l'espace connu.
Date d'inscription : 23/12/2010

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: Premiers pas à Opale.   Sam 26 Mar - 12:56

James se sentit rassuré lorsqu’il comprit que l’attentat ne lui serait pas imputé mais surtout que la justice de Jadis ne lui fera pas porter le chapeau de l’attentat du hangar. Beaucoup de gens y étaient tout de même mort.
En tout cas, vu la performance manifeste de l’agresseur fantôme, James se disait bien qu’en tant que cobaye Erikéan, il devait valoir une fortune pour mobiliser un si grand tueur.

« Par contre pour l’identité du meurtrier, je n’ai jamais vu son visage et il m’a toujours attaqué depuis un espace à découvert… Par ailleurs lorsque je me suis enfui d’Erikéa je n’ai pas fait attention sur qui je tirai, ni qui aurait pu me suivre, d’autant plus en navette spatial… Ben vu comment ce tueur a mis à mort vos dix agents et vu comment il agissait… je doute qu’on arrive… enfin que vous arriviez à mettre la main dessus. »

Le directeur des SSJs commença à parler des implants cybernétiques de James. L’érikéa regarda la paume de sa main bionique, comme s’il allait y trouver une inscription du genre « don’t take care of it », mais il n’y avait rien.

« Ben’ je pense qu’en terme d’innovations militaires vos services seront intéressés parce que j’ai accroché dans le dos, mais pour mon bras, je doute que cela viennent d’Erikéa… Mais bon, pour l’interface, enfin c’est ce que je crois que j’ai dans le dos, j’ai fait des tests dans mon voyage depuis Erikéa. Ben ça décode tout… »

Enfin, le directeur aborda la question de la santé mentale. James s’y attendait et il se disait qu’il allait répondre franchement.

« Je me suis fait torturé dans un laboratoire top-secret, je n’ai aucun souvenirs d’avant ces deux dernière semaines et enfin, comment dire… La navette, je n’en ai jamais touché, et pourtant je savais l’utiliser, idem pour les armes, j’arrive même à hacker des lignes de codes sans pour autant avoir eu aucun cours. C’est l’instinct le meilleur synonyme que j’ai trouvé à ma situation dans un dictionnaire. Mais bon, j’ai aussi ce putain d’appareil qui me sert de mémoire, je peux retenir tout ce que je vois à cause de cette saloperie. »

James passa sa langue sur sa lèvre inférieure.

« Et je ne vais pas vous rassurer, des absences ça m’arrive, mais ça dure souvent moins d’une minute apparemment... Et pour le psycho… »

James sursauta à l’écoute de la voix. Elle venait de nulle part et englobait tout l’espace de la chambre, comme si un haut-parleur y avait été placé. Un homme se dévoila au fond de la pièce, sortant d’une ombre.
Depuis quand était-il là ? S’était-il introduit dans la chambre de James pendant son sommeil ?
James sentit le stress monter.
Le visage de l’homme ne fut pas dévoilé mais pourtant une information se superposa à la vue de James.

Citation :
possibility : Mr K. [named by Bowell]
Job : Master Spy.
Maybe: Target n°1: Must Investigate – May Be Killed.

James cligna de nouveau des yeux, avec insistance. Puis cet homme, ce monsieur K. se mit à débiter une longue phrase, et lorsque celui-ci prononça le mot assassin, il se produisit quelque chose d’étrange. Alors que James prenait un air abasourdi, les indicateurs d’activités cérébrales situés non loin du lit s’emballèrent, alors qu’il y avait à peine quelques secondes les indicateurs n’émettaient qu’un ‘tic’ de manière régulière, les indicateurs faisaient à présent jaillir de leur petites enceintes un bruit strident.
Cela ne dura qu’une seconde.

---

Spoiler:
 

---

L’absence n’avait duré qu’une seconde. Les deux hommes avait dû le remarquer, pourtant James semblait ne rien avoir senti, le flashback avait disparu comme il était venu.

« D’assassin? Comment ça, rien... Y’a juste ma foutu interface qui superpose des trucs à ma vision, c’est chiant et déroutant à la longue… »

James pâlit, puis se mit à bégayer, il inspirait et respirait bruyamment. Il était manifeste que de nombreux flashbacks douloureux rejaillissaient.

« Il me faut de l’air, vite ! »

James se leva de son lit, décrochant de nombreuses perfusions. Il se dirigea vers la porte… Verrouillée de l’intérieur, alors boitillant, il poussa le directeur et contourna Mr K. Il se dirigea vers la fenêtre, Un rayon de lune se refléta un instant du son dos.
Puis il se mit à genoux, se tenant le cou comme si une douleur atroce y avait pris racine.

Il y eu un petit reflet de lumière. Et les lampes dans le couloir semblèrent s’éteindre.
Le directeur vacilla, portant la main à son coup. Un scalpel s’était fiché entre sa trachée et l’artère carotide gauche. La mort devrait venir en moins d’une minute, et Mr K. devait choisir entre le directeur et l’Erikéan.
Alors profitant d’un infime moment d’inattention, d’un bond James se jeta sur la fenêtre, le coude de son bras mécanique en avant.
La fenêtre se brisa et James chuta dans le vide.
Cette chute lui parut interminable, pourtant elle ne dura que deux secondes.
Un choc violent eut lieu, puis James sentit le vent sur son visage.
Il avait été amorti par une navette décapotable, passé au moment précis de sa chute. Par ailleurs on aurait dit un modèle grand luxe, auquel on aurait rajouté tout un attirail de matériel militaire.

« Spin’ ?! Putain qu’est-ce que tu fous là ?
- T’as compris qui j’étais ?
- Ouai, c’était vraiment un plan foireux de la part du labo’.
- C’est pas eux qui décidaient. »

Le robot avait toujours cette voix de rasta-man, c’était désagréable au possible. Au loin, on put entendre les sirènes des ambulances.

« Tu pourras dire au Labo’ et surtout au conseil que la technique d’agent dormant est pas au point, j’ai failli leur révéler des trucs top-secret.
- Ouai je sais la mission est un échec, tiens prend ça et injecte le toi. Enfin pas vraiment un échec, ton interface a copié toutes les données qui lui tombaient sous la main, on pourra peut-être en tirer quelque chose. »

James se surpris à dire toutes ces références, c’était comme s’il l’avait toujours su, et pourtant oublié.
Le robot lui tendit une seringue, c’était un sérum électro magnétique, James se l’injecta sans poser de questions. Il hurla sous la douleur, c’était comme si toutes les connexions électroniques de son corps le faisait souffrir. Le vaisseau fit une chute libre de huit mètres avant de se stabiliser et de repartir dans sa course folle.

« Putain c’est quoi cette merde !
- Un sérum IEM localisé, si tu portais un mouchard jadéen, ton corps a servi de catalyseur à une mini-impulsion électromagnétique, le mouchard a dû être détruit. »

James regarda sur la banquette arrière de la navette, une multitude d’armes y était posée.

« Eh… Pourquoi autant de trucs.
- On va se faire prendre en chasse, et le point d’extraction est à cinq minutes d’ici, Andrew nous attend »

James se retourna, au loin il n’y avait encore aucune navette de poursuite, mais il avait un très étrange pressentiment. Cette atmosphère fébrile et cette idée d’une course-poursuite l’enchantait d’une certaine manière. D’autant plus que même s’il ne savait toujours pas qui il était, il se disait qu’il en avait fini avec une série de longs questionnements.
James se retourna et prit dans le tas d’armes un Pz-2000, un lance-roquettes unionnien.
Machinalement, il se mit à charger, puis armer l’objet.

_________________

James Smith, un MJ qui vous veut du bien.
N'oubliez pas: Ω = 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1396
Age : 27
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: Premiers pas à Opale.   Lun 4 Avr - 22:07

Quelques secondes après que Bowell se soit effondré, Monsieur s’agenouilla immédiatement aux côtés de lui et émit une forte pression sur la plaie, toujours pénétré par le scalpel. S’il le retirait, il était certain que l’hémorragie serait plus importante. Ce simple geste pouvait rallonger la vie de l’homme d’au moins une minute. Dix secondes après l’incident, des agents du FID s’engouffrèrent dans la pièce, accompagnée de deux médecins qui prirent le relais. Ils injectèrent immédiatement une solution de nano-robot médical qui se mit immédiatement à contenir le sang de la victime, notamment en remplaçant les vaisseaux sanguins touché suffisamment pour stopper l’hémorragie. Le scalpel enlevé, un énorme bandage à régénération cellulaire fût appliqué et celui-ci se contracta pour exercer une pression sur la blessure et éviter une autre hémorragie. Le patient stabilisé, il fût amené en salle d’opération pour reconstruire entière ses systèmes sanguins par une simple et rapide chirurgie. Le Directeur Richard Bowell regarda son sosie sortir de la chambre d’hôpital sur une civière gravitationnelle avant de pénétrer dans la pièce.

[Monsieur K] : Je vois que vous aviez prit vos précautions.
[Richard Bowell] : Vous savez très bien qu’aucun protocole ne permet à un directeur des SSJ de s’exposer autant pour un individu comme celui-ci.
[Monsieur K] : Vous envisagiez une telle réaction de sa part?
[Richard Bowell] : Vous savez aussi bien que moi qu’un homme ayant subit une transplantation de 6 esprits dans un seul corps reste particulièrement imprévisible.
[Monsieur K] : Se que nous craignons est arrivé je crois. Les Erikeans développent un nouveau type d’assassin. Vous avez aussi bien vu que moi ses absences de quelques secondes? Selon moi, il a reconnu votre voix et vous a identifié comme une de ses cibles.
[Richard Bowell] : Et vous? Benoit n’a-t-il pas mentionné votre nom de code devant lui? Pourquoi ne vous a-t-il pas attaqué en premier? Nos informations nous disent que vous êtres la cible prioritaire des Erikean chez nos services.
[Monsieur K] : Il savait qu’il avait très peu de chance de me tuer dans la situation qu’il se trouvait. Sans compter que ma présence dans la chambre depuis déjà deux jours l’a particulièrement troublé. Il n’a rien remarqué, malgré son interface et ses capacités. Ce simple fait m’a mit sur sa liste d’individu extrêmement dangereux.
[Richard Bowell] : Et maintenant il c’est échappé? Je suppose qu’il a détruit la dizaine de mouchard que nous avions mit sur lui?
[Monsieur K] : Oui, mais je savais déjèa qu’ils ne serviraient à rien. J’ai opté pour sa signature énergétique. Son bras dégage une signature énergétique particulière qu’on ne retrouve pas sur Jadis. Sans compter qu’elle dégage une faible radioactivité, plus haute que la normale. Nous pouvons le suivre partout sur la planète. Son visage est déjà sur les listes noires de tout les Astroports planétaires, les commissariats de police de tout le territoire et de tout le département des SSJ. Il va avoir de la difficulté à s’échapper.
[Richard Bowell] : Et le robot?
[Monsieur K] : Le CCS le surveille depuis l’incident de l’Astroport, il a volé une navette décapotable dans un spatioport locale dans la banlieue d’Opale. C’est apparemment lui qui est venu chercher Mr. Smith il y a quelques minutes. Les services suivent la navette par satellite.
[Richard Bowell] : Bien, un déploiement d’unités mobile du FID est envisageable. Ils sont certainement armés. En dernier recours nous abattrons la navette. Je ne laisserais pas un assassin Erikean en liberté en plein milieu d’Opale.
[Monsieur K] : Nous avons déjà celui qui à causé les incidents à l’Astroport International d’Opale. Nous savons que c'est un officier du BSE Erikean.
[Richard Bowell] : Le CICD le traquera sans relâche, j’en suis sûr, ou bien vos services effectuerons quelques représailles dans le BSE Erikean.
[Monsieur K] : La routine habituelle.
[Richard Bowell] : Effectivement.

Le Directeur des SSJ se détourna de Monsieur K pour contacte le Directeur du FID. Après quelques minutes de discutions dans son holophone, il se retourna vers Monsieur K. Mais celui-ci avait déjà disparut. L’ombre des SSJ affichait une fois de plus sa redoutable réputation.

HRP: Tu n'a aucun moyen de savoir les informations divulgé ici. De plus j'aimerais avoir une liste des armes à bord de la navette. De plus, tout se qui se trouve à 5 minutes de rayons de l'hôpital...c'est des zones extrêmement urbain et populeux. Une zone d'extraction est impossible sans que personne ne le remarque. Sans compter qu'il y a une Air force base à 15 minutes de l'hôpital. De simple chasseurs peuvent être dépêché au besoin. HRP

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Smith
Initié
avatar

Nombre de messages : 487
Age : 26
Localisation (en RP) : Au fin fond de l'espace connu.
Date d'inscription : 23/12/2010

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: Premiers pas à Opale.   Ven 8 Avr - 23:33

Posons un peu la situation, une rue calme sans un bruit, une brise fraiche battant les fines branches d’une rangée d’arbres neurasthéniques, deux trois poubelles ou trainent un attroupement de chats… Une série de lampadaires irradiant le sol de bitume et ou tournois une multitude d’insectes nocturnes, et un homme fumant sa cigarette sous le porche d’un bâtiment… Il s’agit d’un quartier résidentiel banal, une série d’immeuble de trois étages s’étendant en quartier de deux kilomètres sur deux, particulièrement dense en population.
C’était une nuit calme, le cadran horaire qu’arborait une façade indiquait 23h47. Le fumeur leva la tête faisant tomber une fraise ardente du bout de sa fumette. Un bruit avait attiré son attention. Fixant le croisement routier à un centaine de mètres de lui, il vit une série d’éclairs vifs feindre. Ebahi il entendit soudain le bruit d’une série de claquement.
Des coups de…

Une voiture AntiGrav s’engagea à une allure non réglementaire dans la rue. Suivi d’une série de trois voitures, barrées de bleu et de rouge, les gyrophares allumés… La Police, ou le FID. Le bruit des sirènes retentit soudainement, faisant fuir les chats, les insectes et violant le silence du quartier.

Au moment où la voiture poursuivie dépassa le fumeur, un éclat de lumière eut lieu au niveau de son habitacle. La scène ne dura qu’un instant, et pourtant le fumeur, dans sa stupeur vit l’action au premier rang.

Un trait de lumière fonça vers une voiture de la police, qui, à quatre mètres de celle-ci décrivit un arc de cercle pour finir sa course dans la façade d’un immeuble. La déflagration jeta à terre le fumeur qui cracha sa cigarette. L’explosion fut assourdissante et lorsqu’il ouvrit les yeux, les sirènes étaient déjà loin, et la façade de l’immeuble atteint s’enflamma, puis s’effondra dans un fracas de cris, de crissements et de destruction.

---

« Merde, ils ont des champs magnétiques ! »
« Prend le Mec-220 ! »

James voulut demander à quoi ressembler cet objet en question, mais une image vint instantanément se superposer à sa vue. Il plongea ses mains dans le sac d’armes et en ressorti un fusil vert et noir aux liserés gris.
Il voulut faire feu, mais une violente embardée du véhicule civil le projeta sur le siège passager, son cou heurta violemment la partie interne de la portière avant. Heureusement qu’un partie de l’interface le protégea sinon c’était le coup du lapin.

James se releva bruyamment, bien que le bruit du vent couvrait ses insultes envers le conducteur robotique. Se cachant à moitié derrière la banquette arrière, il fit feu sur les voitures de police, des impulsions lasers filèrent à toute vitesse sur la voiture de tête. Le rayon fut arrêté net par un champ de force invisible.

« C’est de la camelote tes armes!
- C’est du Jadéen, tu pensais tomber sur quoi ?! »

Il y eut une série de flashs lumineux. Les premières balles jadéennes commencèrent à siffler.

« Pourquoi t’as pas pris une voiture avec un boucl… »

Un tir fusa perçant le siège avant droit ou avait été placé James quelques instants plus tôt, finissant sa course dans le pare-brise, le fissurant.

« Accélères!
- Je fais ce que je peux! »

James plongea à nouveau sa main dans le sac, il avait une idée. Il sortit une grenade la dégoupilla, puis attendit trois secondes.
Soudainement, il se releva et jeta sa grenade. Par réflexe, les voitures protagonistes ouvrirent le feu, le tir de suppression fut rude et un balle vint heurter l’épaule de Spin’ lui faisant faire une embardée à la voiture qui vint rafler sur cinq mètres les façades. A l’inverse une balle vint frapper le bras mécanique de James, la force d’arrêt de la balle fit basculer en arrière James qui vrilla sur lui-même.
Du coté des voitures de police, seul un conducteur vit la grenade, voulant se protégé, il fit freiner son véhicule, mais comble du désespoir, la grenade éclata. Il y eu un violent éclat lumineux et tous les agents présents dans les véhicules de poursuite se couvrirent les yeux, lâchant les commandes.
Un première voiture vint riper sur le sol bitumé de la rue, une parmi les innombrables que comptaient ce quartier résidentiel.
Les deux autres s’entrechoquèrent. L’une vint s’amortir dans une rangée de cyprès dégarnis, l’autre s’emplafonna dans un mur de béton armée explosant au passage.

En se relevant dans la navette, James aperçut la scène du coin de l’œil, son attention détourné ver son bras mécanique, un champ de force bleuté était encore imprimé autour de celui-ci…
La balle avait été déviée sur la portière arrière droite.

---

« Yeah Je les ai eu!
- fermes-là, on est bientôt arrivé! »

La voiture civile fumante, le duo peu banal parvint à la lisière d’une zone industrielle. Là, il y avait un profond canal, les eaux boueuses et polluées charriaient monts et merveilles, cadavres et décrépitudes.

La voiture flottant à une cinquantaine de centimètre au-dessus des flots immondes s’avança à feu éteint dans l’entrée d’un tunnel. Du torrent exhalant des vapeurs en putréfaction il n’y avait cure de signe de vie.
Et pourtant, au bout de cinq cent mètre de tunnel, dans le noir total vint poindre une sensible lumière bleutée, un léger bourdonnement vint poindre et sous les yeux ébahis de James, sortit de l’eau polluée et saumâtre une navette, ou plutôt un gunship J-Warick. La hauteur du plafond permettait à la navette de s’émerger au trois quart, et sur le port, un long chemin de béton permis de garer la navette.
Effectuant un quart de tour, la navette présenta l’ouverture de son cockpit, James et Spin’ s’y engouffrèrent. Un homme les attendait. Brun, barbu et possédant une étrange tenu militaire, mêlant plaques de blindage et tissu normaux.

« Alors je vois qu’on à récuper de la petite ba-balle dans la jambe!
- Va te faire… Laisse le tranquille Andrew, il émerge encore.
- Vos gueules tous les deux, je sais pas encore qui je suis, ni qui vous êtes, mais on est dans la merde, faut se barrer d’ici !
- Va dans la cabine arrière, je vais regarder si t’as des commotions… »

James s’éxécuta. Spin’ se tourna vers l’autre homme, ils discutèrent quelques instants puis l’homme dénommé Andrew rejoignit le cockpit.
On put entendre l’arrêt des systèmes anti-G, puis la navette replongea dans l’eau croupie, cachée sous la boue nauséabonde, la navette était totalement indétectable. Et elle se faisait portée par le courant aidé par quelques anti-G rallumés de temps à autre, et surtout de façon sporadique pour éviter que cela ne soit détecté par un quelconque système.

Au bout de cinq minutes, il y eut un bruit de crissement. Dans la salle des passagers, James et Spin’ avait discuté, dans un coin était placé dans une capsule une exo-armure, mais le temps n’était pas à l’essayage, d’autant plus qu’il apparut que James s’était fêlé une côte.
Andrew apparut dans l’entrebaillement de la porte.

« Bon on arrive à la chute des égouts dans les systèmes de traitement, on va s’en servir comme d’une rampe de lancement. On devrait atteindre l’espace en quatre minutes… Et si ça foire, on pourra toujours tenter une entrée en hyperespace depuis la stratosphère, mais bon, je me fais pas trop d’illusion…
- T’es malade, jamais personne à ma connaissance n’a lancé une hyperespace alors que le vaisseau était encore dans une atmosphère !!
- Moi, je l’ai déjà fait. »

Le robot et Andrew se retournèrent vers James.

« Enfin je sais pas si c’est moi, mais je crois avoir le souvenir que je l’ai déjà fait cette entrée en hyperespace depuis une zone Not Vacuum. »

Le robot et Andrew se regardèrent, on pouvait sentir que les deux étaient exaspérés, enfin seulement Andrew… les robots n’ont pas d’âme dit-on. Il fallait le vouloir, mettre sa vie dans les mains d’un amnésique schizophrénique paranoïaque…

« Bon… Viens avec moi alors…
- Je te suis… »

Les deux hommes pénétrèrent dans le cockpit. James s’assit à la place du co-pilote. Les systèmes anti-G, les systèmes d’attaques puis l’hyperdrive furent enclenchés simultanément. Andrew se tourna vers James.

« Et cerise sur le gâteau. »

Andrew tenait dans sa main un boitier noir doté d’un interrupteur, il l’enclencha. Alors il mit les gaz de la machine qui s’élança à la verticale vers le ciel alors que l’eau impropre dégoulinait de la vitre du cockpit, James put observer l’extérieur.
Sur deux kilomètres de circonférence, la ville était noire, seul une dizaine de lieu resplendissait, englobés par des flammes, Andrew avait semblait-il fait sauter les connexions électriques enterrées du quartier.

« Deux jours que je prépare ça !
- Espérons que tu te sois pas tromper, ou pire, qu’on nous a déjà pris en chasse put-on entendre dans les enceintes du cockpit. Le robot avait parlé. »

Voilà, James espérait que c’était fini, dans trois minutes, il sera dans l’espace, de retour au bercail, mais il ne savait pas s’il aurait mieux été loti en restant ici sur Jadis, ou en retournant sur Erikea. Finalement ce qu’il espérait le plus, c’était que ces trois dernières minutes soient sans évènements qui pourrait mettre fin à sa vie, menacée plus d’une centaine de fois ces trois derniers jours.
Et pourtant, il semblait aimé cette atmosphère de jeu face à la mort… c’était comme s’il avait toujours vécu dans ce genre de situation, comme s’il était né pour y faire face.
James détourna le regard de la ville, de cette Opale, nom d’une pierre précieuse dont il avait seulement contemplé les aspérités. Il plongea sa vue dans les étoiles, son espoir actuel de salut.

_________________

James Smith, un MJ qui vous veut du bien.
N'oubliez pas: Ω = 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rumy
Administration
avatar

Nombre de messages : 1396
Age : 27
Localisation (en RP) : Au coeur d'une étoile de sagesse.
Date d'inscription : 10/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
0/0  (0/0)
Crédits:

MessageSujet: Re: Premiers pas à Opale.   Mar 12 Avr - 21:50

La manoeuvre fût plutôt un succès. Ils furent secoué de tout les bords, mais ils se retrouvèrent rapidement à quelques centaines de Km au dessus d'Opale. Dès qu'ils furent dans l'espace, ils furent surpris de voir le Croiseur Appolon et les deux frégates Halimène devant eux. Les instruments de la navette confirma que les vaisseaux de guerre avait activé leur armement. Ils étaient trop prêt des vaisseaux pour pouvoir ouvrir une fenêtre hyperspatial. Andrew poussa un merde monumental et tenta de contourner la première frégate Halimède. Or, mystérieusement, la frégate ne fit pas feu. Mais personne n'était en état de comprendre pourquoi. Il s'éloignèrent de la deuxième frégate, mais durent se rendre compte qu'ils étaient maintenant vulnérable au croiseur Appolon. Or, avec une grande surprise, les instruments de la navette annonça que le croiseur et les deux frégates avaient désactivés leur armement. Le croiseur s'éloigna, laissant le champs libre à la navette, comme si le croiseur les laissait passer. Andrew hésita quelques secondes et activa l'hyperespace. La navette disparut de l'orbite de Jadis. Sur la planète, Monsieur K regardait le moniteur devant lui. Bowell était à côté de lui, son visage impassible le rendant plutôt mystérieux.

[Richard Bowell]: J'espère que vous avez une bonnne raison Monsieur K, le Président sera quelque peu irrité qu'ils aient pu s'échapper, et ce, parce que nous les avons laissé faire.
[Monsieur K]: Ne vous inquiétez pas monsieur le directeur. Ils ne se sont pas échappé. Qui peut s'échappé des SSJ? Ils ne savent même pas qu'il étaient davantagee en sécurité sur Jadis qu'a l'extérieur. Maintenant, ils seront à la merci des services clandestin et d'Ombre Pourpre. Celà risque d'être particulièrement intéressant.

_________________
Gestionnaire de la République de Jadis, du Royaume de Shluikaas, de la République de Pergale et des États Veryyliens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Premiers pas à Opale.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Premiers pas à Opale.
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Les 100 premiers jours du gouvernement vus par...
» Les 100 premiers jours du president Preval vus par les media
» Une clinique medicale pour les premiers soins a St-Ard (Archaie)
» OPALE PETITE PEKINOISE DE 2 ANS (BEZIERS 34500) ADOPTEE
» LES 100 PREMIERS JOURS DU GOUVERNEMENT DE MADAME PIERRE LOUIS !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hegemony :: Jadis :: Opale-
Sauter vers: