Hegemony

Dans un univers troublé, l'avenir de la galaxie et de la race humaine vous appartient
 
WikimonyAccueilLisez les règles du jeu iciFAQS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 [Nouvelle Kobé-Chungju] - Locaux de l'A.S.P.I.C - Centre Cobra

Aller en bas 
AuteurMessage
Amian Ae Saster
Initié
avatar

Nombre de messages : 222
Localisation (en RP) : Les genoux de Mr Benta
Date d'inscription : 21/12/2010

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: [Nouvelle Kobé-Chungju] - Locaux de l'A.S.P.I.C - Centre Cobra   Dim 15 Jan - 2:28



Cinq lettres de fierté et de réussite


A.S.P.I.C.





Vous entrez dans la cité de « Nouvelle Kobé/ Chungju [code international/code national]». Cité industrielle d’Aunadar, peuplée de 7 608 965 habitants. Moyenne d’âge 38 ans. Revenu par habitant : 17 000 crédits. Profession habituelle : Cadre industriel.

Lapidaire. C’était ce que vous communiquait le système de localisation des véhicules. La seconde batmobile d’Amian avait aussi ce genre de logiciel, bien agréable quand on se promenait en terre étrangère. Mais le jeune homme n’avait pas besoin de l’industrie Arkilienne pour le savoir. Car son terminal NT-Com, bien loin de ces considérations, lui avait déjà signalé les divers sondages d’opinion concernant la ville, ainsi que les grands projets et aspirations de la population. Et l’humint UDEA avait fait le reste, bref, on savait où on mettait les pieds, même si c’était plus pour l’A.S.P.I.C. que l’on devait se rendre dans cette ville. Le grand laboratoire qu’y avait construit l’entreprise venait, après avoir fêté sa première année d’existence, d’ouvrir ses salles à de nombreux officiels, et présentait sa première invention… Ou plutôt sa première « innovation en collaboration » comme le stipulait une banderole, symbolisant les divers centres de l’entreprise et de ses partenaires AKA. De nombreux officiels étaient invités, dont les Ministres de l’Industrie Aunadariote et Krypto Arkiliens, ainsi que de nombreux responsables d’entreprises du pacte de Jadis et d’autres, notamment de l’Alliance InterStellaire ou de Seranon.

Le jeune homme était bien entendu présent, ainsi que Putr et Indecoli. C’était tout de même un de leurs trois laboratoires qui arborait la découverte, et de fait, ils se trouvaient sur la scêne, à côté d’ingénieurs chimistes, et de directeurs marketings. Pas de bureau, juste un micro qui circulait de la main à la main, entre les individus qui se levaient pour parler, d’un fauteuil mauve. Le public était en face et pouvait poser question à la fin de chaque intervention, ce qu’il ne faisait évidemment pas, ou sinon, dans le sens des industriels. Et puis il y aurait la presse. La presse devrait poser ses questions après, lors d’une conférence, bien qu’elle puisse assister à cette rencontre, en étant muette. Le but était simplement de présenter le nouveau matériau, d’annoncer à la population son existence, et, on l’admettrait aisément, de doper un peu l’image d’un groupe qui parlait très peu aux grandes masses populaires. Discrètement, quelques directeurs de départements d’université, quelques élèves, avaient été appelés à venir s’ils le désiraient. Bref, heureusement que le galactique existait, sinon s’eut été une tour de Babel que cette rencontre.

Passée la présentation, d’un Ingénieur Asiatique d’Aunadar, et d’un Caucasien d’Arkilia, expliquant en long et en large la création à l’échelle nanométrique, puis angstrométrique de réelles branches de monomères, ordonnées scientifiquement, en poussant à la sixième puissance de dix la longueur statistique, les rôles qu’elle pourrait avoir, on laissa la place à des gens dont la parole était mieux entendue, au sens premier comme au sens second. Livia la directrice Marketing de la vipère expliqua ensuite qu’on commençait, avec ces inventions, à pouvoir repousser les limites imposées des matériaux, et quasiment créer des polymères composites, avec ce que cela impliquait de merveilleuses avancées, mais aussi, en le combinant à l’art chimique, à pouvoir optimiser les propriétés mécaniques résiduelles, ainsi que donc, chimique, sans trop de test, sans trop de dépense.
    – En gros, quand vous nous demanderez une propriété, nous pourrons vous faire un matériau sur mesure, sans en exploiter un autre, dont les autres qualités vous serez inutiles.



C’était Amian qui avait pris la parole, on lui avait donné le micro, et, s’avançant vers la foule, il avait trouvé cette métaphore simpliste pour expliquer au béotien de quoi l’on discutait dès lors. A l’aise, le jeune homme avait précisé qu’il ne répondrait pas aux questions traitant de politique lors de cette première partie des discussions.

    – Comme vous le disait Liva, et nos ingénieurs, d’une façon très technique. Nous savons maintenant coudre les polymères entre eux. Et notre cuisine n’est plus limitée. Plus autant limitée. La recherche sera toujours importante, mais c’est une révolution qui se déroule. Maintenant, soyons clairs. Il coute actuellement très cher de produire ces composants nano matériaux, et notre innovation consiste juste à la possibilité de faire des chaines d’un ordre cent fois plus grandes à celle de la concurrence, et ce, pour un prix dix fois inférieur. Grâce à des procédés mis en place assez complexe, que nous n’avons aucun intérêt à dévoiler. Nous pourrons donc optimiser cent, milles fois mieux que la concurrence. Cela ne doit néanmoins pas vous tromper, si nous pouvons obtenir une marge sur la production supérieure de cinquante pour cent, dans l’année, ce sera déjà immense. Nous avons encore besoin de temps. Surtout que, vous le savez, le rôle de notre vipère n’est pas celui de créer des nanomatériaux, mais bien des engins de loisir. Quel avenir ? Nous pouvons vendre ce procédé. Quel avenir ? Nous accepterons les partenariats avec des sociétés, ou de préférence avec des organismes étatiques, pour la construction de chaînes spécifiques, que nous procurerons à prix coutant. Je pense notamment au milieu de la médecine où nous pourrions construire des soutiens artériels ou autre, sans taille standardisée comme c’est le cas actuellement. Bref. Rien que de très révolutionnaire sur l’aspect technologique donc.

    Maintenant, je souhaiterais que nous ne dévions pas trop. Je tiens à remercier tous les ingénieurs, tous les docteurs, tous les cadres, tous les collaborateurs qui ont œuvrés pour le succès de ces découvertes. Nous sommes sur Aunadar, mais aujourd’hui, les frontières étatiques ne signifient plus qu’une partie de l’équation. Sur Arkilia, sur Krypton, sur Skeib, des hommes et des femmes ont œuvrés pour le succès de ces opérations, et c’est eux tous qu’il faut remercier. Le centre Cobra, celui où nous nous trouvons, n’est que l’un des trois membres du réseau SERPENT, et il a un rôle défini, complimentaire aux autres. Je traduis, aucun programme porté par l’ASPIC n’est spécifiquement Aunadariote, ou Krypto Arkiliens. Nous sommes ASPIC, nous sommes A.K.A . Et je vous remercie tous de faire que ces cinq lettres brillent si haut, jour après jour. Vous êtes ma plus grande fierté, à égalité avec mes enfants.


Une ovation secoua la salle, rapidement calmée par un geste de la paume de la main du député. Qui continua à remercier les divers acteurs de la chaîne, et aussi les étudiants stagiaires qui, bien qu’ayant à peine effleuré l’étude, n’avaient pas parlé du secret. Ils ne savaient bien entendus pas comme cela fonctionnait, mais ils savaient ce que l’on voulait faire, et la surprise avait été conservée. Effectivement, les divers objets courants que proposaient l’A.S.P.I.C. depuis peu, notamment des moteurs et autres propulseurs ou centrales énergétiques, une chaîne propre. Avaient chût d’une vingtaine de pour cent, eux qui étaient à peine plus chers que la concurrence se retrouvaient maintenant nettement en dessous. On annonçait qu’une nouvelle division allait être créée pour les moteurs de compétitions, l’entreprise ne voulant pas, pour le moment, devoir grandir, s’épaissir, comme le nécessitait la vente sur le marché du commun des mortels. On se limiterait, pour la nouvelle division, qui serait présentée lors de la conférence, à des moteurs de compétition, ou spécifiques, comme par exemple ceux des antigrav’, ou des patrouilleurs de la douane, qui avaient des prérequis spécifiques du fait d’une soi-disant utilisation unique. De la même façon, assisté par sa grande maîtrise de la construction des moteurs performants, et souhaitant les combiner avec, malgré la petite taille du véhicule qui devait les accompagner, tout le soin des décorateurs et autres esthètes qui travaillaient pour l’ASPIC, on signala la constitution d’une autre division, qui serait chargée de la production de Jets Privés de haut niveau. Alliant grande performances, et haut standing d’accueil des personnalités, accordés avec une recherche de la sécurité des plus importantes. Ces deux nouvelles divisions prendraient le nom de Python pour celle s’occupant des moteurs de compétition et à haute performance, et de Boa pour celle des Jets Privés Spatiaux.
Elles rejoindraient les trois autres départements, Cobra pour la recherche, Couleuvre pour les Yachts Navals, et Anaconda pour les Yachts Spatiaux.

Tout ceci ne cachait néanmoins pas les résultats catastrophiques de l’UEDA… Et Amian, en allant en salle de presse, ne savait pas vraiment ce qui l’attendait, mais il s’attendait à ce que ça soit douloureux. Aussi marcha-t-il d’un pas assuré, le regard calme, et l’esprit posé. Dans tous les cas, il allait au peloton d’exécution…

Cinq lettres pour dessiner notre avenir

Spoiler:
 


_________________
On ne saurait trop le dire, on ne saurait trop le proclamer: ce que recouvre pour nous le mot si confus de culture _ l'ensemble des créations de l'art et de l'esprit _ c'est à la Grèce que revient la gloire d'en avoir fait un moyen majeur de formation de l'homme. C'est par la première civilisation sans livre sacré, que le mot intelligence a voulu dire interrogation. L'interrogation dont allaient naître tant de conquêtes, celle du cosmos par la pensée, celle du destin par la tragédie, celle du divin par l'art et par l'homme. Tout à l'heure, la Grèce antique va vous dire:
J'ai cherché la vérité, et j'ai trouvé la justice et la liberté, j'ai inventé l'indépendance de l'art et de l'esprit. J'ai dressé pour la première fois, en face de ses dieux, l'homme prosterné partout depuis quatre millénaires. Et du même coup, je l'ai dressé en face du despote !

C'est un langage simple, mais nous l'entendons encore comme un langage immortel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chronos
Administration
avatar

Nombre de messages : 2775
Age : 1018
Localisation (en RP) : Dans les limbes du temps
Date d'inscription : 09/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: Infini positif

MessageSujet: Re: [Nouvelle Kobé-Chungju] - Locaux de l'A.S.P.I.C - Centre Cobra   Sam 21 Jan - 13:52

Le ministre de l’économie Al Datsatse était présent, à titre de ministre de l’économie uniquement, cherchant par là à limiter toute récupération de sa présence par une presse peu amène susceptible de desservir les intérêts économiques impériaux.

L’annonce de nouvelles divisions intéressa, même si l’on savait déjà que Python aurait affaire à très forte partie, et Boa aurait des chances de devoir affronter une certaine concurrence qui commençait de plus en plus à s’aligner en plus de viser un marché encore plus petit que les précédents. ASPIC n’était pas la seule start-up existante en matière spatiale et des opérateurs étrangers compétents cravachaient à présent. Les directeurs financiers avaient prévenus, si Python avait ses grandes chances notamment grâce au fait que les constructeurs en matière étaient souvent des entreprises moins puissantes, Boa entrait dans un marché en plein boum et “l’ennemi” avait ses arguments, il n’était pas exclu de les voir alliés aux adversaires de Python...

Plusieurs questions furent posées à Amian

-Monsieur Saster, votre représentation à l’Aurore a pour ainsi dire été multipliées par neuf grâce au débauchage de cadres d’autres partis politiques. Comptez-vous poursuivre dans cette voie ?

-Monsieur Saster que pensez-vous de l’émergence de nouveaux mouvements politiques locaux et régionaux sur Aunadar ? Considérez-vous qu’ils suivent là votre voie ?

-L’on peut constater une politisation toujours plus grande de la vie économique sur Aunadar. Plusieurs analystes politiques aunadariotes et internationaux ont pointé du fait que cette croissance est presque parallèle à la percée médiatique de l’UEDA, que pensez-vous d’une telle analogie ?

-Monsieur Saster comptez-vous toujours vous présenter à New Tokyo Sud aux prochaines élections ? Le centre de gravité du parti s’est fortement déplacé vers Nouvelle Séoul...



_________________
MJ et gestionnaire de l'Empire Krypto-Arkilien, la République d'Aunadar et la Station Bulkar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amian Ae Saster
Initié
avatar

Nombre de messages : 222
Localisation (en RP) : Les genoux de Mr Benta
Date d'inscription : 21/12/2010

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: 2000

MessageSujet: Re: [Nouvelle Kobé-Chungju] - Locaux de l'A.S.P.I.C - Centre Cobra   Dim 22 Jan - 21:50


石橋を叩いて渡る

Les enceintes, toujours fournies par NT-Com et les isolants de Space Acoustic commencèrent à lancer une chanson alors à la mode, à grand renfort de watts. Démontrant tous leur talent, les entreprises parvenaient à occuper l’espace avec un son de qualité, sans cependant empêcher les gens de parler sans crier, une vraie petite leçon. Grand style. C’était évidemment prévu et l’une des clauses des contrats signés autour de l’Aphaïa. Alors que la démonstration sonore se déroulait, le jeune Amian avait pris place en salle de conférence. Premier bémol, une jeune femme vint lui expliquer à l’oreille quelques instructions. Caucasienne. Surpris à suivre du regard la personne qui s’éloignait, le député rougit, avant de s’insulter intérieurement. Les journalistes souriaient d’un air entendu, et quelques flashs crépitèrent. Un jour, il faudrait penser à éviter de recruter des secrétaires aussi jolies. Ca semait le doute.


Tentant, tant bien que mal d’ignorer la gêne occasionnée ; Amian eu le temps de saluer le ministre de l’Economie, qu’il ne connaissait pas, mais qu’il tint à remercier d’avoir fait le déplacement, malgré les probables rumeurs qui circuleraient. Al Datsatse était un individu célèbre pour sa probité ; mais aussi pour son engagement en faveur du droit des femmes. Assez surprenant chez le GPN. Assis, face à la foule, les questions se déclenchèrent. Si certaines relataient évidemment à la vie privée, ou à la difficulté au-devant de laquelle se précipitaient Boa et Python, les autres parlaient évidemment politique ; c’était prévisible. Dans le premier cas, comme c’était devenu une coutume, le néo Krypton ne répondit pas ; diluant les questions, rappelant qu’il était là professionnellement, il parvint à plus ou moins éviter les tentatives. Pour ses deux nouveaux serpents, il botta en touche, usant de phrases toutes faites, parlant de la confiance qu’il avait dans ses équipes, et d’un projet qu’il préparait, qui, à coup sur, rénoverait le monde de la compétition. Tout au plus s’attarda-t-il à dire que l’entreprise retrouvait le cœur de métier sur lequel elle avait été bâtie ; les moteurs. Puis, fusèrent les questions quant à l’UEDA.

    - Monsieur Saster, votre représentation à l’Aurore a pour ainsi dire été multipliée par neuf grâce au débauchage de cadres d’autres partis politiques. Comptez-vous poursuivre dans cette voie ?
    – Si, en partie, les nouveaux cadres sont politiques, ce n’est pas le cas de tous. Nous continuerons à tenter d’attirer les gens qui croient en les mêmes idéaux que nous. Maintenant, nous espérons bien pouvoir peu à peu promouvoir des cadres issus de notre mouvement. Il en existe beaucoup et de grande qualité.
    -Monsieur Saster que pensez-vous de l’émergence de nouveaux mouvements politiques locaux et régionaux sur Aunadar ? Considérez-vous qu’ils suivent là votre voie ?
    – Ils suivent la voix de leurs idéaux. S’ils pensent qu’ils ne sont pas représentés, ou bien défendus, je ne vois pas en quoi ils suivraient précisément notre voie. Ils suivent la voie de tous les amoureux de la démocratie. Et de tous ceux qui ne signent pas le compromis. Nous suivons aussi cette voie. Mais nous ne l’avons pas tracée.

    -L’on peut constater une politisation toujours plus grande de la vie économique sur Aunadar. Plusieurs analystes politiques aunadariotes et internationaux ont pointé du fait que cette croissance est presque parallèle à la percée médiatique de l’UEDA, que pensez-vous d’une telle analogie ?
    – Je la regrette, mais ne la nie pas. Il est assez évident que le pouvoir, malgré les scandales de corruption avait plus ou moins réussit à faire taire toute l’opposition. En témoigne leur hégémonie. Nous avons dû passer par des chemins assez inédits pour nous imposer dans le débat. Des chemins qui n’étaient pas biaisés. A partir de là, tout le monde s’est engouffré dedans. C’est regrettable dans le sens où j’ai bien peur qu’on va utiliser l’argument industriel en politique, plutôt que de laisser parler les gens. Vous savez, nous sommes aujourd’hui en train de donner de l’eau à ce moulin. C’est une cérémonie qui célèbre la réussite d’une entreprise privée, et voyez de quoi nous parlons. Moi, je suis pour que l’on crée de réelles cloisons entre le politique et le reste. Je l’ai déjà proposé, notamment à propos du financement des partis. Ce qui empêcherait aussi celui qui est au pouvoir d’utiliser des ressources publiques. Je n’y ai vu aucun écho chez les autres concurrents. Est-ce donc si vrai de sous-entendre que l’UEDA est le coupable unique ? Non. C’est inique.
    -Monsieur Saster comptez-vous toujours vous présenter à New Tokyo Sud aux prochaines élections ? Le centre de gravité du parti s’est fortement déplacé vers Nouvelle Séoul...
    Je suis né à Nouvelle Tokyo. J’ai grandis à Nouvelle Tokyo. J’ai connu mes premiers amours, et mes premières déceptions à Nouvelle Tokyo. Cette ville est inscrite dans mon sang, et je ne pourrais pas décemment candidater ailleurs. Maintenant, si la logique du parti statue sur le fait que celui qui me remplace est meilleur que moi, je l’accepterais. Si la même logique me dit que je dois candidater à Nouvelle Séoul ou ailleurs ; je réfléchirais. Je ne me sentirais pas légitime ailleurs qu’à Tokyo. Mais d’un autre côté, la réussite du parti et de nos idées compte plus que nos petites préoccupations. Enfin, ça dépendrait à coup sûr de ce qu’en pensent les locaux.


L’exercice était toujours périlleux, et il ne fallait pas fermer de porte, car jamais on ne savait de quoi demain serait fait. Mais tout de même, il ne comptait absolument pas aller ailleurs qu’à Tokyo, enfin, si tant est qu’il puisse être candidat pour une mairie maintenant qu’il courrait d’une planète à l’autre, de façon hebdomadaire. Un siège à Aunadar pour l’A.S.P.I.C. serait forcément une bonne idée, mais il se trouverait probablement à Chungju, et non pas à Tokyo. Ayant pris conès de ses interrogateurs, il pensa se diriger vers Al Dasatse pour lui demander ce qu’il pensait de la société, et l’avenir qu’il lui voyait. Bref, parler de généralités commerciales. Il était toujours bon de compter quelques relations dans un milieu. Surtout quand celui-ci n’était pas réellement accueillant. Ainsi, ce fut à l’extérieur. Dans un parc hérissé de typiques jardins nippons qu’Amian rejoignit le ministre. Quelques bonzaïs coupaient la lumière, de leur petite hauteur, et toisaient un sable d’un blanc immaculé. Sur un banc de marbre, patiemment poli à la main, d’après la légende.


En Marchant sur des œufs


_________________
On ne saurait trop le dire, on ne saurait trop le proclamer: ce que recouvre pour nous le mot si confus de culture _ l'ensemble des créations de l'art et de l'esprit _ c'est à la Grèce que revient la gloire d'en avoir fait un moyen majeur de formation de l'homme. C'est par la première civilisation sans livre sacré, que le mot intelligence a voulu dire interrogation. L'interrogation dont allaient naître tant de conquêtes, celle du cosmos par la pensée, celle du destin par la tragédie, celle du divin par l'art et par l'homme. Tout à l'heure, la Grèce antique va vous dire:
J'ai cherché la vérité, et j'ai trouvé la justice et la liberté, j'ai inventé l'indépendance de l'art et de l'esprit. J'ai dressé pour la première fois, en face de ses dieux, l'homme prosterné partout depuis quatre millénaires. Et du même coup, je l'ai dressé en face du despote !

C'est un langage simple, mais nous l'entendons encore comme un langage immortel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chronos
Administration
avatar

Nombre de messages : 2775
Age : 1018
Localisation (en RP) : Dans les limbes du temps
Date d'inscription : 09/12/2007

Feuille de personnage
Blessures:
10/10  (10/10)
Crédits: Infini positif

MessageSujet: Re: [Nouvelle Kobé-Chungju] - Locaux de l'A.S.P.I.C - Centre Cobra   Mer 25 Jan - 1:49

Al Datsatse était jeune pour sa fonction et conservait un dynamisme certain en dépit d’un rythme de vie particulièrement élevé. Il vivait manifestement à plus de cent à l’heure et la batmobile de l’ambassade relevait plus de la limousine de Bruce Wayne père que de l’engin du fiston super héros. Le ministre d’origine ecazanne s’assit d’un mouvement souple, laissant involontairement entrevoir sa montre, enfin son inphone aux allures de montre ancienne, une création Caron-Lonsard. Un espèce de modèle de série limitée sur lequel les orfèvres avaient par un hasard qui avait surpris tout le monde il y à dix ans de cela, décidés de jeter leur dévolu et réaliser des pièces unique pour leurs clients, intégrant des technologie sur une architecture dépassée. Le domaine du minuscule le permettait aisément. Moins de fonctionnalités qu’un inphone classique mais à en croire les vendeurs et les heureux acquéreurs, plus de classe.

-Vous savez quand j’étais stagiaire au département d’analyse économique et du risque d’une raffinerie d’hexanox il y à un peu moins de vingt ans de cela, il me prit l’idée de me porter candidat aux élections municipales. Je me suis retrouvé secrétaire en charge de la supervision de la banque publique de ma ville. Ça m’a plu, et j'ai abandonné l'industrie par manque de temps pour m'y consacrer plus que je ne l'avais jamais imaginé aujourd'hui. Très joli jardin, l’équilibre y est perceptible.

A.S.P.I.C. Disiez-vous donc. Le développement de l’entreprise m’a l’air intéressant et tend à fournir des produits sur plusieurs marchés qui s’ils sont de prime abord séparés sont en vérités très complémentaires et s’adressent plus ou moins aux mêmes clients, passés une certaine taille. En revanche il me semble observer que d’un point de vue stratégique, votre section de développement des matériaux agit en entité séparée.

A.S.P.I.C. A-t-il toujours l’intention de demeurer dans le haut du spectre ? Vos emplacements skeïbiens semblent vous placer en bonne position sur le marché de Mazahar et ses petits courriers de luxe, notamment à destination d’Alganzaar...

_________________
MJ et gestionnaire de l'Empire Krypto-Arkilien, la République d'Aunadar et la Station Bulkar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Nouvelle Kobé-Chungju] - Locaux de l'A.S.P.I.C - Centre Cobra   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Nouvelle Kobé-Chungju] - Locaux de l'A.S.P.I.C - Centre Cobra
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Voyage au centre de la Terre 2 [DVDRiP]
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» NOUVELLE INTERVENTION MEURTRIERE DE LA MINUSTAH/FLASH
» Bienvenue à notre nouvelle modératrice

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hegemony :: Bavandar :: Aunadar-
Sauter vers: